[Enquête] Les visages contrastés du cardinal Philippe Barbarin

 |   |  4768  mots
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie
©Laurent Cerino/Acteurs de l'économie (Crédits : Laurent Cerino/Acteurs de l'Economie)
Philippe Barbarin est l'épicentre d'une affaire qui secoue l'Église de France. Le cardinal de Lyon est accusé de n'avoir pas sanctionné immédiatement deux prêtres, Bernard Preynat et Jérôme Billioud, dont il a appris entre 2007 et 2009 qu'ils avaient commis des abus sexuels sur mineurs une quinzaine d'années plus tôt. Le parquet de Lyon a ordonné, pour le premier cas, une enquête préliminaire. Le primat des Gaules est pris entre le marteau médiatique et l'enclume politique - Manuel Valls a demandé à l'archevêque "de prendre ses responsabilités". Arrivé à la tête du diocèse lyonnais en 2002, il exposait dès sa nomination une personnalité singulière. Depuis, le passionné de Tintin et le marathonien ont imposé un style, et surtout une voie qui ont “marqué” entre Rhône et Saône. Une personnalité impétueuse qui abrite trois identités, trois vocations, trois responsabilités : celles d’homme, de prêtre, de patron. Cette affaire mettra-t-elle un terme à sa carrière ? Enquête (réalisée en 2012) sur les visages contrastés du cardinal Barbarin.

Quelques voix, isolées, évoquent bien un narcissisme, un "amour de lui-même", et un "ego" immodérés, consolidés par un entourage porté à la soumission, à la flatterie ou à l'admiration. Mais, même...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :