L'opérateur immobilier national Quartus se construit à partir de l'Auvergne

 |   |  699  mots
(Crédits : DR)
En se rapprochant de quatre autres acteurs immobiliers, Quantum Développement prend la tête d'un ensemble totalisant plus de 300 millions d'euros de chiffre d'affaires. Baptisé Quartus, ce groupe décline désormais son offre atour de 5 marques et vise un développement national.

Né à Clermont-Ferrand il y a 25 ans, Quantum Développement a construit son développement essentiellement sur ses terres d'origine et en Rhône-Alpes. Depuis deux ans, avec l'appui de Naxicap, cette aventure locale prend une dimension nationale. "Nous avons souhaité nous développer sur d'autres territoires, pour cela nous avons d'abord repris les activités d'Ardissa issu du groupe nantais Bremond et positionné sur le logement, puis nous avons poussé la démarche plus loin en intégrant trois autres structures pour pouvoir nous positionner comme un ensemblier urbain", résume Rémy Vedeux, directeur général Quartus, porté sur les fonds baptismaux en fin d'année dernière.

Un développement national

Désormais totalement opérationnel, le groupe Quartus, présidé par Franck Dondainas, fondateur de Quantum Développement à la tête de 40 % du capital de Quartus aux côtés de Naxicap, mise sur cinq métiers pour se développer. La promotion et le montage d'opérations et l'ingénierie issus de Quantum Développement, le résidentiel avec Ardissa, le tertiaire et la logistique avec ABCD, promoteur spécialiste de ce secteur originaire d'Avignon et la promotion et l'exploitation de résidence séniors avec le groupe Seniorissime.

Chacun conserve son ancrage local, mais l'ambition est nationale. C'est pourquoi Quartus a installé son siège à Paris et décliné son offre sous 5 marques très lisibles : Quartus résidentiel ; Quartus Club Séniors, Quartus tertiaire et logistique, Quartus montage d'opérations et Quartus Hotellerie.

"Nous avons des agences à Clermont-Ferrand, Lyon, Nantes, Avignon et Marseille. Notre développement se fera d'abord sur ces territoires où nous sommes bien implantés du fait de l'histoire du groupe, mais nous nous positionnons dores et déjà sur des projets sur l'ensemble du territoire", assure Rémy Vedeux, DG de Quartus Montage d'opérations.

A ce jour, Quartus représente 300 millions d'euros de chiffre d'affaires et compte 210 collaborateurs, d'ici un an, son président table sur 400 millions d'euros de chiffres d'affaires.

Des projets conduits de A à Z

Pour y parvenir, il aborde le marché immobilier avec une carte de visite "d'ensemblier urbain". "Nous allons de l'aménagement à la réalisation clé en main en résidentiel comme en tertiaire. Notre approche est de placer l'homme au cœur de notre démarche, donc de réfléchir à l'échelle d'un quartier et de proposer des programmes mixtes en nous concentrant sur les usages", explique Rémy Vedeux. La priorité de Quartus ira donc vers l'achat de fonciers où toute la palette de ses métiers pourra s'exprimer, mais il candidatera aussi aux appels d'offres lancés par les collectivités dans le cadre des grands projets urbains. Paris, Nantes, Marseille et Lyon figurent parmi les villes où Quartus souhaite très vite se positionner sur des grands projets.

Auvergne Rhône-Alpes dans les cibles prioritaires

"En Auvergne Rhône-Alpes notamment nous souhaitons que notre développement se fasse sur la métropole de Lyon", ambitionne le DG. En attendant de pousser ses pions dans l'agglomération lyonnaise, où il réalise un parc d'activité de 17800 m² à Corbas, Quartus a du pain sur la planche à Clermont-Ferrand. Le groupe est en effet engagé sur la quasi-totalité des projets d'aménagement urbain de la ville. Il réalise notamment dans les quartiers nord, la construction d'un ensemble de plus de 13 000 m² destiné à abriter un multiplexe, des restaurants et des activités de loisirs.

Dans le quartier du nouvel hôpital, il va lancer l'aménagement d'un terrain qui accueillera un hôtel, 92 logements, une résidence hôtelière, des commerces et des bureaux. Enfin, il achève les études de la deuxième phase de l'îlot HQ2, 3 hectares situés non loin du stade Michelin et qui après le siège de la CPAM et une résidence hôtelière, devraient se composer d'un programme mixte de bureaux et de logements.

Reste un dernier cap qui vient juste d'être franchi : celui de la foncière lui permettant d'être totalement opérationnel et donc de multiplier les acquisitions et de porter les fonciers au moins le temps de trouver des utilisateurs et/ou des investisseurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :