Comment ASM Clermont-Ferrand prépare l’après-rugby de ses joueurs

 |   |  753  mots
(Crédits : DR)
Afin d'assurer l'avenir des jeunes rugbymen, qui ne deviendront pas tous professionnels, le club de rugby ASM Clermont-Ferrand développe une politique d'accompagnement poussée. En ce sens, il vient de renouveler son partenariat avec EDF.

Coupe du monde, tournoi des Six nations, challenge européen, Top14... Les jeunes rugbymen rêvent tous de ces grands moments de ballon ovale. C'est en ce sens qu'ils ont dépensé lors de leur adolescence, énergie physique et mentale. Mais tous n'atteindront pas ce rêve.

Les clubs de rugby s'organisent donc pour assumer cette responsabilité et donner une porte de sortie à leurs jeunes. À l'image de l'ASM - Clermont-Ferrand.

"L'ASM prépare ses joueurs à cette éventualité, en les formant aux métiers qui leur plaisent. Pour préparer activement les joueurs à cette reconversion, nous leur donnons les bases solides à un métier", souligne Bertrand Rioux, directeur du centre de formation de l'ASM.

EDF dans la mêlée

Ainsi, le vice-champion d'Europe 2015 a officialisé un partenariat avec EDF. Un contrat "d'accompagnement dans la durée", souligne Éric de Cromieres, président du club de rugby.

"Nous visons 50 % de joueurs du club issus du centre de formation. Pour cela, EDF appuie le centre de formation et parraine des jeunes qui nous sont adressés afin de les aider à envisager l'avenir après leur carrière sportive", explique Éric de Cromieres.

Le premier producteur et fournisseur d'électricité en France s'engage concrètement auprès des joueurs. Au nombre des parrainé par EDF au club espoir, en 2014/2015, le 3e ligne Adrien Charbonnnier était en stage L2 ESC, l'ailier Pierre Gaveau après une inscription en CFA du bâtiment, réalisait un bilan de positionnement, et le talonneur Pierre Rude suivait un stage d'orientation avant de s'inscrire en BTS électrotechnique avec un aménagement des horaires.

Au bilan de l'année précédente, le talonneur Jean Charles Fidinde, aujourd'hui à Narbonne, avait préparé un BTS commerce international, le 2e ligne Maxime Granouillet a rejoint Aurillac avec un BTS paysagiste, et Ibrahima Kanté, 2e ligne lui aussi, s'était engagé dans un bilan de positionnement et joue aujourd'hui à Bergerac.

Suivi par la Ligue nationale

Si certaines démarches sont bénévoles, le processus s'est accéléré grâce à un encadrement plus important.

En France, 605 joueurs se préparent dans l'un des 30 centres de formation de club professionnel de rugby agréés ministère des Sports. Ils ont en moyenne entre 16 à 23 ans.

"Tous les clubs sont obligés de disposer d'un centre de formation agréé pour participer aux championnats professionnels, précise Emmanuelle Varron, responsable relations presse à la Ligue nationale de Rugby".

L'entrée et le maintien du joueur dans un centre de formation agréé d'un club professionnel sont conditionnés au suivi d'une formation scolaire, universitaire ou professionnelle, lui permettant de développer ses qualités sportives mais aussi de faire face aux aléas de la carrière sportive de haut niveau et d'anticiper la fin de celle-ci par une reconversion préparée.

Évaluation des centres de formation

Le contenu de la formation extra-sportive ainsi que son suivi et ses résultats sont contrôlés par la Commission Formation FFR/LNR chaque saison. Parallèlement, une évaluation qualitative des centres de formation est réalisée chaque saison : les dispositifs d'accompagnement des joueurs mis en place par les centres de formation, le niveau des formations suivies par les stagiaires, ainsi que les résultats aux examens ou à l'atteinte des objectifs pédagogiques des joueurs sont des éléments déterminants dans le classement attribué aux centres de formation.

Chaque année un centre de formation doit justifier de la situation de chaque joueur ayant quitté le club auprès de la Commission formation FFR/LNR.

L'entrée et le maintien du joueur dans un centre de formation agréé d'un club professionnel sont conditionnés au suivi d'une formation scolaire, universitaire ou professionnelle, lui permettant de développer ses qualités sportives mais aussi de faire face aux aléas de la carrière sportive de haut niveau et d'anticiper la fin de celle-ci par une reconversion préparée.

Élite de demain

Le centre de formation asémiste compte aujourd'hui une cinquantaine de pensionnaires de 17 à 22 ans. Français majoritairement, mais aussi Britanniques, Fidjiens, Australiens ou encore Argentins.

"Tous les joueurs que nous recrutons doivent avoir l'ambition d'atteindre l'équipe fanion. Nous affichons la volonté de former des joueurs de très haut niveau".

La vingtaine de ces jeunes joueurs suivie par la Ligue nationale de rugby constitue le "pôle élite". Une trentaine d'autres constitue le réservoir de jeunes ayant un fort potentiel et qui n'attend plus que d'éclore. Et pourquoi pas, demain, remporter un titre majeur.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2016 à 8:56 :
Bravo, je reconnais bien là le très bon niveau de réflexion du club.Félicitation à tous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :