[Portrait d'Acteur 3/6] Cécile Galoselva, la réconciliatrice

 |   |  349  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
Acteurs de l'économie-La Tribune vous propose chaque semaine, durant l'été, un portrait de scientifiques, entrepreneurs, et professeurs qui révolutionnent leur monde, inventent et créent de nouveaux modèles innovants, ou transmettent leur passion. Cette semaine, rendez-vous avec Cécile Galoselva, femme engagée qui croit dur comme fer en la finance éthique.

C'est en Angleterre que Cécile Galoselva découvre l'entrepreneuriat social. Encore naissant au début des années 2000, les initiatives pleuvent - bien plus qu'en France - ce qui l'amène à passer un MBA à l'université d'Oxford. Puis dès 2004, elle intègre Ethical Property Company.

Là-bas, elle développe le principe de la location de bureaux à loyer modéré prônant des valeurs de "justice sociale et de protection environnementale" sur tout le territoire jusqu'en Écosse.

Dix ans passés de l'autre côté de la Manche avant d'adapter le concept d'immobilier responsable en France avec Etic®- Foncièrement responsable. Une société installée à Vaulx-en-Velin qui emploie aujourd'hui 11 personnes, et ouvrira son sixième centre dès 2017.

Idéaliste

"Je n'étais pas très heureuse dans mes précédentes expériences car je ne retrouvais pas mes valeurs quelque peu idéalistes."

En quête de sens, Cécile Galoselva trouvera son bonheur dans l'économie sociale à la sauce anglaise, puis en France avec son entreprise et surtout dans ses nombreux engagements dans les réseaux d'entrepreneurs sociaux (Mouves, Entrepreneurs d'Avenir, etc.).

"J'ai le souhait que toutes les énergies se transforment en action. Pour nous, nous ne voyons plus de compétition mais préférons les collaborations et le partage de savoir-faire. Soyons intelligent pour résoudre les problèmes de société. Et grâce à la nouvelle génération, les pratiques sont en train véritablement d'évoluer !"

Ethique

"Pour moi, le profit n'est pas un vilain mot, au contraire, je vois l'argent comme un moyen de développer des actions et non forcément comme une multinationale."

La finance éthique, la chef d'entreprise y croit. Avec Etic®, elle propose ainsi aux investisseurs de ses structures un placement "éthique et citoyen" avec retour sur investissement de 4 à 5 % annuel.

Lire aussi : [Portrait d'acteur 1/6] Larissa Balakireva, la fonceuse

Cette caractéristique responsable qu'elle décrit comme l' "ESS 3.0", Cécile Galoselva l'applique aussi dans la stratégie de l'entreprise puisque chaque décision repose sur le triptyque : impact économique, environnemental et sociétal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :