Cancer : « 360 médical », la plateforme d'infos grand angle

 |   |  557  mots
Les fondateurs de 360 medical, de gauche à droite Romain Bruckert, Grégoire Pigné et Clotilde Petit.
Les fondateurs de 360 medical, de gauche à droite Romain Bruckert, Grégoire Pigné et Clotilde Petit. (Crédits : DR)
« 360 médical », propose aux cancérologues un outil unique pour accéder en quelques clics à une information de référence disséminée sur plusieurs sites. A l'origine de cette startup lyonnaise, un interne en oncologie radiothérapie.

L'application « 360 medical », téléchargeable dans l'Apple Store, s'adresse aux cancérologues et veut faciliter leur accès à toutes les informations disponibles sur le Web  en les interfaçant. L'idée en revient à Grégoire Pigné, interne spécialisé en oncologie radiothérapie : « La médecine évolue vers des traitements de plus en plus personnalisés et une hyper spécialisation. Pour assurer la meilleure prise en charge à leurs patients,  les médecins vont chercher les documents de référence sur Internet. Ceux-ci sont disséminés sur plusieurs sites et ils perdent du temps », décrit l'étudiant. Le projet a donc consisté à rassembler ces informations sur une seule plateforme organisée par pathologies, par organes et apportant une sélection de recommandations.

L'EM de Lyon

Pour passer de l'idée à la start up, Grégoire Pigné s'est tourné vers sa sœur Clotilde, diplômée de l'EM de Lyon et Romain Bruckert, lui aussi diplômé de l'EM et virtuose en informatique. Ce « geek » est en charge du développement des solutions réalisé avec un stagiaire et des vacataires freelance. Accompagnée par l'incubateur de l'EM de Lyon, qui l'héberge, l'équipe  a lancé « 360 médical » au printemps 2014. Un comité scientifique présidé par le Pr Jean-Yves Blay, une sommité reconnue et actuel directeur du pôle des sciences cliniques du centre Léon Bérard de Lyon, valide les contenus.

Lauréat de 101 projets

Au plan financier, « nous avons réuni 320.000 euros », précise Grégoire Pigné. Aux apports en capital des trois co-fondateurs (20.000 euros chacun) et de leurs proches et amis, s'ajoutent « un prêt d'honneur et un prêt bancaire de la Banque Populaire Loire et Lyonnais ». De plus, Inovizi (dispositif de financement des jeunes entreprises innovantes de Rhône-Alpes) » a attribué une subvention à la start up, par ailleurs, lauréate de « 101 projets », initiative des trois entrepreneurs emblématiques du web (Simoni, Granjon et Niel), organisée en novembre 2013.

Une bibliothèque 2.0 de médicaments

Six mois après être disponible et en s'appuyant sur le relais des associations d'internes et l'Institut National du Cancer, « l'application est utilisée par un tiers des cancérologues français », précise Grégoire Pigné. Elle est gratuite. Il en va de même pour « 360 medics » une solution lancée le 22 octobre. Il s'agit cette fois d'une bibliothèque des médicaments (plus de 12.000) destinée à tous les professionnels de santé et actualisée, en permanence. Il leur suffit de s'identifier pour créer leur compte. D'ores et déjà des développements sont prévus dans d'autres domaines médicaux.

Gratuit et sans pub

Encore faut il maintenant que la société s'assure des ressources. « Nous offrons la meilleure interface et un produit sans réelle concurrence », met en avant Grégoire Pigné. Il assure que « la gratuité ne sera pas remise en cause ». Il se dit aussi très attaché à l'indépendance vis à vis des groupes pharmaceutiques. Pas question non plus de mettre des spots publicitaires. Le modèle économique pourrait donc prendre la forme de partenariats générateurs de valeur ajoutée, par exemple avec des structures organisant des congrès, des fondations (l'Arc, entre autres ), des associations de malades etc. La question d'une levée de fonds (au moins 1 million d'euros) sera abordée plus tard.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/10/2014 à 20:18 :
Génial... Que le corps médical n'ait pas réussi à faire ça tout seul...
Notes : quand on connait les "informaticiens" des cliniques, on pleure...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :