Finoptim lève 1,3 M€ pour lutter contre les particules fines

 |   |  376  mots
(Crédits : DR)
La jeune pousse iséroise qui a conçu deux produits innovants visant à optimiser les performances des cheminées ouvertes vient de collecter 1,3 million d'euros en augmentation de capital et concours bancaires. Ses fondateurs, restés majoritaires, visent un million d'euros de chiffre d'affaires en 2017 et le double en 2018.

Les particules fines émises par le chauffage à bois sont montrées du doigt à chaque épisode de pollution, comme en décembre dernier. Finoptim, jeune société grenobloise créée en 2013, ayant breveté deux produits innovants visant à optimiser les performances des cheminées, vient de finaliser une première levée de fonds. Elle a reçu 1,3 million de deux structures financières : CMCIC Capital Privé (filiale de CM-CIC Investissement) et de Kreaxi (issu de la fusion en novembre dernier de Rhône-Alpes Création et Banexi Ventures Partners).

Une partie de la somme a été apportée sous forme d'augmentation de capital et le reste en concours bancaires. Baptiste Ploquin et David Lepiney, les deux fondateurs, conservent la majorité des actions.

Doubler la capacité de production

"Jusqu'à présent nous avons développé l'activité sur nos fonds propres. La société a toujours été rentable et elle continuera sur ce modèle économique", précise Baptiste Ploquin.

Le cash injecté par les deux institutionnels est destiné à accroître la capacité de production, à étoffer l'équipe commerciale et à financer les besoins en fonds de roulement pour faire face à la croissance du chiffre d'affaires.

"Il double chaque année. Nous prévoyons un million d'euros de ventes en 2017 et 2 millions en 2018", dit Baptiste Ploquin.

100 revendeurs fin 2017

Finoptim, qui compte sept salariés aujourd'hui, a conçu un "insert ouvert" qui se place dans la cheminée ouverte et réduit de "80 % les émissions de particules fines".

Ce premier produit décliné en 4 tailles (prix : de 2 000 à 4 000 euros) a été mis au point avec l'INP de Grenoble. Le second, développé exclusivement en interne, se présente comme "une cheminée ouverte aussi performante qu'un foyer fermé".

La société, sise à Fontaine, fait appel à des sous-traitants tôliers mais fabrique en interne l'échangeur - l'innovation repose sur la gestion des flux d'air- et effectue l'assemblage. Elle revendique aujourd'hui 30 revendeurs et veut porter ce réseau à 100 d'ici à la fin de l'année.

Aides de l'Adem et de Bpifrance

La jeune pousse a été accompagnée par l'incubateur grenoblois Linksium (ex Grain). Elle a bénéficié d'aides de l'Ademe (développement technique et expérimental) et de Bpifrance. Elle a gagné plusieurs prix, notamment au titre de la construction durable/

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :