Le CGPME Camp veut réveiller l'innovation des PME

 |   |  524  mots
(Crédits : DR)
L'organisation patronale organise du 26 au 28 novembre son premier CGPME Camp, basé sur la logique des startups. Pour stimuler l'innovation des TPE/PMI, l'événement regroupe 120 personnes réparties en huit équipes où le mix des compétences et des profils est obligatoire.

Dans la salle des charpentiers ou des maçons du Centre de formation d' apprentis (CFA) de Lyon, dans le 9ème arrondissement une activité inhabituelle se trame. Pendant trois jours, du 26 au 28 novembre, la CGPME Rhône investit les lieux, en organisant son premier « Camp ». L'objectif est de sensibiliser les chefs d'entreprises de TPE/PME à l'innovation.  « Il s'agit de montrer au plus grand nombre d'entre elles qu'elles peuvent innover en un laps de temps relativement court », détaille Gaëlle Dancourt, ‎responsable du service compétences et développement du syndical patronal. Elle s'est inspirée du Muséomix pour monter cet événement.

120 participants

Pour cela, 120 personnes, réparties en quinze équipes, chacune composée de huit personnes aux compétences multiples (RH, finances, commerciales...) et aux profils variés (chef d'entreprises, étudiants, consultants etc.), sont réunies dans cet environnement artisanal pour réfléchir à un concept ou à un prototype. Développés via la logique des startups, ou le partage des compétences et la mise en réseau est plébiscitée, les projets concernés pourront prendre corps via le Fab Lab de la fabrique des objets libre de Bron.

Les idées, aussi bien dans le domaine technologique que dans le service, ont été initialement proposées par des patrons adhérents à la CGPME. 15 sur 35 ont été sélectionnées par l'organisateur, en fonction "de leur état de maturité", souligne Gaëlle Dancourt. Certains projets traînaient dans les entreprises, mais par manque de moyen ou de temps, n'ont pu être développés.

Cependant, fait particulier, les porteurs de projet ne peuvent pas travailler sur leurs idées, "afin qu'ils ne tirent pas dans leur sens", explique la responsable des compétences, précisant qu'ils peuvent tout de même être consultés. La logique est également de favoriser le mix entre les participants et leurs compéténces. Pour les équipiers, notamment les étudiants, l'organisme patronal à chercher à attirer des jeunes à talents et déjà aguerris.

Enjeu entrepreneurial

Tampon entre les participants et le pôle méthodologie qui a pour rôle de validation, six coachs interviennent auprès des équipes. "Nous accompagnons le cheminement des idées",  explique Fred Curttel, d'ordinaire consultant en entreprise pour des grands groupes.

Derrière l'aspect pédagogique, qui sera renforcé par une ouverture au public professionnel ce vendredi après-midi, l'enjeu entrepreneurial est tout de même présent. "Certains projets sortiront peut-être du camp avec un état d'avancement très intéressant", espère Gaëlle Dancourt. Même si cela n'est pas l'essentiel. "L'échec fait également partie de l'innovation", rappelle-t-elle. Cependant, pour éviter tout risque, un protocole juridique a été signé entre les porteurs de projets et les équipiers, qui assure la confidentialité.

Pour la CGPME, cet événement, financé par des partenaires privés qui se sont engagés sur trois ans, est une façon de défendre un "syndicalisme pragmatique" comme le suggère François Turcas, en plus du volet traditionnel de revendication. Pour ça, les patrons seront dans la rue le 1er décembre à Paris, et le 3 décembre à Lyon.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2014 à 21:27 :
Bon courage, le souci du client et l'innovation un certain nombre ont oublié...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :