DCB International s’ouvre les portes d’un nouveau marché

 |   |  434  mots
Le siège actuel de Sanofi Pasteur que l'entreprise quittera dans quelques mois
Le siège actuel de Sanofi Pasteur que l'entreprise quittera dans quelques mois (Crédits : DR)
Le promoteur va lancer la réhabilitation d’un ensemble tertiaire de 20 000 m² dans le quartier de Gerland. Un segment de marché qu’il entend développer.

Le groupe DCB International vient de réaliser l'acquisition des deux immeubles du siège social mondial de Sanofi Pasteur que ce dernier quittera dans quelques mois. Cette opération réalisée en partenariat avec les sociétés Novali et Keys AM et financée par Bank of China permet au promoteur Lyonnais de se positionner sur un marché nouveau.

En effet, jusque là, Didier Caudard Breille, président de DCB International avait presque exclusivement spécialisé son groupe sur des activités de promotion. On lui doit notamment ces dernières années, le bâtiment Empreinte à la Confluence, le nouveau siège d' Alstom Transport au Carré de Soie et encore la construction en cours du siège d'Adecco à Villeurbanne. A côté de ces opérations neuves, DCB International a aussi mené à bien, il y a deux ans, la réhabilitation lourde du « Milkyway », l'ancien siège de Candia implanté dans le quartier de la Confluence. Une expérience qui lui a visiblement donné envie d'aller plus loin, puisque cette fois, il s'attaque à un chantier quatre fois plus important.

Remettre les immeubles aux normes actuelles

C'est dans le quartier de Gerland à Lyon que DCB International va lancer la réhabilitation d'un ensemble de deux immeubles totalisant 20 000 m² actuellement occupés par Sanofi Pasteur. Le groupe pharmaceutique devrait libérer ces bâtiments fin 2016. Le temps pour le promoteur d'étudier les travaux à mener pour remettre ces bâtiments aux standards actuels.

« Un des immeubles a été construit en 1999, l'autre en 2003, ils ne sont pas aux normes actuelles en matière énergétique, or les investisseurs comme les utilisateurs exigent désormais ces normes », explique Didier Caudard Breille.

Son idée est donc de réaliser les travaux nécessaires pour obtenir une labellisation énergétique avant de revendre ou louer ces biens.

Valoriser d'autres actifs anciens

Cette opération qualifiée par Didier Caudard Breille de « plus importante opération de marchand de biens jamais faite à Lyon », devrait ouvrir la voie à d'autres. « Il existe à Lyon, de nombreux actifs qui doivent faire l'objet de réhabilitations lourdes sur le plan énergétique », observe le promoteur qui entend bien mettre la main sur quelques uns.

A terme cette activité devrait donc représenter environ un tiers du chiffre d'affaires de DCB International qui s'est établi en 2014 à 74 millions d'euros. D'ailleurs, le promoteur vient d'acquérir un immeuble de 3 600 m² cours Lafayette et un autre de 4 000 m² dans le sixième arrondissement. De quoi se faire un peu plus la main avant de lancer la réhabilitation du siège de Sanofi Pasteur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :