Michelin prépare un plan majeur de réorganisation mondiale

 |   |  468  mots
(Crédits : Reuters)
En janvier 2018, Michelin mettra à l’épreuve son nouvelle organisation mondiale, présentée par Jean-Dominique Senard jeudi matin, en interne.

Le président du groupe Michelin, Jean-Dominique Senard, a présenté ce vendredi à Clermont-Ferrand, aux organisations syndicales et aux cadres de la manufacture, son plan d'attaque pour révolution l'organisation interne de l'entreprise à l'échelle mondiale. Une communication pour l'instant réservée aux seuls salariés de l'entreprise mais dont nous avons réussi à nous procurer une note interne jetant les bases du projet.

"Afin d'assurer le développement et la réussite de notre stratégie, les membres du Comité Exécutif du Groupe (CEG) ont ouvert le chantier d'une nouvelle organisation du groupe durant le second semestre 2016, explique la direction dans ce document. Ils ont partagé avec les membres du Groupe Opérations et Stratégie (GOS), réuni le 15 mars, le résultat d'études préliminaires réalisées entre septembre dernier et février."

10 nouvelles grandes régions

Deux axes majeurs se dégagent dans cette nouvelle stratégie : 10 grandes régions deviendraient les nouveaux "points de contact directs avec les clients".

"Au plus près des marchés et des consommateurs elles connaîtraient les besoins à satisfaire et assureraient la commercialisation de nos offres produits et services. Elles représenteraient le groupe dans la région et seraient responsables de la satisfaction de nos clients. Elles piloteraient leur résultat en termes de croissance et de Résultat Opérationnel", précise la direction.

Parallèlement, Michelin prévoit de créer "14 lignes produits" (Auto Push marques et offres poussées par Michelin auprès du distributeur, Auto Constructeurs, Transports Longue Distance, Mines, Moto cyclo, etc.) afin d'intégrer les besoins identifiés par les régions "pour élaborer les offres les plus compétitives tout en tenant compte de l'environnement concurrentiel".

Lire aussi : Michelin vise 1,2 milliard d'euros d'économies sur la période 2017-2020

Selon le manufacturier, elles joueraient "un rôle clé" dans la construction de la nouvelle stratégie du groupe. En 2016, le bénéfice du groupe était est en hausse de 43,3 % à 1,667 milliard par rapport à 2015, qui était déjà un cru exceptionnel.

"Aucun départ contraint"

Les syndicats qui seront associés à cet immense chantier commencent déjà à se poser des questions concernant l'impact sur l'emploi qu'aura la nouvelle organisation. "Aucun départ contraint ne sera imposé", a assuré le président du groupe. "L'objectif est de gagner en efficacité et donc en productivité pour créer de la croissance", précise le service communication.

Pour effectuer cette réorganisation, que Michelin prévoit de mettre en place dès janvier 2018, 71 groupes de travail vont être créés dans le monde pour réfléchir de façon détaillée d'ici la fin du premier semestre 2017. "Elles permettront de confirmer le scénario et de l'affiner". Autant dire qu'il y a du pain sur la planche.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :