Matisse à Lyon  : une exposition à 1,4 million d'euros

 |   |  402  mots
(Crédits : @jrdelalamo)
L'exposition qui a ouvert ses portes au public ce vendredi met en scène 250 œuvres d'Henri Matisse. Son budget de 1,4 million d'euros, un des plus importants de ces dix dernières années pour le musée des Beaux-Arts, est lié aux coûts des assurances et transports.

L'exposition que le musée des Beaux-Arts de Lyon consacre au peintre Henri Matisse est reconnue d'intérêt national par le ministère de la Culture et de la communication. Le budget, 1,4 million d'euros, classe cette exposition parmi les plus onéreuses organisées par cette institution municipale ces dix dernières années.

Ce coût s'explique par le montant des assurances lié à la valeur de l'artiste ainsi qu'aux frais de transport. En effet, de nombreuses œuvres ont été prêtées par des fondations et musées européens et américains, tels The Baltimore Museum, Cincinnati Art Museum, Philadelphia Museum of Art, The Metropolitan Museum ou encore the Metropolitain Museum of Moderm Art.

Des dessins de la famille

"Nous avons obtenu des prêts exceptionnels des musées américains avec qui nous avons créé un réseau", s'émerveille Sylvie Ramond, directrice du musée lyonnais. "Nous avons pu également approcher la famille de l'artiste, à New-York et à Paris. Elle nous a ouvert les cartons de dessins inédits, plusieurs dizaines".

L'exposition s'inscrit dans le cadre du quarantième anniversaire du Centre Pompidou, célébré en 2017, qui a mis à disposition 35 œuvres.

"C'est un travail de plus de deux ans et demi et il constitue une merveilleuse occasion de montrer les liens que Matisse avait noués avec Lyon", reconnaît Sylvie Ramond commissaire de l'exposition avec Isabelle Monod-Fontaine, conservateur général honoraire du patrimoine.

Le dessin au cœur de l'exposition

Cette riche et belle exposition intitulée "Henri Matisse, le Laboratoire intérieur", titre emprunté à Beaudelaire, présente 250 créations.

"Elle met en son centre le dessin dans sa relation étroite avec la peinture", explique Sylvie Ramond.

Elle s'organise en quatorze séquences à la fois chronologiques et thématiques : des années d'apprentissage du peintre à la fin du XIXe siècle jusqu'aux études pour la chapelle du Rosaire, à Vence (de 1948 à 1951). "Dans la chapelle, confiait Henri Matisse, mon but principal était d'équilibrer une surface de lumière et de couleurs avec un mur plein au dessin noir sur blanc".

Mécènes

Quelque 150 000 visiteurs sont attendus pour cette exposition qui se déroulera jusqu'au 6 mars prochain. Elle a bénéficié du soutien financier de la région Auvergne-Rhône-Alpes, de la ville de Lyon et du mécénat de la Fondation Total ainsi que du club du musée Saint-Pierre (fonds de dotation).

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :