CANOL lance un site web sur les comptes de la Région

 |   |  719  mots
(Crédits : Emmanuel Foudrot)
L’association de défense des contribuables Lyonnais CANOL met en ligne une analyse de la gestion financière du Conseil Régional de Rhône-Alpes. Le fort taux d’endettement et la politique de subvention sont notamment pointés du doigt.

À deux mois du scrutin régional, l'association des contribuables de la région lyonnaise (CANOL) passe les frontières du département pour s'intéresser aux comptes de la Région Rhône-Alpes. Sous prétexte d'aider les "citoyens un peu ignares", selon l'expression de Michel Vergnaud, son président, la CANOL a créé un site internet pour permettre à tout un chacun de se faire une idée du bilan de l'ère Queyranne sur le plan financier.

"Nous avons analysé chaque politique en recensant les réalisations marquantes, en indiquant leur coût de fonctionnement et d'investissement et en exprimant notre point de vue", résume Michel Vergnaud.

L'endettement inquiète

Au chapitre des faits les plus marquants du mandat, l'association lyonnaise fustige le niveau d'endettement. "Le niveau de la dette calculé en euros par habitant est passé de 138 euros en 2005 à 402 euros en 2010 et 381 euros l'année dernière", calcule Michel Vergnaud qui déplore aussi, de fait, l'érosion de la capacité d'autofinancement de la Région.

En matière d'emprunt, un type de produits inquiète particulièrement la CANOL, il s'agit de trois crédits bail contractés sur 38 ans pour acheter des rames de TER.

"Nous ne payons aujourd'hui que les intérêts, mais ils augmentent chaque année et le prochain exécutif paiera très cher lorsque les trains acquis avec cet argent seront anciens et nécessiteront beaucoup d'entretien", s'inquiète le président de la CANOL.

Sans compter que l'un de ces crédits bail serait résilié, selon la réponse apportée par l'exécutif régional à une lettre de la CANOL et apparaît pourtant toujours dans les comptes.

Subventions et gestion du personnel au pilori

La CANOL dénonce également les subventions - 7500 pour 930 millions d'euros - accordées sans aucune contrepartie.

"Il faut à l'avenir ne subventionner que ce le nouvel exécutif sera capable de contrôler et fixer des objectifs mesurables contribuant à l'atteinte des objectifs régionaux en contrepartie des subventions", estime l'association.

Elle pointe également des dépenses qu'elle qualifie d'abusives, parmi lesquelles les subventions accordées à ERAI (Entreprise Rhône-Alpes International), le coût du nouvel hôtel de région qui a bondi de près de 80 millions parce que les agents n'ont pas accepté de travailler en open space et que l'aménagement intérieur a dû être refait et encore les subsides accordés à Rhône-Alpes Cinéma ou diverses entreprises.

La CANOL s'émeut aussi de voir le nombre de salariés titularisés progresser, même s'il faut y voir l'effet une disposition règlementaire nationale et surtout le niveau d'absentéisme de certains personnels.

"Alors que le taux d'absentéisme des agents employés au siège est d'environ 19 %, ce qui est plutôt un bon chiffre pour une collectivité territoriale, celui des agents techniques des lycées est de près de 37 %. Il y a peut-être quelque chose à faire", commente Michel Vergnaud.

Rhône-Alpes est pourtant une bonne élève

En dépit de ce bilan plutôt négatif, la région Rhône-Alpes reste l'une des régions de France les mieux gérées.

"Le niveau des dépenses est inférieur de 22 % à la moyenne des régions Françaises. Les frais de personnels sont aussi 20 % en dessous de la moyenne des régions", constate Michel Vergnaud.

En revanche, la capacité d'autofinancement est plus faible et le niveau des recettes également moins élevé que dans les autres régions. Forte de tous ces constats, la CANOL va dresser un courrier à chaque candidat pour lui faire part de ses recommandations qui visent à être plus sélectives dans le choix des politiques menées pour "investir que dans les secteurs correspondants aux compétences régionales" et à mettre en place des indicateurs de suivi des résultats de chaque action.

L'ensemble de ces données et recommandations sont désormais à la disposition du grand public via le site de CANOL. Reste que compte tenu du nouveau périmètre régional et des modifications de compétences régionales apportées par la loi NOTRe (nouvelle organisation territoriale de la République), la photographie dressée par la CANOL n'est qu'une partie du paysage de la future région Auvergne Rhône-Alpes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/11/2015 à 17:53 :
J'aime bien le commentaire d'Hector, soutien sans faille des socialistes et qui trouve que payer beaucoup d'impôts , c'est bien !
Sans commentaires
a écrit le 28/11/2015 à 17:33 :
L'analyse CANOL est plutôt objective et passe sous silence le palais Queyranne à 170 ME et plus, l'ancien site tjs pas vendu et que Queyranne projette d'utiliser comme camp de migrants ! les innombrables voitures de fonction si peu urilisées, les voyages d'études à l'étranger, les subventions ) plus de 7000 assoc. et, etc
a écrit le 14/10/2015 à 11:02 :
Et comme en 2010, CANOL nous refait le cout du bilan apocalytique de JJQ à la Région.
Et comme en 2010, les magazines lyonnais avalent les analyses de CANOL sans s'interroger sur l'idéologie qui anime cette association : dénigrer l'action des pouvoirs publics, quels qu'ils soient, parce que l'impot c'est pas bien !
Sous couvert d'analyse "neutre" des bilans, CANOL avance masquée : qui sont les "contribuables de l'ouest lyonnais" qui composent cette association ? quelles sont leurs compétences pour juger de la gestion d'une collectivité ?
Et puisqu'ils sont si fort qu'ils, qu'ils n'hésitent pas à se présenter aux élections qu'on rigole !
a écrit le 13/10/2015 à 23:06 :
Merci pour toutes ces enquètes que Canol réalise et qu'elle diffuse, personne d'autre n'en parle. Bravo.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :