[Initiative 2/4] Pierre-Alain Gagne, l'art de jouer

 |   |  346  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Tout l'été Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose une série d'initiatives qui bousculent leur domaine, menées par des acteurs engagés. Cette semaine, portrait de Pierre-Alain Gagne, fondateur du studio de serious game innovant Dowino.

"Ne pas faire de l'entrepreneuriat pour de l'entrepreneuriat, mais plutôt le concevoir avec sens et utilité sociale." Ces valeurs, Pierre-Alain Gagne les porte au quotidien auprès de ses collaborateurs, clients et ses deux associés.

Lancé dans le grand bain de la création d'entreprise en 2013, il a co-fondé Dowino, un studio de serious game qui innove et pense les jeux vidéo sérieux de demain, sous la forme d'une société coopérative et participative.

Lire aussi : [Initiative 1/4] Renaud Colin, le transporteur

Une première dans cette grande famille plus habituée à l'entrepreneuriat capitalistique que social. Mais pas surprenant pour le jeune patron qui se définit comme un dirigeant "prudent, voulant prendre des risques mesurés".

"Ce n'est pas plus compliqué de créer une Scop qu'une autre forme de société, sauf qu'avec ce modèle, cela nous rend plus collaboratifs et plus sélectifs dans des projets qui nous ressemblent."

Si bien que Dowino en a déjà refusé. "C'est un état d'esprit. Un engagement bienveillant de chaque instant."

Croissance durable

La manière de produire, en revanche, reste la même que n'importe quel studio. Sauf qu'à chaque projet, le concept est mûrement réfléchi afin d'apporter une réponse innovante voire inédite.

"Nous aimons la difficulté, et prenons le temps de bien réfléchir à celui-ci."

Tel que A Blind Legend, un jeu sur smartphone sans image utilisant seulement la technique du son 3D, dédié aux personnes malvoyantes.

Le modèle de Dowino fonctionne puisque l'entreprise a toujours connu la rentabilité, et son chiffre d'affaires augmente à chaque exercice un peu plus, toujours "prudemment", en "consolidant l'existant".

"Nous programmons une croissance durable. Une façon de garder les pieds sur terre."

Trois ans après son lancement, Pierre-Alain Gagne a fait de l'entreprise, un lieu d'épanouissement autant professionnel que personnel si bien qu'il n'imagine pas un seul instant le retour au salariat.

"Cela implique une motivation et un engagement dès lors beaucoup plus intense. Mais c'est ce qui motive tous les jours."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :