CityLity veut rendre la ville plus intelligente

 |   |  704  mots
Au départ, CityLity devait se nommer Freemo, contraction de Free et Immobilier. Mais comme l'entreprise souhaite s'exporter à l'international, le jeu de mot ne fonctionnait plus. Ils ont alors opté pour CityLity.
Au départ, CityLity devait se nommer Freemo, contraction de Free et Immobilier. Mais comme l'entreprise souhaite s'exporter à l'international, le jeu de mot ne fonctionnait plus. Ils ont alors opté pour CityLity. (Crédits : DR)
Expérimentée depuis plusieurs mois à Lyon et Limoges, l'application CityLity sera officiellement lancée à partir du 20 janvier. Sa vocation ? Créer des interactions et du lien social entre les habitants à l'échelle d'un immeuble, d'un quartier ou d'une ville. Et ce grâce à une appli aux multiples fonctions.

Contraction de smart city et d'utility, CityLity est une application mobile géolocalisée. Mardi 12 janvier, la startup, basée à Lyon, levait 340 000 euros, avec la participation d'Asfalia et de Thierry immobilier, déjà actionnaire.

Le but de cette appli ? Faciliter les échanges entre les habitants d'un même immeuble, d'un même quartier, d'une même ville. Avec pour objectif de créer un réseau d'entraide et de partage.

À l'origine du projet, deux hommes, André May et Benoît Waeckerlé. Désormais associés, ils étaient, tous deux, présidents conseils syndicaux de copropriété. Dans ce cadre, ils se sont rendus compte du besoin de partager l'information. Ils décident alors de se lancer dans la création d'une application qui faciliterait ces échanges. Le projet voit le jour en mai 2014.

De l'immeuble à la ville

Dans un premier temps, CityLity visait cette communauté plutôt restreinte qu'est l'immeuble. D'une part pour les échanges entre voisins, tels que le prêt d'outils ou de livres, d'autre part pour les interactions avec le syndicat, en signalant des incidents.

"Ensuite, nous l'avons étendue à la ville" précise André May. Ce continuum est apprécié. D'autant plus que l'application peut être utilisée dans sa commune, mais aussi "dans toutes les villes de France". Les utilisateurs peuvent ainsi localiser un boulanger ou le parking le plus proche. Ou encore les lieux d'intérêt touristique.

Dernièrement, cette application s'est enrichie d'une fonction écocitoyenne. Celle-ci sera participative grâce à ce qu'André May appelle du "crowddata". Le principe est simple : ce sont aux habitants eux-mêmes de signaler la présence d'une poubelle pour le tri sélectif, d'une borne vélo ou d'un point de collecte pour les vêtements. Au fur et à mesure, les usagers compléteront les informations.

Un couteau-suisse français

CityLity s'est dotée de multiples outils, faisant d'elle une "big app", comme l'indique un des co-fondateurs, André May.

"Une big app est une application qui regroupe plusieurs fonctionnalités."

Selon lui, seules certaines sont réellement utilisées. Aussi, les utilisateurs auront tendance à installer des applications qui regroupent plusieurs fonctionnalités. En somme qui ne nécessitent pas de télécharger une application pour le vélo'v à Lyon et une autre pour le vélib' à Paris, mais bien une seule qui regroupe les deux.

CityLity

Il est possible d'interagir avec les habitants de son immeuble, mais aussi de sa ville.

Partenariats avec les syndicats, bailleurs sociaux et mairies

Au total, 1,3 million d'euros a déjà été levé pour financer le développement de CityLity. Parmi les actionnaires qui ont répondu présents, le groupe Centre France, Crédit agricole création ou Thierry immobilier. André May annonce qu'une nouvelle levée de fonds, en plus des 340 000 euros perçus mardi 12 janvier, est dès à présent lancée.

"Nous avons besoin d'environ 2,5 millions d'euros supplémentaires, afin de mieux faire connaître l'application, maintenant qu'elle est disponible partout en France".

CityLity

L'équipe de CityLity compte aujourd'hui 18 collaborateurs. En 2016, une dizaine d'autres personnes devraient les rejoindre.

Pour se faire connaître, mais aussi pour assurer sa rentabilité, la startup compte sur des partenariats financiers avec des syndicats de copropriété et des bailleurs sociaux.

" Le business modèle est simple : il dépend du nombre de lots ou d'appartements. Les syndicats ou bailleurs doivent verser entre un et trois euros par appartement et par année. "

Quels sont les avantages pour les syndicats ou bailleurs ? "Ils gagnent en temps et en efficacité", répond André May. Le concept séduit. À Lyon, un partenariat a été noué avec la Sacvl. "Nous allons commencer avec 3 000 lots dans les 5e et 9e arrondissements", illustre André May. Il en est de même à Nantes et Paris, où des bailleurs se sont déjà engagés.

Les mairies sont également de potentiels clients pour CityLity. Pour les villes, la réception des informations est gratuite. Toutefois, lorsque la Ville souhaite communiquer vers ses citoyens, le service devient payant. "Nous lui offrons alors un média", précise André May.

En 2016, l'objectif est clairement affiché. "Nous voulons conquérir la France et arriver à 500 000 téléchargements." Avec un objectif de chiffre d'affaires fixé à 900 000 euros. La suite ? S'exporter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/01/2016 à 10:42 :
Merci pour cet article ! Stay tuned !
a écrit le 17/01/2016 à 9:04 :
Le concept est très intéressant pour développer la participation citoyenne dans les villes, mais je souhaiterais mieux comprendre le modèle business.
Réponse de le 21/01/2016 à 10:44 :
Bonjour gmo,
Le business model, repose sur l'accès au back-office de gestion payant pour les villes et syndic.

N'hésitez pas si vous avez d'autres questions.

Cordialement,

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :