L'aventure US de Tilkee : épisode 9, un voyage officiel avec Laurent Wauquiez, à quoi ça sert ?

 |   |  1066  mots
(Crédits : Tilkee)
Chaque semaine, Tim et Sylvain, cofondateurs de la startup lyonnaise Tilkee, racontent leur aventure américaine. Dans le cadre du programme d'accélération Ubi i/o, les deux entrepreneurs comptent sur leur deuxième expérience US pour cette fois, conquérir ce marché. Episode 9, dans lequel Tim raconte son voyage à San Francisco en compagnie d'une délégation régionale guidée par Laurent Wauquiez.

Le 20 mai dernier, les services de la région Auvergne Rhône-Alpes nous ont proposé d'accompagner Laurent Wauquiez et sa délégation pendant sa visite de San Francisco, du 6 au 8 juin. Il a fallu se décider en 24h... Dans la balance :

- le budget (billets + hébergement = 2500 euros) et le temps investi sur place (3jours)

- des contacts (écosystème des Français à SF) + une vision de l'expérience startup sur la côte Ouest + de la visibilité (pas mal de journalistes) + une nouvelle occasion de tester notre pitch version US + mise en relation avec Laurent Wauquiez et les équipes de la Région.

Organisation

Finalement, après avoir divisé le budget par 2 en "squattant" la chambre d'Eric Burdier (directeur général d'Axeleo, notre accélérateur/investisseur), nous avons décidé que je partirais avec la délégation !

Malgré le délai, le voyage est très bien organisé ; nous recevons avant le départ des briefs sur L'État de Californie, le programme complet et - last but not least - le trombinoscope des participants : une dizaine d'officiels de la région, une dizaine de dirigeants d'écoles, université et réseaux économiques (cluster, incubateur, etc...), une vingtaine de dirigeants d'entreprises.

Le départ

Nous prenons (presque) tous le même avion du dimanche midi ; le network démarre donc à l'aéroport. Je commence à discuter avec les membres de la délégation, reconnaissables grâce à la pochette de documents remise par les équipes de Laurent Wauquiez.

Entre 2 films dans l'avion, je me balade pour discuter et je suis reconnu par Grégory Grégory Lussiana , un ancien de mon école... 15 ans après. Il fait partie de la délégation pour sa startup Lunabee.

Nous arrivons enfin à San Francisco. Je suis un peu fatigué, mais suffisamment motivé pour un petit jogging avec Éric et Grégory. Un peu de tourisme et au lit tôt ; avec le décalage horaire (9h), il est quand même 6h du matin pour moi !

Les visites

La journée démarre (très) tôt : je suis réveillé par le décalage vers 4h du matin... Ça permet de traiter les 100 mails qui sont arrivés dans la nuit. Petit jogging pour garder le rythme, puis briefing avec toute la délégation à 7h. Le staff insiste tout particulièrement sur le respect des horaires... Nous sommes aux US ; pas de quart d'heure lyonnais.

Les hostilités démarrent par la visite de l'université de Berkeley. Nous sommes accompagnés par un jeune étudiant qui nous balade pendant un heure, avec une aisance impressionnante. Décidément, les Américains sont bons à l'oral ! En même temps, ils pitchent leurs vacances dès la maternelle et le "débat contradictoire" est une matière à part entière...

Départ en bus pour le siège de Linkedin, où nous sommes reçus en grande pompe par un de leurs vice-présidents. Comme tous les meetings US, ils l'ont bien préparé : nous recevons chacun des statistiques sur notre profil Linkedin et un graph de nos relations...

Lire aussi : Formation : LinkedIn et Auvergne-Rhône-Alpes planchent sur une coopération

Ils se prêtent au jeu des questions/réponses, même si je n'ai pas eu de réponse officielle à la mienne : comment gèrent-ils la fin de l'accord "safe harbor" ? Nous sommes tous invités à déjeuner dans leur cantine : un énorme choix de nourriture (gratuite pour tous les employés bien sûr).

Lire aussi : French Tech : Comment lever des fonds dans la Silicon Valley ?

Repus, nous partons pour voir "Andreessen Horowitz", le plus gros fonds d'investissement de la Silicon Valley. C'est encore un peu tôt pour Tilkee, mais je conserve les contacts. Départ pour Intel, pour une petite allocution et une visite du musée, puis direct au consulat pour une soirée network.

On enchaine le lendemain avec une visite de l'atelier BNP Paribas (société de prospective et d'innovation qui conseille et accompagne la banque et ses clients dans leur transformation digitale), du French Tech Hub (qui accompagne des entreprises françaises à s'implanter aux US). Les deux intervenants nous prodiguent quelques conseils sur l'implantation d'une société sur le marché US ; très cohérent avec tout ce que j'ai pu entendre jusqu'à présent (cf. nos articles de blog)

Lire aussi : Nathalie Doré : "BNP Paribas vient capter l'innovation à San Francisco"

Ensuite, chaque startup a l'occasion de pitcher devant les fondateurs de "The refiners", une structure qui "accélère" les startups françaises à SF. J'ai fait mon pitch standard de 4min, qui était trop commercial à leur goût. C'est pour moi un compliment. Ils m'ont aussi recommandé d'insister sur nos différentiations et notre stratégie de "go to market" (commercialisation). J'en prends bonne note pour les prochains !

Lire aussi : L'aventure US de Tilkee : épisode 3, l'art de se vendre à l'américaine

Après un déjeuner libre, nous enchaînons dans un autre accélérateur "Alchemist", puis l'école "Holberton", fondée par des Français autour d'un concept innovant : pas de frais de scolarité à l'entrée, une pédagogie différente (mode projet, travail en équipe...). Exactement ce que va proposer Xavier Niel l'an prochain (il vient d'investir 100millions d'euros dans un clone de l'école 42 dans la Valley).

Je lâche le groupe après cette visite inspirante pour prendre un avion un peu plus tôt : je présente Tilkee avec les équipes d'EDF à leur PDG (Jean-Bernard Levy) le lendemain...

Place aux actes

En conclusion, je rentre de ce voyage super boosté ! C'est toujours vivifiant de pouvoir prendre un peu de recul sur le quotidien. Ensuite, j'ai fait plein de belles rencontres au sein de la délégation (entrepreneurs, journalistes, etc.) ; les longs trajets en car nous ont permis de bien échanger les uns avec les autres.

Enfin, j'ai pu constater la volonté de Laurent Wauquiez et Juliette Jarry (vice-présidente en charge du numérique) de nous (les entreprises) accompagner. Le président m'a, en particulier, impressionné par son niveau de préparation et d'implication (il est allé discuter avec tous les entrepreneurs présents). Je retiens en particulier sa promesse de nous aider à approcher des ETI et des grands comptes de la Région. Je vous dirai bientôt si les actes ont suivi les paroles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :