Les visées chinoises d'Emile Cohl

 |   |  458  mots
cours de modèle vivant à l'Ecole Emile Cohl
cours de modèle vivant à l'Ecole Emile Cohl (Crédits : DR)
Depuis trente ans, cette école privée lyonnaise forme aux métiers d’illustrateur, dessinateur de BD ou infographiste. Son excellence intéresse la Chine où Emile Cohl pourrait se dupliquer d’ici deux ans.

Le week-end prochain, Philippe Rivière fondateur en 1984 de l'Ecole Emile Cohl s'envole pour Pékin où pendant dix jours il va rencontrer des partenaires universitaires potentiels. Dans la ligne de mire, l'ouverture d'une Ecole Emile Cohl dans la capitale chinoise d'ici deux ans. "Au cours d'un voyage en Chine en 2010, Philippe Rivière a découvert la même situation qu'à Lyon il y a 30 ans, soit des formations au dessin de haut niveau mais sans vraiment d'objectifs professionnels. L'idée est d'installer en Chine notre modèle pédagogique, dont l'excellence est largement reconnue", précise  Emmanuel Perrier, directeur délégué.

Taux d'insertion record

Cette école privée (450 étudiants, 70 professeurs) a voulu dès le départ s'ouvrir à tous les débouchés qu'offre la maîtrise du dessin, initialement la BD puis s'emparant au fil du temps des nouveaux médias et techniques. Sur un cursus de 5 ans, 2 ans de spécialisation débouchent sur quatre secteurs : édition, cinéma d'animation, jeu vidéo, numérique. Le taux d'insertion professionnelle frôle les 100% pour les "Emilecohliens" spécialistes du jeu video et du dessin d'animation, "s'ils acceptent de s'exporter au Canada, Australie, USA… car c'est là que tout se passe".

10% d'étudiants étrangers

Ecole chère (8000€ par an) et exigeante (170 étudiants à l'entrée, 60 étudiants à la sortie), elle se distingue d'écoles concurrentes par sa large palette et attire désormais 10% d'étudiants étrangers, dont de nombreux Chinois. Les différents univers professionnels fréquentent volontiers les "jobdatings" de l'Ecole, "les trois studios d'Ubisoft viennent recruter à l'Ecole", souligne le directeur délégué. La réputation d'excellence d'Emile Cohl a dépassé les frontières, notamment au Canada où des échanges de professeurs sont prévus avec le Centre NAD de Montréal - spot mondial du jeu video ; ou avec le Sheridan College de Toronto, "berceau" de John Lasseter, fondateur du célèbre studio d'animation US Pixar. Fin 2012 l'Ecole lyonnaise voyait son diplôme visé par le Ministère de l'enseignement supérieur et de la recherche, reconnaissance unique pour une école privée de dessin et qui lui permet justement de pouvoir "dealer"  avec les universités chinoises.

Déménagement

Etudiants plus nombreux, lancement en septembre prochain d'une nouvelle formation au dessin 3D, l'Ecole se sent désormais à l'étroit dans les locaux qu'elle occupe depuis 1994 et a programmé son déménagement pour la rentrée 2015. Elle s'installera dans des bâtiments réhabilités de la friche Renault Véhicules Industriels à Lyon, enrichis de locaux neufs. Soit un investissement de 14 millions d'euros pour 7500m2 de surface plancher. Elle rejoindra sur ce site un poids lourds de l'enseignement professionnel, la SEPR, et devrait accueillir d'ici 10 ans près de 900 étudiants.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :