MassChallenge Suisse lance sa saison 2

 |   |  560  mots
(Crédits : MassChallenge Suisse)
MassChallenge Suisse, accélérateur de startups, a choisi Lausanne pour le lancement de sa deuxième édition aujourd'hui où il attend plus de 800 projets. A l'échelle internationale, la structure a permis de lever des fonds à hauteur de 1,8 milliard de dollars.

Déclinaison suisse d'un programme international (Boston, Israël, Mexico, Londres et la Suisse), MassChallenge est indépendant et n'investit pas dans les startups sélectionnées (70 projets en 2016 parmi 450 provenant de 50 pays). Cette année, MassChallenge va à nouveau retenir environ 70 projets pour son programme d'accélération pour maintenir la qualité des startups associées.

Lire aussi : MassChallenge s'installe à Genève, un écueil pour Lyon ?

Originaire de Boston, le programme suisse de MassChallenge est lancé en même temps qu'Israël et les Etats-Unis. Londres et le Mexique débuteront leur session en avril. Il est soutenu par l'industrie avec des fonds privés. Son budget de fonctionnement avoisine les trois millions de francs suisses (dont jusqu'à un million que se partageront les vainqueurs) financés par les partenaires fondateurs (Nestlé, Buhler, Barry Callebaut, GEA, Givaudan, le Swiss Economic Forum et la Fondation Inartis).

De nouvelles entreprises sont intéressées à devenir sponsors en 2017. Elles seront annoncées au mois de juin. Ces entreprises sont partie prenantes du coaching des startuppers avec la mise à disposition d'une dizaine de mentors sur un pool de près de 200 formateurs accompagnant les 70 projets sélectionnés.

"Selon l'organisation horizontale du programme MassChallenge, le pool de coachs doit être gardé volontairement large afin d'offrir bénévolement des compétences généralistes et de métiers aux projets sélectionnés", précise Benoît Dubuis, founding partner de MassChallenge, directeur du Campus Biotech et président de la fondation Inartis.

Hautes technologies, sciences de la vie et social

En 2017, les thématiques vont rester les mêmes. Un tiers des entreprises choisies en 2016 étaient actives dans les hautes technologies. Un quart était lié au commerce de détail et aux biens de consommation et un autre quart portait sur la santé et les sciences de la vie. Et les entreprises présentes dans le social constituaient 1 2% et 6 % travaillaient sur l'énergie, notamment sur l'énergie propre. Fait nouveau cette année, les startuppers seront logés chez l'habitant. Retraités, familles ou autres citoyens pourront héberger un jeune entrepreneur, contre une indemnisation de MassChallenge.

"Forts de notre expérience 2016, nous cherchons à aider ces jeunes à se loger dans un pays comme la Suisse où le niveau de vie est le plus élevé au monde. Cette formule unique donne la possibilité à ces jeunes de s'imprégner de la culture suisse", ajoute Benoît Dubuis, qui estime possible de trouver 30 à 40 personnes d'accueil.

Chacune pourra choisir d'accueillir quelqu'un actif dans un domaine proche de ses affinités et ainsi se mêler davantage à l'écosystème. Le syndic de Renens a déjà montré un intérêt pour loger un dirigeant de startup.

1,8 milliard de dollars levés

A l'échelle internationale, 4200 applications issues de 81 pays (dont 1200 alumni) ont permis de lever des fonds à hauteur de 1,8 milliard de dollars pour des revenus de 700 millions. "Avec ses 450 applications, la Suisse représente 10 %. Notre objectif pour 2017 est d'atteindre 20%", conclut Benoît Dubuis.

Lire aussi : Startups : Mass Challenge épaulera Big Booster Lyon

Ce mardi en fin d'après-midi, cette deuxième édition sera lancée de manière acrobatique avec des artistes dans un spectacle aérien au centre de Lausanne, "une symbolique, qui illustre la réalité du monde entrepreneurial faite de petits pas dont chacun est déjà une victoire", conclut Benoît Dubuis

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :