Ulis : une diversification en dehors du militaire

 |   |  640  mots
(Crédits : DR/Ulis)
De retour du salon China International Optoelectronic Expo (CIOE) début septembre, la société grenobloise Ulis, spécialisée dans la fabrication d’imageurs thermiques, vient de lancer un détecteur de nouvelle génération (le Pico384 Gen2) afin de pénétrer le nouveau marché de l'observation de la nature et de la faune, le camping et la randonnée.

Créée en 2002 à partir d'une technologie CEA-Leti, Ulis a le vent dans les ailes. Avec près de 150 salariés pour 40,6M€ de CA en 2014, cette société grenobloise spécialisée dans la fabrication de détecteurs infrarouges réalise 95% de ses ventes à l'export. Lorsque Jean-François Delepau arrive à la direction générale en 2007, la société ne comptait que 30 salariés.

Croissance moyenne de 10 %

"Nous avons eu une croissance rapide puisque nous sommes passés de 0 à 40 M€ en l'espace de 10 ans", atteste le directeur général d'Ulis.

Filiale du groupe Sofradir à 100% depuis juin 2014 (date à laquelle Sofradir a racheté les 15 % de parts que possédait GE Equity), les principaux marchés d'Ulis sont le militaire (30%), tandis que la sécurité et la thermographie représentent à eux deux 70%.

"Nos clients sont plutôt des grands comptes, avec parmi eux de grosses sociétés du domaine de la sécurité", résume Jean-François Delepau.

En enregistrant une croissance moyenne de 10% par année, Ulis réalise près de 60% de son CA en Europe, contre 40% en Asie et en Amérique du Nord. Et ce n'est pas forcément son métier historique, le militaire, qui drive la croissance : "Ce marché a souffert l'an dernier avec la baisse des dépenses américaines, mais il a tendance à reprendre, en dehors des Etats-Unis", précise M. Delepau.

De nouveaux marchés

Ulis vise désormais de nouveaux marchés, tels que le bâtiment connecté (smart building), estimé à un million de pièces -et dont Ulis espère décrocher 30% de parts de marché-, ainsi que l'automobile, à compter de 2017.

"De plus en plus de nouvelles technologies sont tirées par les applications civiles. Nous souhaitons travailler à réduire les coûts afin que ces équipements se retrouvent, à terme, dans les mains du grand public", affirme Jean-François Delepau, qui espère ainsi passer d'un modèle exclusivement B to B à un modèle B to B to C.

Pour cela, le directeur général a un défi : faire baisser le coût de ses produits, "à la fois à travers un travail de R&D en partenariat avec des organismes de recherche comme le CEA Leti, en vue d'améliorer la technologie, mais aussi en augmentant les volumes et en automatisant les chaînes pour faire baisser les prix". Il ajoute : "Dans l'automobile, l'option infra-rouge est encore trop chère : pour être accessible, il faudrait qu'elle tombe à 500 à 600€ au lieu de plus de 2000€".

Avec le lancement d'un détecteur nouvelle génération, Ulis se faufile également dans le marché des loisirs outdoor, un segment lui aussi en croissance. "L'objectif est là aussi de réaliser des produits qui s'insèrent plus facilement dans les caméras de nos clients, qui peuvent être des fabricants de jumelles ou d'accessoires pour l'observation de la nature ou la randonnée. Cela peut représenter plusieurs dizaines de milliers de pièces par an", ajoute le directeur général.

Des atouts à utiliser

Face à une concurrence composée à la fois de sociétés américaines pour le marché militaire et de sociétés plus généralistes développant des détecteurs, être une filiale de Sofradir peut-il alors constituer un atout pour Ulis ?

"Cela nous permet de valider notre roadmap produits, car ce sont aussi nos clients. C'est également un soutien financier indéniable en cas de besoin, même si nous sommes autonomes financièrement", précise M. Delepau. Pour se différencier, Ulis mise beaucoup sur la R&D, dans laquelle elle investit près de 20% de son CA, un ratio comparable à l'industrie des semiconducteurs. Mais aussi sur l'automatisation de sa production, entièrement effectuée à Grenoble dans une usine de 5000 m2 (comprenant 900m2 de salle blanche), pour réaliser des gains d'échelle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :