Startup : "Mon mécanicien" arrive bientôt à Lyon et Vienne

 |   |  464  mots
Capture d'écran monmecanicien.fr
Capture d'écran monmecanicien.fr (Crédits : Droits réservés)
Deux jeunes entrepreneurs viennent de lancer une plateforme ayant pour objectif de mettre en relation des mécaniciens et des particuliers. Lancée il y a un peu plus de deux semaines sur quatre départements, les deux fondateurs espèrent conquérir rapidement l'ensemble de l'Hexagone.

Un nouvelle exemple de l'ubérisation de l'économie, la nouvelle plateforme MarketPlace "Monmecanicien.fr" a été lancé le 12 octobre dernier. Celle-ci vise à mettre en relation des mécaniciens mobiles certifiés et des particuliers désireux de faire entretenir leurs véhicules à leur domicile ou sur leur lieu de travail. Le fruit de 5 mois de développement. Ses fondateurs, les jeunes Drômois Hugo Barberot et Seine-et-Marnais Samir El Maoujoudi, veulent ainsi rendre plus transparent le coût des réparations.

Moins cher que les garages traditionnels

Concrètement, il suffit à l'automobiliste de saisir sur le site Internet son code postal ainsi que sa plaque d'immatriculation. La première donnée permettra de savoir si le service est disponible dans la zone concernée ; la seconde permettra à l'entreprise d'avoir, via un fichier spécifique, à toutes les caractéristiques du véhicule. L'automobiliste est amené par la suite à choisir, toujours en ligne, le choix des prestations à effectuer sur son véhicule (plaquettes, vidange, etc.). Il recevra alors un devis personnalisé sur son adresse mail indiquant le prix des pièces et le coût total de la main d'œuvre. Ne reste alors plus qu'à fixer un rendez-vous.

Un service qui peut, dans certains cas, être jusqu'à 30 % moins cher que les garages traditionnels.

"Nos mécaniciens n'ont pas de charges fixes relatives à un loyer ou n'ont pas à payer une secrétaire. Leurs taux horaire est donc plus bas. Nous leur proposons par ailleurs des services dédiés sur notre plateforme pour gérer les rendez-vous, générer des factures, etc.", explique Hugo Barberot, le directeur opérationnel.

La startup se rémunère quant à elle grâce à une commission prélevée sur le montant de la transaction.

Un service bientôt disponible à Vienne et Lyon

Pour l'heure, seuls quatre mécaniciens travaillent via cette nouvelle plateforme. Il faut dire que ces derniers se doivent de répondre à certains critères.

"Ils doivent avoir au minimum trois ans d'expérience, être équipés, disposer d'un véhicule, etc. Bref, ce sont des professionnels", poursuit Hugo Barberot.

Le service n'est ainsi disponible pour le moment qu'en Seine-et-Marne, dans le Loiret, ainsi que dans les départements de la Drôme et de l'Ardèche. Deux nouveaux mécaniciens sont actuellement en cours de recrutement et devraient participer au lancement de ce nouveau service d'ici deux semaines à Lyon, ainsi qu'à Vienne (Isère).

Les deux co-fondateurs ne veulent pas communiquer sur les premiers chiffres mais espèrent en tout cas étoffer leur réseau sur l'ensemble du territoire. Ils comptent par ailleurs recruter jusqu'à 20 mécaniciens d'ici fin décembre, et espèrent une croissance hebdomadaire de 20 % lors des prochains mois. Une levée de fonds sera sans doute nécessaire pour y parvenir.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/11/2015 à 6:25 :
Service déjà disponible et bien rôdé sur Franche-Comté et bientôt Alsace et Bourguogne. Avec en prime, la garantie constructeur préservée et une assurance RC qui assure chacune des prestations commandées via la plateforme ! skillreso.com
Réponse de le 06/11/2015 à 9:01 :
*Bourgogne
a écrit le 03/11/2015 à 19:27 :
Je viens de jeter un œil aux conditions générales de vente de cette société ...en un mot elle n'est responsable de rien !!!! un peu facile non ?
A partir de là je laisse chacun libre .....
a écrit le 03/11/2015 à 10:11 :
Est ce que la plateforme certifie aux clients les qualifications requises .....et surtout que le professionnel est bien assuré en responsabilité civile professionnelle ...et ajour de ses cotisation urssaf ? .
En effet pour ce dernier point il faut savoir que si le professionnel n'est pas ajour de ses cotisations le client est considéré comme son employeur et doit donc payer en plus de la facture les cotisations sociales !!!!.
En bref je doute que la plateforme soit carrée sur cet aspect , à défaut on pourrait lui reprocher un manquement à son devoir de conseil ..
a écrit le 03/11/2015 à 10:04 :
comment il arrivent a connaitre les caracteristiques du vehicule a partir du numero d immatriculation ?

Les seuls qui peuvent faire ca c est le tat avec le fichier des cartes grises !

Ils ont pirate le fichier ou l etat le leur a vendu ??

Sinon reparer une voiture a l air libre sans gros equipements (pont par ex) c est OK pour des manip de base (meme si c est pas agreable pour le professionnel de travailler sous la pluie ou le froid) mais pour un truc serieux il vaut quand meme mieux aller dans un vrai garage !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :