La gonette, monnaie locale lyonnaise, sera lancée le 7 novembre

 |   |  613  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Cette monnaie locale et citoyenne est présentée ce lundi à la presse, avant une mise en circulation prévue le 7 novembre. Avec un objectif clair : enclencher la transition économique vers un modèle local, en favorisant les circuits courts et l'engagement citoyen.

La gonette, monnaie locale et citoyenne, a été officiellement présentée ce lundi à la presse, avant une mise en circulation prévue pour le 7 novembre 2015. Initié en septembre 2014, ce projet aura donc maturé pendant environ un an avant de voir le jour. "C'est le fruit d'une longue réflexion. Nous avons pris le temps nécessaire pour bien mûrir cette initiative afin qu'elle s'inscrive dans un vrai processus, celui de la transition économique", souligne Nicolas Briet, membre de l'association à l'origine de ce projet.

Une centaine de prestataires d'ici un an

Un dessein qui se retrouve dans le slogan de la gonette et qui sera affiché sur les billets de 1,2,5,10,20 : "la transition est dans nos mains". En effet, l'objectif initial d'une monnaie de ce type est de dynamiser le tissu économique local en favorisant les circuits courts.

Ainsi, à ce jour, une vingtaine de commerçants sont associés à cette monnaie locale et citoyenne, et une "cinquantaine d'enseignes sont pré-engagées, avec l'objectif de fédérer une centaine de prestataires d'ici un an", poursuit  Nicolas Briet.

A LIRE| Les monnaies locales en quête du cercle vertueux

Le profil des prestataires, principalement installés dans le 1er, 3e, 4e et 7e arrondissement, doit répondre à des critères d'indépendances "qui leur permettent ainsi de prendre eux-mêmes des décisions et des engagements", souligne le responsable.

La gonette

Un exemplaire du billet d'un gonette, l'équivalent d'un euro.

Un périmètre calqué sur celui de la Métropole

Mais pour le collectif, le vrai "challenge" est de réussir à créer un maillage économique autour de cette monnaie, et ainsi de dépasser le simple cadre des transactions "classiques".

 "Nous ambitionnons qu'un grand nombre de commerçants utilisent et payent leurs prestataires ou leurs fournisseurs en monnaie solidaire. L'objectif est de créer tout un écosystème ou chaque acteurs économiques, à chaque étape, puissent payer en gonette", souligne Nicolas Briet.

La zone d'utilisation de la monnaie épousera d'abord celle de la métropole de Lyon, avant d'envisager une extension en dehors de ces frontières, notamment du côté de Villefranche-sur-Saône, où un comité d'étude planche déjà sur le sujet.

Un budget de 90 000 euros

La monnaie est indexée sur l'euro. Pour assurer la viabilité de cet outil, un fond de garantie, adossé au Crédit coopératif, a été mis en place. "Chaque gonette en circulation aura son équivalent en monnaie classique euro sur un compte bancaire", explique M. Briet.

A LIRE| A Lyon, la gonette dernière-née des monnaies locales

Si l'ADN du projet est finalisé, la question du financement est encore en chantier. Le budget, environ 90 000 euros, n'est pas encore finalisé, même s'il est en bonne voie. 45 000 euros sont apportés par la région Rhône-Alpes, soit la moitié du financement. La structure France Active apporte 10 000 euros, tandis que l'association a lancé une campagne de financement participatif avec l'ambition de collecter 20 000 euros.

Enfin, pour boucler le plan de financement, la gonette s'appuiera sur ses ressources propres, constituées par l'adhésion annuelle des prestataires (100 euros) ainsi que par celle des citoyens-utilisateurs, fixés à cinq euros minimum. "À terme, ces deux sources de revenus seront nos ressources principales", estime Nicolas Briet.

Le budget permettra de rémunérer les deux salariés, de payer la location des locaux ainsi que d'assurer la campagne de communication et de promotion de cette nouvelle monnaie. Et parmi les événements phares, le lancement de la monnaie, le 7 novembre, se fera à travers de nombreuses festivités partout dans la ville.

Pour aller plus loin| Les monnaies locales, un modèle pour repenser l'économie

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/09/2015 à 0:36 :
L'idée d'une monnaie locale est bonne car elle favorise les producteurs proches des lieux de consommation et réalise l'économie d'émissions de CO2.
Expliquez nous le choix du mot " gonette " car je ne suis pas de la Région.
Qui va procéder à l' impression des gonettes, avec tous les risques de falsifications?
Comment les obtenir ? Par la banque?
Merci de m'éclairer.
P.L.N.
Réponse de le 30/09/2015 à 11:51 :
Monsieur,
La gonette fait référence à un terme populaire lyonnais "un gone", qui caractérise un enfant, un bambin.

Concernant l'impression, elle sera assurée par l'association. De même pour la sécurisation des billets, sous le "contrôle" du crédit coopératif, partenaire de l'initiative.

Pour se procurer cette monnaie, il me semble qu'il faudra se rendre au local de l'association la gonette, situé dans le 1er arrondissement. Certains points d'échanges pourront également être constitués dans différents lieux de la ville, notamment lors de la journée d'inauguration du 7 novembre.

Bien à vous.
Réponse de le 30/09/2015 à 16:18 :
bonjour, Nicolas de la Gonette. Le nom fut choisi par les citoyens. Un gone est un gamin de Lyon. C'est donc la monnaie des gones, la monnaie des lyonnais(e). C'est notre aso qui gère l'impression et la sécurisation des billets. Ils auront 6 points de sécurité. Vous les obtiendrez dans l'un des 8 comptoir de change de l'agglo Lyonnaise. Notre banque partenaire est le Crédit coopératif. pour plus d'infos co@lagonette.org

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :