Le ministre de l'Agriculture Jacques Mézard veut "protéger et "moderniser" les agriculteurs

 |   |  364  mots
(Crédits : Capture d'écran Franceinfo)
Jacques Mézard, le ministre de l'Agriculture et de l’Alimentation du gouvernement Philippe a donné des premières indications sur ses priorités lors de sa prise de pouvoir.

Lors de la passation de pouvoir avec Stéphane Le Foll mercredi, le nouveau ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation, Jacques Mézard, a promis mercredi de "protéger" les paysans et de "les aider à se moderniser" .

"Nos paysans, comme a dit le président de la République, sont un élément essentiel de la vie de la Nation, nous avons le devoir de les protéger, de les aider à se moderniser, il est indispensable de réussir, nous le ferons ensemble"

Lire aussi : Qui est Jacques Mézard, ministre auvergnat de l'Agriculture ?

Alors que le quinquennat de son prédécesseur a été marqué par de nombreuses crises sanitaires, météorologiques et économiques (crise du lait, bovine), le sénateur du Cantal et architecte du programme agricole d'Emmanuel Macron assure que "nous ne réglerons pas tous les problèmes d'un coup de baguette magique".

En vue des prochains Etats-généraux de l'alimentation annoncés par Emmanuel Macron, il a indiqué qu'il souhaitait aller "le plus vite possible". "Les élections législatives ne doivent pas nous freiner" a-t-il ajouté. La première priorité de ces Etats-généraux sera "le prix payé" aux agriculteurs, a-t-il dit. "Il faut arriver à une meilleure coordination entre producteurs, transformateurs et distributeurs".

Ce jeudi matin, à l'antenne de Franceinfo, le ministre a réagi à la nomination de Nicolas Hulot, avec qui il devrait travailler de façon étroite. "Il est possible que nous ayons des visions divergentes sur un certain nombre de choses", a-t-il ainsi estimé. "Je rencontrerai Nicolas Hulot. Nous discuterons. Quand on a la volonté d'avancer, on peut y arriver. Je n'ai pas d'a priori", a-t-il expliqué. Ajoutant qu'il ne fallait pas "avoir de vision idéologique".

L'élu du Cantal est notamment revenu sur les Etats-généraux de l'alimentation : "Qu'est-ce qui peut nous séparer (avec Nicolas Hulot, ndlr) ? Je souhaite que les Français aient une alimentation de la meilleure qualité possible, qu'elle provienne, dans la mesure du possible, de producteurs français. Pourquoi Nicolas Hulot serait en désaccord avec ces objectifs-là ?"

Le nouveau ministre a également annoncé , mercredi, constituer son équipe "d'ici la fin de la semaine.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :