OL groupe : la baisse des ventes de joueurs fait chuter les revenus

 |   |  565  mots
(Crédits : Laurent Cérino/ADE)
La chute du produit lié à la vente de joueurs impacte le chiffre d'affaires d'OL groupe, en recul de 24 % par rapport à l'an dernier, au premier trimestre. Mais les autres indicateurs sont au vert, portés principalement par la nouvelle infrastructure du Grand Stade.

En favorisant la compétitivité sportive de son équipe professionnelle face aux résultats financiers, OL groupe enregistre une baisse de son chiffre d'affaires sur les trois premiers mois d'exercice (juillet-septembre 2016) de 24 % par rapport à l'an dernier, à 49 millions d'euros. En effet, la cession de contrats de joueurs n'a rapporté à l'intersaison que 1,5 million d'euros à OL groupe (vente de Lindsay Rose à Lorient), contre 26,2 % un an plus tôt. A noté que la somme du transfert de Samuel Umtiti vers le FC Barcelone pour environ 25 millions d'euros avait été intégrée aux résultats de l'exercice précédent.

Cette baisse d'activité s'explique par la priorité donnée à la constitution d'une équipe compétitive, alors que l'Olympique lyonnais était engagé en Ligue des Champions, pour laquelle le club espère toujours atteindre les huitièmes de finale, même s'il n'est pas en situation favorable pour atteindre cet objectif (3e du groupe derrière la Juventus et Séville).

"Bien qu'ayant reçu des offres importantes de transferts durant l'été", le conseil d'administration a en effet souhaité "sécuriser l'effectif professionnel du club", détaille le club dans un communiqué publié lundi soir.

Les autres indicateurs au vert

Cependant, les autres indicateurs sont aux verts, dans la lignée des résultats précédents, notamment portés par l'effet "grand stade". Les sources de revenus donc en nette hausse pour atteindre, en cumulé, 47,5 millions d'euros (+25 %): +78 % pour la billetterie, +33 % pour la publicité et +12 % pour les droits TV. La vente de produits dérivés est stable, alors que l'organisation de grands événements (concerts...) a généré 2,3 millions de recettes, sur lesquelles l'OL ne pouvait pas compter du temps du vieux stade de Gerland.

Lire aussi : OL Groupe : résultat net de +9,8M€ pour 2015-2016

Le groupe précise par ailleurs avoir finalisé la semaine dernière la cession de ses anciennes installations d'entraînement Tola Vologe, à Gerland, à la ligue régionale de football. L'opération lui a rapporté 8,5 millions d'euros.

L'OL ne fait pas de prévisions sur la suite de l'exercice mais assure que ses recettes de billetterie devraient être en hausse "sensible" grâce à la plus grande capacité de son nouveau stade. Le groupe espère aussi encaisser cette année une "grande partie" du produit des droits à construire qui lui avaient été accordés autour du stade de Décines.

Accord stratégique avec les Chinois

La société dirigée par Jean-Michel Aulas évoque enfin l'accord stratégique, annoncé à la mi-août, qui va voir le fonds chinois IDG Capital Partners prendre 20% de son capital, moyennant 100 millions d'euros.

La création d'une joint-venture commerciale entre les deux sociétés est également envisagée, "afin de développer les activités d'OL groupe" en Chine. Elle devrait être détenue à 55% par Beijing Xing Zhi Science & Technology Co., Ltd. (société liée à IDG Capital Partners) et à 45 % par OL Groupe

L'accord sera soumis à l'assemblée générale des actionnaires d'OL Groupe le 15 décembre. En cas de feu vert, les premiers 30 millions seront versés avant le 31 décembre et le solde "au plus tard le 28 février 2017".

La communication financière du groupe a eu un impact limité sur sa valeur boursière. L'action OL groupe était de 2,85 euros en clôture de séance, le 14 novembre.  A 12h30, le 15 novembre, le titre s'échangeait à 2,78 euros, en recul de 2,46 %.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :