Sommet de l'élevage : Le Foll tente de rassurer

 |   |  464  mots
(Crédits : Sonia Reyne/ADE)
Le ministre de l'Agriculture a inauguré le Sommet de l'élevage mercredi. Stéphane Le Foll a échangé avec des représentants du monde agricole et des éleveurs, préoccupés en particulier par la fièvre catarrhale. L'État assurera l'indemnisation des pertes constatées chez les éleveurs et prendra en charge le coût de certaines analyses.

C'est encadré par un dispositif policier important que Stéphane Le Foll, ministre de l'Agriculture est intervenu au Sommet de l'élevage à Cournon-d'Auvergne, près de Clermont-Ferrand, mercredi. Le ministre de l'Agriculture est intervenu plus d'une heure devant une salle de représentants du monde agricole chauffée à blanc.

Jacques Chazalet, ex-chef de file de la FRSEA Massif Central et président du Sommet, a donné le ton de la rencontre dans un discours d'accueil aux accents syndicaux marqués. « Monsieur le ministre, prenez vos responsabilités » a-t-il déclaré, listant au préalable les difficultés que rencontrent les agriculteurs ces dernières semaines de la sécheresse à l'épizootie de fièvre catarrhale (FCO).

« Cette 24e édition, sans bovins sur le salon, est très difficile. C'est un Sommet sous tension » rappelle Jacques Chazalet.

Convaincre des éleveurs exaspérés

« Vous m'avez demandé d'assumer mes responsabilités, et je le fais » a repris Stéphane Le Foll, rappelant sa présence à chaque édition du Sommet les quatre dernières années « que je sois bien reçu ou pas, et je me souviens bien avoir été sifflé l'an dernier au sujet des exportations vers la Turquie. » Très rapidement, le ministre a été pris à parti par les représentants agricoles sur la gestion de la FCO, qui lui reprochaient la lenteur et les délais qui entourent la détection de la maladie.

Les éleveurs épinglent aussi les deux injections de vaccins indispensables pour exporter les animaux, le flou concernant les négociations à l'export avec plusieurs pays, et enfin le zonage prophylactique qui limite les déplacements d'animaux.

Maintenir les exportations

Stéphane Le Foll, estime lui que ses services ont fait preuve de rapidité devant l'épidémie, tant au niveau des sérologies que des vaccinations. Le ministre de l'Agriculture reconnait, néanmoins, que la législation concernant le zonage mériterait d'être assouplie.

« Mais elle est appliquée pour que nos partenaires commerciaux étrangers ne vous reprochent pas de ne pas jouer le jeu. Ce sont vos échanges commerciaux qui en dépendent », a martelé M. Le Foll aux éleveurs mécontents.

Enfin, il a précisé que des accords d'exports, malgré la FCO, sont signés avec l'Espagne depuis le 2 octobre, quasiment conclus avec l'Algérie, très avancés avec la Turquie et en cours de négociations avec l'Italie. Enfin concernant les indemnisations, pour compenser les pertes constatées chez les éleveurs, le ministre a assuré qu'elles seraient mises en place rapidement sur les bases de la précédente épizootie. L'État prendra en charge les coûts de réalisation des analyses pour les veaux de huit jours destinés à l'exportation, ce coût n'étant pas supportable par les éleveurs concernés.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :