Alila veut franchir les frontières rhônalpines

 |   |  459  mots
Une résidence d'Alila à Blacé dans le nord du département du Rhône. © DR
Une résidence d'Alila à Blacé dans le nord du département du Rhône. © DR (Crédits : DR)
Le promoteur lyonnais de logements sociaux, Alila, vient d’ouvrir une agence à Paris et une autre à Bordeaux. Deux régions sur lesquelles il lancera des opérations d’ici un an.

Créée en 2007, Alila ne produit que du logement social. Une niche porteuse puisque le promoteur affiche 77.5 millions d'euros de chiffre d'affaires sur son dernier exercice en progression de près de 50 millions et 5 % de résultat net. « Nous avons une parfaite maîtrise des coûts de construction », fait valoir Hervé Legros, président fondateur du promoteur Lyonnais.

Un montage bien rodé

Au-delà de l'acte de construction, Alila a aussi appris à minimiser les risques. Ainsi, chaque opération lancée est préalablement vendue à un bailleur social. « Nous répondons en général à des appels d'offres lancés par des collectivités. Lorsque nous sommes retenus, nous nous mettons en quête d'un bailleur social auprès de qui commercialiser l'opération en VEFA. Environ 70% de ces opérations sont destinées la location, les autres sont des logements pour l' accession sociale à la propriété », explique le président d'Alila qui peut compter sur des partenaires récurrents à l'image des Opac du Rhône et du Grand Lyon, de la Semcoda ou de Vilogia auprès de qui il commercialise ses opérations.

Un développement maitrisé

L'an dernier, Alila a livré 150 logements et a lancé la construction de 600 dans l'Ain et le Rhône. Un millier d'appartements sont actuellement en cours de production auxquels s'ajouteront au moins 400 nouveaux lancés cette année. Si pour l'heure, la production se concentre dans la région Rhône-Alpes, principalement dans le Rhône, l'Ain et l'Isère, dès l'année prochaine, elle se fera aussi en Aquitaine et en Ile de France, puisque le promoteur vient d'ouvrir une agence à Paris et une autre à Bordeaux. « Nous avons choisi ces destinations pour leur potentiel en matière de production de logement social. Nous y lancerons des opérations avant la fin de l'année prochaine », promet Hervé Legros.

Des moyens renforcés

Pour se lancer hors des frontières rhônalpines, le fondateur d'Alila dispose désormais de moyens à hauteur de son ambition. Il a bouclé,  il y a un an, un emprunt obligataire de 5 millions d'euros souscrit par des dirigeants Lyonnais, parmi lesquels Jean-Louis Alloin, ancien patron du transporteur éponyme, Bernard Terra, ex dirigeant d'ICBT et encore les dirigeants du groupe Babou. 

« Nous avons également créé un conseil de surveillance qui réunit ces obligataires et qui a pour missions de consolider la stratégie de l'entreprise et de réfléchir à des évolutions en matière d'organisation et de développement », ajoute Hervé Legros qui détient 85% du capital d'Alila aux côtés de Jean-Claude Michel, son partenaire historique, ancien  DG du transporteur Norbert Dentressangle. Enfin, Alila a recruté 4 personnes en 2013, portant ses effectifs à 14 salariés. Il annonce 90 millions de chiffre d'affaires cette année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :