Hydrogène : McPhy Energy veut convaincre la France

 |   |  693  mots
(Crédits : A.T.)
La société McPhy Energy vient de remporter ses premiers projets en France. Elle équipera notamment une station de rechargement hydrogène qui sera construite à Lyon. Mais s'il s'agit de premières livraisons dans l'Hexagone, l'entreprise est déjà active à l'international.

La Motte-Fanjas, 158 habitants. C'est pourtant ici, dans ce village au pied du Vercors, que la société McPhy Energy a choisi d'implanter son siège social et aussi la majeure partie de ses activités de recherche et développement. Spécialisée dans les équipements de production, de stockage et de distribution d'hydrogène pour les secteurs des énergies renouvelables, de la mobilité et de l'industrie, l'entreprise travaille cependant peu en France et est davantage connue à l'international, et notamment en Europe. Elle vient toutefois de remporter deux premiers contrats, dont l'un à Lyon.

Valoriser l'énergie produite

"Notre société part d'un constat : il y a de plus en plus d'énergies gaspillées, notamment de l'énergie électrique, et c'est dommage", lâche Adamo Screnci, le directeur général adjoint. Un bilan qui pose les fondements de McPhy Energy : la PME drômoise convertit en effet en hydrogène les surplus d'électricité. Celui-ci peut par la suite être injecté dans le réseau de gaz naturel, ou stocké pour d'autres usages : c'est ce que l'on appelle le "Power-to-gas".

Ce procédé permet ainsi de gérer des surproductions et valorise aussi ces énergies "déchets". Le méthane, qu'il soit naturel ou bien encore mélangé avec de l'hydrogène, peut par ailleurs être utilisé pour bon nombre d'applications : le chauffage, la production d'eau chaude, la mobilité, etc.

"Sur le marché de la mobilité hydrogène, notre volonté est de contribuer au déploiement d'une infrastructure permettant d'alimenter les véhicules en hydrogène vert, viser la mobilité décarbonée et de facto réduire les émissions de particules et gaz à effet de serre dans nos villes. Rappelons que les véhicules hydrogène ont pour particularité de ne rejeter que de l'eau ! Et que le temps de rechargement d'un véhicule est d'environ 4 minutes", indique Adamo Screnci.

A Lyon, une station pour le groupe Engie

Mais si ce marché est important, l'Hexagone accuserait un certain retard en la matière. "On essaie de faire bouger les choses en France, c'est une filière créatrice d'emplois. Les prises de position politiques, règles de simplification et d'harmonisation européennes sont les clés pour accélérer le déploiement de la filière", poursuit le dirigeant. La société drômoise est toutefois présente à l'international.

En Allemagne, McPhy Energie a livré une station de rechargement hydrogène à l'aéroport de Berlin-Schoenefeld (électrolyseur 0,5 MW - 100 Nm3 / h - stockage 100 kg) ; en Californie, une station de rechargement Woodside (2 x 10 Nm3 / h - 25 véhicules par jour - remplissage en 3 à 5 minutes) ; en Chine, un système de Power to gas destiné à valoriser des surplus d'énergie produits par un parc éolien de 200 MW en construction dans la province du Hebei (2 lignes de production et stockage d'hydrogène).

Dans l'Hexagone, l'idée fait en tout cas petit à petit son chemin. McPhy Energy vient en effet de remporter son premier projet en France pour équiper une station hydrogène qui sera construite à Lyon. Celle-ci, livrée d'ici la fin de l'année à GNVert,  filiale du groupe Engie, est construite dans le cadre de la première phase du programme HyWay. Ce programme coordonne le déploiement de véhicules utilitaires Renault Kangoo ZE-H2 hybrides batterie/hydrogène (HyKangoo) autour de plusieurs stations hydrogène en Rhône-Alpes, dont celle qui sera construite à Lyon.

Des projets à venir dans la Drôme

Il y a quelques jours, McPhy Energy remportait également un nouveau contrat en Moselle. La société équipera en effet une station de rechargement à Sarreguemines. Celle-ci sera livrée lors du second semestre 2016 à la Communauté d'Agglomération Sarreguemines Confluences (CASC), son exploitant.

Le 13 octobre, en marge d'une soirée consacrée aux entreprises innovantes du territoire, Nicolas Daragon, maire de Valence, président de la communauté d'agglomération Valence Romans sud Rhône-Alpes et vice-président du département de la Drôme, a indiqué que des projets seraient également menés d'ici la fin de l'année dans l'agglomération. Une station expérimentale devrait ainsi voir le jour d'ici la fin de l'année ; une plus grosse installation d'ici 2017.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/10/2015 à 18:41 :
"Notre société part d'un constat : il y a de plus en plus d'énergies gaspillées, notamment de l'énergie électrique, et c'est dommage", lâche Adamo Screnci. !?!?!?!??

Sachant qu'il faut 4 kWh d'électricité pour fabriquer 1 kWh d'hydrogène, je ne comprend pas bien la phrase ci-dessus. Évitons donc de gaspiller l'électricité pour fabriquer de l'hydrogène ! Utilisons la directement !
a écrit le 15/10/2015 à 14:56 :
Bonjour

Ma question : pourquoi ne pas envisager pour les voitures à hydrogène "électrique" un réservoir avec stockage solide "galettes mcphy" qui serait parfait pour la sécurité ??
le potentiel est énorme .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :