Smart city : Lyon Parc Auto fait de l'œil aux startups

 |   |  406  mots
(Crédits : dr)
Le gestionnaire de parking et de places de stationnement Lyon Parc Auto entend devenir un acteur de premier plan dans la construction de la ville du futur. Pour cela, il va soutenir les startups engagées dans la mobilité de demain en proposant notamment d'en héberger certaines.

Quel sera le stationnement de demain ? Lyon Parc Auto (LPA), gestionnaire de 32 parcs, 39 000 places de stationnements, pour un chiffre d'affaires de 56 millions d'euros en 2015, se pose cette question et entend devenir un acteur majeur de la ville du futur.

Pour cela la Société d'économie mixte se tourne vers les startups lyonnaises engagées dans la mobilité de demain. Elle vient ainsi de signer un premier partenariat avec Copark, spécialisée dans la gestion et l'optimisation de places de stationnement vacantes. "L'idée étant de mettre en relation des personnes ayant des places de stationnement disponibles et des automobilistes en cherchant une." Il y en aurait entre 400 et 500 sur le territoire.

Nouveaux usages

Par ce partenariat, LPA, qui met un premier pied dans le secteur des parkings privés lyonnais, soutient la startup à la fois par l'achat de la licence mais aussi par un accompagnement et une ouverture à son réseau.

"Nous allons ainsi l'aider à se développer sur d'autres villes", souligne Louis Pelaez, président de LPA.

Les deux structures vont à l'avenir créer de nouveaux usages pouvant être utilisés pour les parkings existants de LPA. Dans les mois à venir, il sera par exemple possible de réserver sa place plutôt que d'arriver devant un parking complet.

Hébergement de startups

C'est à travers ce type de collaboration que Lyon Parc Auto a la volonté d'être un acteur de référence sur les futurs enjeux de la mobilité comme sur la logistique urbaine, la livraison du dernier kilomètre, etc.

Lire aussi : Smart city : Lyon, laboratoire urbain européen

Et pour aller plus loin, il propose d'héberger des startups au 3è étage de ses bureaux. Une douzaine pourrait être accueillie dans les mois à venir et travaillera en lien direct avec le service R&D de LPA. Pour celle-ci, il s'agit aussi de pouvoir accéder aux marchés de la Métropole.

Pour le moment, il n'est pas envisagé que LPA entre au capital des startups soutenues.

"Nous serons désormais plus présents dans les initiatives portant sur la ville intelligente lors d'événements et les lieux de rassemblement entre autres. Cela fait partie d'un développement naturel de LPA. Ensemble, nous devons donc réfléchir à l'évolution de la voiture de demain, et donc aussi au stationnement", précise Louis Pelaez.

Lire aussi : Lyon Parc Auto veut entrer au capital des Aéroports de Lyon

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :