Recherche : CENS un des fers de lance de l'IDEX 2016 Lyon-Saint-Etienne

 |   |  677  mots
Le futur bâtiment du CENS s'installera à l'hôpital Lyon-Sud
Le futur bâtiment du CENS s'installera à l'hôpital Lyon-Sud (Crédits : DR)
CENS, concept innovant de centre de recherche en nutrition santé, bâti sur un partenariat avec le privé, est sans équivalent en France. L'ensemble des équipes académiques est appelé à se regrouper dans un bâtiment à construire, au sein du centre hospitalier Lyon Sud.

CENS (Centre Européen Nutrition Santé) s'appuie sur plus de vingt ans de recherches consacrées au métabolisme et l'endocrinologie à Lyon, à qui l'on reconnaît une longue tradition en la matière. La concrétisation de Cens, association réunissant un réseau d'experts scientifiques, de cliniciens et d'industriels *, date d'avril 2012 et une nouvelle étape va être franchie avec le regroupement des chercheurs, sous un même toit, au sein de l'hôpital Lyon-Sud. Un bâtiment de 6 000 mètres carrés sera construit, sur une bute à l'entrée principale du centre hospitalier. Une des opérations phare du Plan campus pour l'Université Lyon 1 la première de France, dans le domaine de la santé.

Appel à projets IDEX 2016

« CENS est un atout considérable pour le dossier IDEX (Initiative d'excellence) ** 2016 pour le site Lyon-Saint-Etienne que nous allons déposer le 22 décembre. Nous croisons les doigts », a précisé François-Noël Gilly, président de Lyon 1 et par ailleurs professeur de médecine, lors de la présentation de l'opération, ce mercredi. Le futur siège de CENS, dont le chantier démarrera en septembre 2016 pour une livraison début 2018, hébergera également l'Institut européen du lymphone. Les travaux, d'un montant de 9 millions d'euros, sont financés par la Métropole de Lyon et la Région Rhône-Alpes. Conçu par Emmanuelle Colboc, architecte parisienne, l'édifice de trois étages sera en brique.

Lire aussi : IDEX : L'Université de Lyon veut capitaliser sur ses erreurs

Labo, chambres, restaurant

Dans un même lieu seront réunis quelque 180 chercheurs académiques et cliniques, aujourd'hui hébergés dans des locaux différents. Outre des laboratoires, le bâtiment disposera de quelques chambres, pour des personnes hospitalisées dans le cadre d'études cliniques, d'une cuisine et d'un restaurant de quarante couverts pour suivre les effets de différents types de nutrition. Ce restaurant se veut complémentaire de celui de l'Institut Paul Bocuse à Ecully (plus axé sur le comportement) et membre de CENS. L'immeuble qui disposera également d'un espace ouvert à des projets collaboratifs ponctuels pourra donc accueillir des équipes extérieures.

CENS

Vue intérieure du futur bâtiment du CENS

Québec et Wallonie

« Notre volonté est d'avoir des coopérations nationales et internationales », précise Martine Laville, présidente de CENS citant des partenariats avec Québec et la Wallonie. « Nous avons intérêt à être puissants en France pour faire valoir nos valeurs. Nos collègues des pays d'Europe du Nord ont des visions de l'alimentation qui ne sont pas les nôtres. Chez eux, les enjeux de santé passent avant les enjeux plaisir ». Obésité et dénutrition, ces deux problèmes de santé publique gagnent du terrain du fait des modes de vie, de l'augmentation de la pauvreté et du vieillissement de la population. « Le taux d'obésité de 15 % parmi les adultes français atteint 25 à 30 % pour les populations défavorisées », rappelle ainsi le Pr Laville.

Essais de suralimentation

A Lyon, « nous sommes les seuls en France à avoir développer des modèles cliniques de suralimentation. Sur des volontaires, nous étudions ce qui se passe lorsqu'on provoque une obésité. Pour ce faire nous procédons à des biopsies du tissu adipeux et à des analyses du métabolisme. Ces protocoles s'effectuent sous l'œil du comité d'éthique des Hospices Civils de Lyon. Et nous nous engageons évidemment à ramener les personnes à leur poids initial », assure Hubert Vidal, directeur de recherche à l'Inserm et directeur du laboratoire CarMeN (cardiovasculaire, métabolisme, diabétologie et nutrition). Ces recherches ont pour objectif de voir comment les complications (tel le diabète) peuvent être jugulées en utilisant par exemple les polyphénols (molécules organiques) ou encore les probiotiques (micro-organismes).

* Les cinq partenaires privés de CENS sont la Fondation Bulukian, l'Institut Mérieux, Roquette frères (dans le Nord), le groupe Seb et le groupe Nutrisens. Le Crédit Agricole Centre-Est assure une diffusion des messages à travers ses agences locales.

 ** Dispositif national pour faire émerger des pôles d'enseignement supérieur de rang international.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :