[Initiative 4/4] Soizic Ozbolt, l'anti-gaspi

 |   |  308  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Tout l'été Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose une série d'initiatives qui bousculent leur domaine, menées par des acteurs engagés. Cette semaine, portrait de Soizic Ozbolt, créatrice des friandises d'un nouveau genre Fwee.

L'idée de départ est simple : récupérer le surplus de fruits chez les producteurs, les invendus ou les invendables afin de les transformer en friandises baptisées Fwee. Par le procédé de déshydratation, le cuir de fruit en est alors extrait. Une façon pour Soizic Ozbolt, sa fondatrice, de faire la chasse au gaspillage alimentaire, mais aussi de soutenir les agriculteurs en valorisant au mieux leur travail.

Lire aussi : [Initiative 3/4] Nicolas Masurel, apiculteur urbain

Une démarche fruit d'une expérience et d'engagements menés depuis une dizaine d'années auprès notamment du mouvement solidaire Disco Soupe, visant à sensibiliser au gaspillage alimentaire dans une ambiance festive.

Cette problématique, Soizic Ozbolt en a donc fait son cheval de bataille.

"Nous voulons montrer les alternatives raisonnable et viable, souligne-t-elle. Et ce sont eux qui pourront le faire, pas la grande distribution."

Faire évoluer les mentalités

Un combat que la jeune entrepreneuse mène avec passion et énergie : "Créer de la valeur grâce à ces produits, c'est une vraie victoire", annonce celle devenue chef d'entreprise à 22 ans suite au décès de son père.

À l'époque, elle reprend au pied levé l'affaire familiale de 15 personnes, et relève le défi de la stabiliser avant de la revendre deux ans plus tard, et de s'engager dans un tour du monde. Mais en quête de sens, et par ces valeurs qui l'animent, elle préfèrera créer son entreprise anti-gaspi, loin des expériences vécues en grandes entreprises.

"Je me soupçonne ainsi d'avoir créé le travail que j'aurais rêvé que l'on me propose."

Agronome de formation, Soizic Ozbolt se bat désormais chaque jour pour faire évoluer les mentalités des consommateurs, à sa petite échelle, espérant ainsi, à l'avenir, une prise de conscience générale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :