Banque du Léman  : des déploiements à l'étude à Genève et Lausanne

 |   |  474  mots
(Crédits : Banque du Léman)
Un an après son ouverture, la Banque du Léman, filiale de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes va enrichir son offre de banque en ligne et réfléchit à une extension de ses activités à Genève et à Lausanne.

À son ouverture en mai 2014 à Genève, l'objectif de la Banque du Léman était clair : obtenir la confiance de 10 000 clients à un horizon de cinq ans.

Treize mois plus tard, la banque compte 1 300 clients "avec une accélération significative du nombre d'ouvertures de 500 clients depuis le début de l'année", précise Christian Lefaix, le directeur général de la Banque du Léman, dans un entretien exclusif avec Acteurs de l'économie. Le dirigeant affirme que ce chiffre est en ligne avec l'objectif initial, tout en précisant que 80% de la clientèle est frontalière alors que 20% est Suisse.

Des objectifs pour 2018

Sur les six premiers mois de 2014, le total des actifs de la banque s'est élevé à 32 millions de francs suisses (soit 28,6 millions d'euros). Fin mai 2015, le portefeuille de crédits atteignait 13 millions de francs suisses (12,38 millions d'euros ), et l'offre d'épargne 6 millions de CHF (5,7 millions d'euros).

"Nous prévoyons atteindre l'équilibre financier en 2018, souligne M. Lefaix. Notre modèle de banque fonctionne."

Pourtant, l'implantation de cette filiale à 100 % d'une banque française en Suisse semblait audacieuse l'an passé, tant l'offre helvétique semblait étoffée en matière de services bancaires. "Il y avait une place à prendre dans la banque de détail pour une offre à la fois humaine et digitale, explique Christian Lefaix. Mais nous ne ferons pas de banque privée en Suisse."

À peine les bougies de son premier anniversaire soufflées, la Banque du Léman entreprend donc de développer son offre physique et en ligne. L'institution financière étudie l'opportunité d'ouvrir un centre d'affaires à Genève, tourné vers les professionnels et les PME. La décision sera prise en 2016 après une étude de faisabilité. Une deuxième agence pourrait également s'implanter à Lausanne. Dans le meilleur des cas, les deux établissements ouvriraient leurs portes au plus tôt en 2017, et pourraient engendrer une dizaine de recrutements.

Une application mobile dans les prochains jours

L'offre de services s'étoffera dans le courant du mois de juin, avec le lancement d'une application mobile permettant "aux clients actuels de bénéficier des services comparables à des banques qui sont des chefs de file sur le marché suisse, comme UBS", explique M. Lefaix.

Un moteur de recherche interne, sur la partie privée de l'application, proposera ainsi aux clients de retrouver des opérations sur leurs différents comptes. Par ailleurs, l'application mobile permettra à la banque de proposer des offres personnalisées selon le profil de ses clients.

Cette offre en ligne a été développée exclusivement avec des fournisseurs de services suisses. "Ces innovations ne sont pas issues de la Caisse d'Épargne Rhône-Alpes", précise M.Lefaix, qui assure que les deux banques demeurent "étanches" l'une envers l'autre.

Chiffres clés

  • Actifs: 32 millions de francs suisses (CHF)
  • Crédits: 13 millions CHF
  • Épargne: 6 millions CHF

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :