Les chambres de commerce et d’industrie vivent-elles leurs dernières heures ?

 |   |  2914  mots
La CCI de Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne
La CCI de Lyon Métropole Saint-Etienne Roanne (Crédits : Laurent Cerino)
L’avenir de ces établissements publics, confrontés à un "détricotage" par l’État, est brouillé. Ils souffrent d’une image fortement contrastée - la faute, en grande part, leur incombe - auprès d’une frange de dirigeants qui ne leur accordent que très peu d’intérêt et semblent ne pas s’attrister de leur sort. Pour comprendre les raisons de cette distance qui s’est installée, chercheurs et enseignants analysent un monde consulaire en pleine crise et en quête de (re)légitimité.

Désintérêt. Est-ce le mot qui pourrait expliquer l'échec cuisant des élections aux chambres de commerce et d'industrie, qui se tenaient du 20 octobre au 2 novembre 2016 ? Lors de ce dernier scrutin...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/03/2017 à 13:01 :
Bof, encore un organisme endormi qui ne sert qu'une petite minorité d'élus, un organisme qui en plus gère mal l'argent collecté/pris aux entreprises. Avec la compétence économique des Régions, les CCI ne sont plus légitimes aux yeux de la grande majorité des chefs d'entreprise et cela depuis bien longtemps, comme l'atteste le taux d'abstention très élevé à chacune des élections des CCI (en moyenne 85% d'abstention).
a écrit le 27/03/2017 à 21:19 :
Aux dernières élections des Cci, le taux moyen d’abstention des chefs d’entreprise (qui sont les votants) était de 85% (il était de 80% lors des élections de décembre 2010) Les Cci ne sont donc plus vraiment reconnues auprès des chefs d’entreprise. Le réseau Cci en déshérence, réunissant des petits groupes d’élus.
Un ancien Directeur Général de la Cci de Lyon (donc avec un statut d’assimilé fonctionnaire) a touché comme indemnités statutaires la modique somme de 490 242,03 €. (Rapport de la Cour Régionale des Comptes) et il y a d'autres spécificités dans plusieurs Cci, des DG et directeurs de service classés Hors Catégorie ou catégorie 1 qui gagnent plus de 6000 euros net par mois alors qu’un dirigeant de pme touche en moyenne 2500 à 4000 euros nets par mois.
Cci Grenoble a ouvert un campus à Paris dans le quartier du 16eme entre Passy et la Maison de la Radio dans un immeuble dont le loyer annuel (d'HLM?) de 895 760 € HT +charges + surloyer est payé avec son colocataire l'EM Normandie : le local est "très modeste" et nécessite encore des investissements pour le rendre attrayant. Cci Grenoble a fait l'acquisition de l'immeuble Polytec à Grenoble (de 5133 m2 avec 151 places de parking) pour 10 700 000 € payés sur fonds de réserves. EN 2013, la Cci de l’Ain a versé un peu plus de 48.000 euros à une entreprise para-publique du BTP qui en 2013 a réalisé un résultat net de 22 millions d’euros et dont le capital social s'élève à 14.65 millions d’euros.
Fin juin 2015, à la Cci du Grand Hainaut, le Directeur Général "est parti" avec un parachute doré de 500 000 euros. Mi-octobre 2016, c’est au tour de la Directrice Générale de la Chambre de commerce et d’industrie de Champagne-Ardenne de « partir » avec un chèque dont le montant est compris entre 200.000 et 300.000 euros. Une prise en charge financière assurée par le budget de ces Cci, qui est en grande partie constitué de l’argent collecté auprès des entreprises.
Allez voir le siège de Cci France à Paris, un magnifique immense et opulent immeuble de très haut standing sur l’avenue « bon marché » de la Grande Armée dans le « populaire » 17ème arrondissement ! En quoi ce bâtiment sert il les intérêts des entreprises françaises ?
Réponse de le 28/03/2017 à 16:53 :
Les CCi des organismes qui ne servent à rien ! Juste à payer des salaires mirobolants aux cadres sup. des CCI dont certains sont des incompétents , de plus très mauvaise gestion de l'argent public et sert qu'à servir l'intérêt de quelques nantis/élus , aucune valeur ajoutée pour les entreprises. A l'air numérique, elles n'ont vraiment plus lieu d'exister !
Réponse de le 26/04/2017 à 13:33 :
En réponse à Lise: les CCI, par le biais de leurs organismes de formation, organisent des formations "orthographe, grammaire, syntaxe...", renseignez vous: la prochaine fois que vous parlerez sans savoir, au moins vous ferez moins de fautes, vous êtes pénible à lire tant sur le fond que sur la forme....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :