Quand l'Université de Lyon veut "fabriquer" l'innovation

 |   |  773  mots
(Crédits : DR)
La Fabrique de l'innovation, qui vise notamment à rapprocher le monde universitaire et les milieux socio-économiquse, devrait voir le jour définitivement en 2020. Mais d'ici là, des "préfabriques" fleurissent. Une première a vu le jour début 2016 à Saint-Etienne, tandis que celle de Lyon devrait éclore à l'été 2017. L'objectif de ces structures ? Renforcer la dynamique collective et "accélérer la preuve du concept" afin de calibrer au mieux ce que sera, dans sa version finale, la Fabrique de l'innovation, portée par l'Université de Lyon, et qui nécessite un budget de 16,7 millions d'euros, hors frais de fonctionnement.

"La Fabrique de l'innovation va pouvoir combler un lien manquant entre les chercheurs, le monde économique et les étudiants", détaille Frédéric Fleury, président de l'Université Lyon 1. Le projet définitif devrait voir le jour dès 2019, sur les campus de Saint-Etienne et de la Manufacture des Tabacs à Lyon. Puis en 2020 pour le site principal, situé sur le campus de Lyon Tech La Doua. Un projet collaboratif porté par l'Université de Lyon.

Lire aussi : LyonTech-La Doua : un campus du futur à vocation européenne

Cependant, "sur un tel sujet, il était essentiel de renforcer dès à présent la dynamique collective. Hors de question d'attendre cinq ans", souligne Hugues Benoit-Cattin, directeur du projet, et directeur-adjoint en charge de l'innovation à l'Insa Lyon. Aussi, une pré-fabrique de l'innovation a déjà été lancée à Saint-Etienne, une autre verra le jour à Lyon cet été. Ces lieux permettront avant tout de prototyper, de tester, d'ajuster ce que pourra être la Fabrique dans sa version finale. "Cela va nous permettre d'être un accélérateur dans la preuve du concept", souligne David Kimelfeld, premier vice-président de la métropole de Lyon.

"Par exemple, à Saint-Etienne, nous nous sommes rendus compte que, contrairement à ce que nous avions prévu, il fallait décloisonner les lieux", illustre Hugues Benoit-Cattin.

A Lyon, l'idée est de tester la façon dont sera organisé le futur fab lab. Cette fabrique avant la fabrique sera accessible à tous, et située près du Double mixte. Tout comme pour Saint-Etienne, "ce ne seront pas les locaux définitifs, qui doivent encore être construits", précise Hugues Benoit-Cattin.

5 "fabriques"

Mais si la dimension est différente, l'objectif est le même, à savoir "renforcer, et développer l'offre de services pour les porteurs de projets et les entrepreneurs", détaille Hugues Benoit-Cattin. Pour ce faire, la Fabrique de l'innovation se décline en cinq catégories de service.

"Ce sera à la fois une fabrique de rencontres, entre les différents acteurs et milieux qui ont parfois du mal à échanger, une fabrique d'idées et de solutions sur les phases de créativité, en mobilisant les forces universitaires, une fabrique de projets" au sein de ce qui sera un incubateur, énumère le directeur du projet.

Mais aussi une fabrique à prototype et une fabrique à expérience, sous forme notamment de living lab.

Fabrique de l'innovation

A Lyon, le site principal de 4 000 m² accueillera l'ensemble de ces services. Celui de la Manufacture des Tabacs (500 m²), installé dans une maison inscrite au patrimoine historique, sera à la fois dédié à la créativité et à l'incubation des étudiants entrepreneurs. Quant au site de Saint-Etienne, 1 000 m² au sein du Centre des savoirs pour l'innovation, il aura trois fonctions principales : les rencontres, l'incubation et maturation, et le fab lab.

L'idée est qu'au fur et à mesure du développement de son projet l'étudiant, l'entreprise ou le chercheur puisse circuler entre les différentes structures pour y trouver l'aide la plus adaptée. Mais la Fabrique de l'innovation ne se limite pas à ces nouveaux lieux physiques, elle s'intègre plus globalement dans l'offre de l'Université de Lyon.

Financement

Lancée à l'occasion du dernier contrat de plan Etat-Région, la Fabrique de l'innovation bénéficie de financement de la part de l'Etat, à hauteur d'1 million d'euros, de la région Auvergne Rhône-Alpes et de la métropole de Lyon, pour chacune 6,4 millions d'euros. Avec le site de Saint-Etienne - pour lequel Saint-Etienne Métropole apporte 1,5 millions d'euros supplémentaires, tout comme la Région - le budget global d'investissements immobilier, hors frais de fonctionnement et outils, s'élève à 16,7 millions d'euros.

"Cette décision d'investir dans la Fabrique de l'innovation est partie du constat que les PME sont faiblement internationalisées, doivent faire face à la problématique de la formation et rencontrent des difficultés pour entrer en contact avec la recherche. La Fabrique est une partie de la réponse car elle peut favoriser les passerelles", indique David Kimelfeld.

Pour le reste, l'Université de Lyon investit dans la masse salariale - aujourd'hui, quatre personnes travaillent à l'élaboration du projet à plein temps - et l'équipement des différents lieux pourrait se faire via des partenariats avec des entreprises, des levées de fonds au travers de mécénat...

Idex

Même si le projet est lié à l'Université de Lyon, et s'inscrit en cohérence avec le projet de l'Idex, "nous n'avons pour l'instant prévu aucun financement de l'Idex sur la Fabrique", précise Hugue Benoit-Cattin. Cependant, si ce label d'excellence était finalement octroyé à l'Université de Lyon, une partie des financements pourrait servir au développement de la Fabrique.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/12/2016 à 19:36 :
Ravie d'avoir des étudianst innovants , j'espère qu'ils trouveront assez d'entreprises innovantes ....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :