Quand une plateforme web veut "ubériser l'engagement citoyen"

 |   |  381  mots
(Crédits : Décideurs en région)
Du 1er au 31 octobre, près de 200 associations de la métropole lyonnaise proposeront des offres de bénévolat pour les citoyens qui souhaitent s'engager ponctuellement dans une cause. Derrière cette opération nommée Tous unis, tous solidaires, se trouve aussi une envie de susciter l'intérêt du citoyen.

L'union fait la force semble dire Pascal Isoard Thomas, animateur de Tous Unis, Tous Solidaires. Pour la seconde année consécutive, 200 associations se sont unies derrière ce collectif afin de susciter l'intérêt des citoyens pour le bénévolat.

"Au sein des petits frères des Pauvres, nous avons eu cette envie d'une rencontre entre citoyens et bénévoles. Plutôt que de la faire seuls, nous sommes allés voir les associations avec lesquelles nous sommes en lien", souligne Pascal Isoard Thomas, également directeur de la fraternité régionale Auvergne Rhône-Alpes des petits frères des Pauvres.

La démarche est plutôt simple : sur un site internet, les associations déposent leurs offres d'activités bénévoles, auxquelles peuvent postuler les personnes intéressées. Souvent, ces activités durent seulement une journée. Mais l'idée est de susciter l'envie de s'investir auprès des participants. Lors de la dernière édition, 40 % des participants sont devenus des bénévoles réguliers.

Manque d'opportunités

"Beaucoup voudraient s'engager, mais ne savent pas comment le faire", estime le sénateur-maire de Lyon, Gérard Collomb. De plus, selon lui, "nous sommes face à une ubérisation de l'engagement : les individus n'ont plus envie de s'engager pour la vie, mais ponctuellement." D'où l'idée de ces missions d'un jour.

Par ailleurs, selon un rapport publié par France Bénévolat en 2016, après le manque de temps, l'un des principaux freins à l'engagement est l'absence d'opportunités. 30 % des personnes interrogées affirment que si elles ne donnent pas leur temps gratuitement, c'est "par manque d'occasion".

5 000 bénévoles

En juin 2015, le mouvement avait duré une semaine, et était cantonné à la Ville de Lyon. Cette année, la formule est la même, mais le dispositif s'étend du 1er au 31 octobre. Il est cette fois-ci étendu à l'ensemble des associations de la métropole lyonnaise, qu'elles soient sportives, solidaires, culturelles... Pour l'instant, 2 000 annonces ont déjà été déposées. L'objectif est d'atteindre les 5 000 en un mois, et tout autant de bénévoles.

"Lyon est déjà une capitale économique, je voudrais qu'elle devienne une capitale sociale", conclut le président de la métropole de Lyon. L'initiative devrait à présent être renouvelée annuellement.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :