A Lyon, Transavia France annonce un changement de modèle

 |   |  714  mots
(Crédits : Transavia)
La compagnie low-cost d'Air France-KLM, qui propose des destinations européennes, annonce un pivotement stratégique. Elle renforce ses offres en s'appuyant davantage sur les plateformes régionales, à l'instar de Lyon, et souhaite diversifier sa clientèle en misant sur les passagers d'affaires. Objectif à Lyon en 2016 : 500 000 passagers.

Transavia France accélère son développement en région, et particulièrement à Lyon, dans le cadre d'une nouvelle stratégie basée sur une multiplication des offres en Europe, "et plus uniquement sur le bassin méditerranéen", et sur une diversification de sa clientèle.

Ainsi, la compagnie low-cost, filiale d'Air France-KLM, a annoncé ce mardi une augmentation de 70 % de son offre au départ du troisième aéroport de France pour l'année 2016. La compagnie vise 500 000 passagers sur la plateforme aéroportuaire lyonnaise, contre 260 000 en 2015.

 "C'est la plus forte croissance du réseau", assure Nathalie Stubler, nouvelle présidente-directrice générale de la filiale.

Selon Aéroports de Lyon, Transavia France est désormais "le cinquième opérateur et le deuxième low-cost, derrière Easyjet".

A lire : L'entretien exclusif accordé par Nathalie Stubler à Acteurs de l'économie

Transavia France espère 5,5 millions de passagers en 2016, soit une progression de 30 % par rapport à 2015. Pour atteindre cet objectif, elle comptera bien sûr sur son pôle parisien d'Orly, mais aussi sur Nantes, deuxième plateforme régionale historique après celle rhodanienne exploitée depuis 2010.

Une vingtaine de fréquences en plus, 5 nouvelles lignes estivales

Au total, cette hausse de l'offre lyonnaise se traduit par une vingtaine de nouvelles fréquences disponibles lors de la saison estivale, dont cinq nouvelles lignes (Lyon-Faro, Lyon-Lisbonne, Lyon-Valence, Lyon-Agadir et Lyon-Rhodes). Certaines de ces destinations pourraient être maintenues après l'été.

"Notre agilité nous permettra, en fonction des succès commerciaux, de prolonger ces lignes", estime Nathalie Stubler.

Signe de l'importance de la plateforme lyonnaise pour Transavia France, la compagnie y basera un avion supplémentaire (, portant la flotte locale à trois appareils. Il sera livré avec les quatre autres avions en commande, pour leur part localisés à Orly, portant le total de la flotte Transavia France à 26 appareils.

Pivotement stratégique

Reste maintenant à remplir les appareils au départ de Lyon, alors que pour 2015 Transavia (France et Hollande) annonçait un taux de remplissage proche de 90 %.

Pour cela, l'entreprise opère un pivotement stratégique. Face à la concurrence des autres compagnies sur les destinations soleil, sur lesquelles elle compte bien se battre, Transavia mise aussi sur une diversification de sa clientèle. D'où, notamment, l'ouverture récente d'une ligne vers Tel Aviv.

"Nous ne nous positionnons plus uniquement sur la clientèle loisir. Nos offres s'adressent à une typologie plus large de voyageurs : au delà des city-breakers et des vacances courts et longs séjours, nous nous positionnons davantage sur l'offre business", détaille Nathalie Stuber.

Actuellement, 10 % de passagers déclarent voyager pour affaires. L'objectif de Transavia France est de passer à 15% dès 2016. Pour attirer la clientèle business, la compagnie parie sur son offre de services. Elle propose notamment des packs flexibles, pour être "efficace aussi bien au sol qu'à terre", assure Hervé Kozar, directeur général adjoint commercial.

"La clientèle business peut déjà profiter du Pack Max, qui permet notamment de modifier son vol et le passager jusqu'à 2h avant le départ, et pourra dès le 30 mars, avoir la possibilité de profiter d'un second bagage en cabine", explique-t-il.

En somme, Transavia France s'inspire de l'offre que propose Hop!, la filiale lowcost intérieur d'Air France, qui propose une tarification différente en fonction de la formule.

Retour à l'équilibre prévu en 2017

Justement, pour renforcer sa clientèle business, Transavia France estime pouvoir capitaliser sur la force de "faire partie d'un groupe". À l'instar de la carte de fidélité milles, qui sera également opérationnelle sur les vols Transavia France. D'"autres optimisations des moyens" sont envisageables, selon l'entreprise.

Cette nouvelle stratégie, accompagnée d'une plus grande synergie au sein du groupe, sera bien nécessaire pour combler les déficits successifs de Transavia. Au niveau France et Hollande (le groupe ne communique pas les résultats séparément, NDLR), la filiale lowcost enregistrait une perte de 35 millions d'euros en 2015. Depuis sa création en 2008, elle n'a été rentable qu'en 2012 (un million d'euros). Elle espère revenir à l'équilibre dès 2017.

Un pari qui sera particulièrement scruté par la maison mère. En effet, l'un des trois piliers de la stratégie Perform 2020 d'Air France-KLM est le renforcement de l'activité low-cost du groupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/03/2016 à 17:29 :
Avec 5 ans de retard, Transavia marche dans les pas d'Easyjet qui a réussi à attirer les touristes et les voyageurs d'affaire. En tant que compagnie low-cost qui offre le meilleur niveau de service, Transavia a de bons arguments pour y arriver. En tout cas plus que Ryanair qui n'arrive pas à se défaire de son image de compagnie ultra low-cost.
Réponse de le 16/03/2016 à 11:18 :
Ryanair mon dieu mais quel cirque... 1 fois et je me suis dis mais plus jamais!!
Et pourtant il n'y a eu aucun probleme particulier...
Mais ce n'est juste pas possible quoi.
Transavia je suis parti en vacances a Tel Aviv visiter Jerusalem...
Rien a dire aller comme retour... Super equipage, bonne organisation, confort standard.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :