Loi Macron, le jackpot pour Fiducial

 |   |  2797  mots
(Crédits : Stéphane Audras/Rea)
Le fondateur de Fiducial, Christian Latouche, a-t-il manœuvré en amont de la Loi Macron pour que son empire (expertise comptable, droit, informatique, sécurité, gestion…) arraisonne les professions du notariat, d'huissier ou d'administrateur judiciaire ? Des liens établis avec Arnaud Montebourg à l'incroyable participation d'une salariée "déguisée" à la Mission parlementaire chargée de "préparer" la loi, Acteurs de l'économie - La Tribune révèle les raisons de le croire. Son organisation - très contestée - et son appétit de développement placent Fiducial en tête des gagnants de la libéralisation des professions juridiques réglementées.

L'article 21 du Titre I de la Loi Macron est explicite : « Faciliter la création de sociétés ayant pour objet l'exercice en commun de plusieurs des professions d'avocat, d'avocat au Conseil d'Etat et à la Cour de cassation, de commissaire-priseur judiciaire, d'huissier de justice, de notaire, d'administrateur judiciaire, de mandataire judiciaire et d'expert-comptable ». Encadrée - encore confusément - par l'article 22 pavant les « dispositions relatives au capital des sociétés », cette nouvelle étape vers la libéralisation des professions réglementées et l'encouragement à fonder des sociétés communes à différentes professions judiciaires et juridiques, du droit et du chiffre, pourraient bouleverser les équilibres et rapports de force desdites professions.

« Deux poids deux mesures »

Une entreprise en particulier peut se frotter les mains : Fiducial, le conglomérat tentaculaire fondé par Christian Latouche, qui en 2013 employait 17 100 salariés (dont 11 700 en Europe) et affichait un chiffre d'affaires consolidé de 1,740 milliards de dollars. Et quelques situations étonnantes étoffées par des faits tout aussi surprenants interrogent le rôle et l'influence que l'emblématique et omnipotent président a exercés en amont de la promulgation de la loi.

Christian Latouche (74 ans) depuis plusieurs décennies milite, officiellement devant la loi - française ou européenne - ou officieusement via ses puissants réseaux, pour la dérèglementation et la libéralisation des professions du droit et du chiffre. Y compris par la force, comme le démontre la coexistence des sociétés d'avocats Fiducial Sofiral, d'audit Fiducial Audit, et d'expertise-comptable Fiducial Expertise, qui depuis de nombreuses années ne manque pas d'interpeller au sein des organismes et autorités représentatifs.

« Oui, je demeure sidéré par la persistance de ce « deux poids deux mesures » dont bénéficie Fiducial », résume Pierre-Yves Joly, bâtonnier de l'Ordre des avocats de Lyon.

Au sein des instances de la profession de l'expertise-comptable - tout en constatant le comportement « irréprochable » des professionnels de Fiducial Expertise en matière de qualité de prestation et de déontologie -, même aveu et même impuissance face à ce qui s'est « imposé dans le temps au mépris de règles majeures », et qui, par le nombre de professionnels inscrits, « pèse » autant financièrement qu'au moment des désignations des officiels.

Entrelacs opaque

Fiducial demeure un groupe dont il est extraordinairement complexe de détricoter les liens et les interactions, autant organisationnels que capitalistiques, entre les structures qui le composent. Sur le seul territoire français, et pour les seules dénominations incluant l'enseigne Fiducial, pas moins de 46 sociétés sont recensées.

Au sommet de cet entrelacs domine Fiducial, une société civile au capital de 30 millions d'euros et dont Christian Latouche est le gérant. Autour sont déployées notamment Fiducial Sofiral - présidée par son épouse Marie-Joseph Latouche née Jarjaille -, Fiducial Audit et Fiducial expertise, mais aussi Fiducial Sécurité (née de la reprise, le 3 août 2012, de Néo Sécurité alors en redressement judiciaire), Fiducial Informatique (éditeur de logiciels de gestion), Fiducial Office solutions (fourniture de bureau), Fiducial Gérance (société de gestion de portefeuille spécialisée dans les SCPI et OPCI), Fiducial Conseil (placements, prévoyance, retraite, transmission, succession). Et même Banque Fiducial : issue du rachat en 1990 de Banque Hirigoyen et développée par la suite aux côtés d'un actionnaire de référence - BPCE -, elle vole de ses propres ailes depuis 2013 et l'obtention de l'agrément, par l'APCR (Autorité de contrôle prudentiel et de résolution), d'exercer de manière pleine et entière auprès de la clientèle professionnelle.

Au total et pour l'exercice clos le 30 septembre 2014, en Europe l'activité comptable émarge à 369,468 millions d'euros, l'activité juridique et fiscale à 28,322 millions d'euros, l'activité conseil en organisation (banque et conseil financier, informatique) à 82,759 millions d'euros, et l'agglomération des autres activités (sécurité, fournitures de bureau, immobilier, médias) à 451,368 millions d'euros, pour un total consolidé de 931,917 millions d'euros (source Fiducial).

Bientôt une puissance de feu inédite ?

L'indiscutable « génie » industriel de Christian Latouche réside dans sa préoccupation originelle, à l'époque raillée par les professionnels du chiffre mais en réalité aussi audacieuse que visionnaire, des enjeux des entrepreneurs et patrons de TPE / PME, auxquels il propose désormais une très large palette de prestations. Palette que la loi Macron lui permet, potentiellement, d'élargir à de nouvelles professions : huissiers, administrateurs, et bien sûr notaires. Et ce qui effraye au sein des professions concernées va bien au-delà du seul intérêt « industriel » pour Fiducial : la « cohabitation », au sein d'un même groupe, d'activités, de clients, de bases de données à la fois juridiques et bancaires, patrimoniales et informatiques, comptables et « sécuritaires » fait aujourd'hui peur.

Mais lorsque « demain », c'est-à-dire une fois les décrets publiés, cet éventail de compétences pourra être étendu à de nouvelles professions via des sociétés qui officiellement pourront croiser des identités « métiers » et capitalistiques plurielles, Fiducial et son propriétaire - qui a décliné nos demandes d'entretien - seront-ils alors aux commandes d'une puissance de feu inédite, autorisée à consolider des informations et à en faire profiter commercialement chaque entité du conglomérat ?

Dans une circulaire diffusée en interne le 17 décembre 2014, la direction de Fiducial faisait état :

« D'informations, circulant dans le monde notarial sur la volonté du groupe de créer une branche « notaire » qui ferait concurrence à cette profession. Ces informations sont totalement fausses, nous vous remercions de vivement les démentir si vous êtes en contact avec un tiers, et de nous faire remonter tout document ou propos dont vous auriez connaissance ».

Mais alors pourquoi, rapporte une source interne, « mandat » lui fut donné dès 2011 de repérer les opportunités de rachat d'offices notariés quand bien même, à l'époque, une telle perspective était juridiquement impossible ?

Anne Sophie Poiroux

Anne-Sophie Poiroux représentante d'un obscur « Collectif des diplômés notaires ». (Crédits photo : capture vidéo Assemblée-Nationale).

Un lobbying déguisé

Un événement vient crédibiliser, de manière aussi peu contestable que troublante, l'intérêt de Fiducial pour l'activité notariale, et cette fois dans le cadre très officiel de la Loi Macron. A l'automne 2014, Cécile Untermaier, député socialiste et membre de la Commission des lois, conduit la Mission d'informations sur les professions juridiques réglementées, préparatoire à la loi Macron. Le 13 novembre, les responsables de cette mission auditionnent une poignée d'acteurs du monde notarial censés les éclairer sur les enjeux que la perspective de dérèglementation innerve au sein de leur profession. Parmi ces acteurs : Anne-Sophie Poiroux, qui s'exprime au nom d'un obscur « Collectif des diplômés notaires ». Collectif qui, selon nos informations, ne fait l'objet d'aucune existence officielle, a été convoqué sans qu'aucune vérification sur sa légitimité ne soit effectuée, et dont la représentante nous confie justifier l'opacité des caractéristiques par « l'anonymat » requis par ses membres.

Son crédo ? Notamment la « liberté d'installation », la « révision du tarif » préconisant une « grande liberté dans son établissement » et prophétisant une « baisse grâce à une saine concurrence » - « la porte ouverte à un dumping qui profiterait aux grosses structures », prévient une notaire installée dans le sud-ouest -, enfin « l'ouverture à des capitaux extérieurs » autorisant « avocats et experts-comptables à s'associer avec des notaires ». Anne-Sophie Poiroux affirme être titulaire du diplôme de notaire et s'exprimer au seul nom de son « centre d'intérêt personnel » pour la cause. Mais au moment de son intervention, elle n'exerce nullement en tant que tel : elle est alors avocate, inscrite au barreau des Hautes Alpes. Et son employeur n'est autre que Fiducial Sofiral.

Mission parlementaire dépassée

Cette information, capitale, Cécile Untermaier reconnait « l'ignorer totalement » et concède sa « vive inquiétude » quant à l'interprétation qui doit en être faite : « Vous avez bien fait de m'appeler et de me questionner sur le sujet », conclut-elle même...

Comment un « collectif » dont la légitimité est à ce point suspecte a-t-il pu être auditionné et donc influer sur les recommandations de la Mission parlementaire ? Pour qui connait les méthodes managériales et les règles d'organisation interne de Christian Latouche, est-il possible de croire qu'Anne-Sophie Poiroux se soit ainsi exprimée sans que son employeur - avec qui, depuis et curieusement eu égard au calendrier, elle est séparée - n'ait été informé, voire l'instigateur de l'intervention ?

Si Fiducial fait le choix de déployer une stratégie d'entrée dans certains de ces nouveaux métiers, l'intérêt peut même dépasser la seule opportunité de croiser des fichiers commerciaux et de tirer profit, activité par activité, des relations professionnelles - et dans certains métiers naturellement très influentes - déjà exercées. En effet, dans le sillage des pratiques de Christian Latouche pour peser, jusqu'à la Cour européenne, sur l'assouplissement des règles d'exercice dans les professions du droit et du chiffre - à l'instar de l'interdiction de démarchage pour les experts-comptables, levée en avril 2011 et à l'origine de laquelle il aurait exercé un rôle déterminant -, certains remparts aujourd'hui inexpugnables pourraient, demain, vaciller voire disparaître.

La Banque Fiducial aux premières loges

Exemple ? Les fonds clients collectés par les notaires (600 milliards d'euros) et les mandataires ou administrateurs judiciaires (environ 7 milliards d'euros consolidés sur les deux professions) font l'objet aujourd'hui d'un dépôt obligatoire, d'ailleurs très faiblement rémunéré, à la Caisse des dépôts. Mais demain ? Pourquoi la Cour européenne ne pourrait-elle pas être saisie de ce qu'une seule banque pourrait juger inique, et alors « casser » un dispositif domestique jugé contraire aux règles concurrentielles ? Quant aux huissiers, l'ouverture d'un compte affecté au fond clients (un total annuel de 8 milliards d'euros recouvrés) est, elle, depuis toujours « libre », c'est-à-dire souscrite dans n'importe quel établissement bancaire.

On imagine dès lors le formidable potentiel d'attraction pour Banque Fiducial, dont un ancien dirigeant relève par ailleurs qu'elle a tout intérêt à la dérèglementation, elle-même explorée dans la loi Macron, des conditions d'exercice du métier d'expert-comptable (accès de manière croisée au capital des sociétés d'avocats, prestation de services non juridiques à titre exclusif) afin de récupérer des prérogatives aujourd'hui sanctuarisées.

Néo Sécurité, point de départ de sa relation avec Montebourg

Enfin, quand bien même leurs conceptions politiques et idéologiques de l'économie apparaissent antagoniques - Acteurs de l'économie révéla dans une enquête en 2004 la proximité du très libéral Christian Latouche avec le Front national, au bureau politique duquel il était venu présenter les grandes lignes d'un programme économique en vue du scrutin régional -, le Pdg de Fiducial et Arnaud Montebourg semblent avoir noué des liens étroits, dans le prisme desquels d'aucuns suspectent un levier pour influencer le « climat » préparatoire à la loi Macron.

Ce lien remonte aux lendemains du scrutin présidentiel de 2012. Entre les deux tours, la société de gardiennage et de sécurité Néo Sécurité est en cessation de paiement ; le 18 juin, elle est placée en redressement judiciaire, et le 3 août, c'est à Fiducial que le tribunal de commerce de Paris confie l'avenir de 3 320 des 4 900 salariés du groupe alors numéro 2 de la sécurité en France, suscitant chez Arnaud Montebourg d'emphatiques déclarations. Une sacrée épine retirée du pied du Ministre du Redressement productif, qui peinait alors à crédibiliser un portefeuille largement moqué et à faire la démonstration concrète du bienfondé de son action.

Quelques semaines plus tôt, le 10 juillet 2012, était publié un décret durcissant le code de déontologie des personnes physiques ou morales exerçant des activités privées de sécurité, selon un ancien collaborateur de Christian Latouche « utile voire même essentiel » pour convaincre ce dernier de s'aventurer dans un secteur inédit et a priori très éloigné de son cœur de métier.

Montebourg /Untermaier

Arnaud Montebourg et Cécile Untermaier lors de la fête de la rose à Frangy en Bresse (Crédits photo: Laurent Cerino/Rea)

Aux côtés de Montebourg pour contrer Tapie ?

De cette miraculeuse reprise d'activité, le futur ministre de l'Economie s'est-il souvenu, d'abord quelques mois plus tard, lorsque, comme l'indique le spécialiste des médias Renaud Revel (L'Express) il sollicite Christian Latouche (déjà propriétaire de Sud Radio et de Lyon Capitale, et peut-être prochainement de Valeurs Actuelles) pour tenter de contrer « l'honni » Bernard Tapie, candidat à la reprise de La Provence, Nice Matin et autres Corse Matin ? Et ensuite lorsqu'il s'emploie à réfléchir aux moyens de libéraliser l'économie jusqu'à proposer, rapporte un ancien président de chambre territoriale des notaires, d'ouvrir « l'acte authentique », fondateur du métier de notaire, à d'autres professionnels ?

« Tout de la loi Macron s'est décidé à Bercy », précise ce hiérarque. Et cela bien avant la nomination de l'ex-banquier de Rothschild, le 26 août 2014, au ministère de l'Economie, de l'Industrie et du Numérique. Qui, en effet, plus qu'Arnaud Montebourg s'érigea en pourfendeur des professions réglementées, faisant la promesse - plus tard publiquement discréditée par son successeur - le 10 juillet 2014 de "rendre aux Français 6 milliards d'euros" une fois "les rentes et monopoles" cassés ? Enfin, que Cécile Untermaier se soit installée dans le fauteuil de député de la 4e circonscription de Saône-et-Loire en partie occupé jusqu'aux législatives de 2012 par... Arnaud Montebourg lui-même, ne peut qu'aiguiser les interrogations.

Dans l'attente des décrets

Certes, la loi Macron ne « créée » pas in extenso l'interprofessionnalité, puisque le décret du 19 mars 2014 autorisant la naissance de sociétés de participations financières de profession libérales (SPFPL) plurisdisciplinaires, constituait un premier pas en avant - qui d'ailleurs n'a provoqué aucun emballement dans les professions du droit et du chiffre. Certes également, l'examen de la Loi Macron par le Sénat pourrait substantiellement évider le contenu, et il pourrait revenir alors à une Commission mixte paritaire la responsabilité de rédiger un texte synthétique final qui aura été le théâtre de nouvelles batailles de lobbying particulièrement âpres dans les prochaines semaines.

« Soyez certain que si "l'âme" propre à l'exercice notarial est menacée, nous irons jusqu'à reconsidérer l'un des piliers de notre secteur : la "garantie collective", qui fait office d'assurance mutuelle entre les professionnels », prévient un notaire en vue de l'agglomération lyonnaise.

Certes enfin, les conditions d'éligibilité à la fois déontologique et capitalistique à la création de sociétés communes, ne sont pas encore clairement délimitées - quand bien même, retient Pierre-Yves Joly, la Loi semble réaffirmer un récent arrêt de la Cour de cassation stipulant que dans l'ordre public économique la majorité du capital et des droits de vote des sociétés d'exercice libéral doit appartenir aux professionnels en exercice.

Une véritable aubaine

Pour autant, cette Loi lève les ultimes ambigüités sur la constitution de société croisant professionnels avocats, experts-comptables, notaires, administrateurs, etc., et constitue indéniablement une aubaine pour Fiducial, notamment dans un secteur notarial de 9 650 professionnels qui tout à la fois traite une manne annuelle de 600 milliards d'euros, génère 6,2 milliards d'euros de chiffre d'affaires, et n'échappe pas aux difficultés économiques, la vulnérabilité de certaines études s'offrant en proie aux prédateurs les plus convaincants et les mieux armés.

Selon le Conseil supérieur du notariat dans une note publiée le 19 février, « une société d'exercice libéral de notaires pourra dorénavant être dirigée par un professionnel du droit étranger ou français quelle que soit sa profession »... « Le notariat constitue un segment d'activité très important pour Fiducial - sa branche Informatique assure une grande partie des architectures ad hoc et logiciels de gestion des notaires, pour un montant annuel d'environ 30 millions d'euros selon une source, et son département comptable est leader en missions de révision de comptes de la profession, NDLR -, résume un ancien dirigeant de la Banque éponyme. « Concentrez-vous sur votre métier de patron, nous nous occupons de tout le reste » pourrait constituer le crédo de Fiducial auprès de ses clients entrepreneurs. Et justifier la stratégie de consolidation et d'optimisation des différents métiers réunis dans une offre composite ». L'activité notariale apparaît comme la pièce manquante d'un puzzle de moins en moins clairsemé.


Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/03/2015 à 19:01 :
Bonjour la reforme macron ne prevoit elle pas de faire baisser les tarifs des notaires?? Fiducial sort il gagnant si le chiffre d affaire de ses clients baisse?
a écrit le 14/03/2015 à 1:16 :
Dépechez-vous de résilier vos abonnements, contrats, souscrits avec FIDUCIAL: Les instances représentatives des professions d'huissiers, notaires, avocats, comptables, doivent donner des instructions claires à ce sujet: il devient urgent de donner une leçon cinglante à FIDUCIAL. Ca donnera matière à réflexion aux autres prestataires, si l'idée de nous bouffer leur avait traversé l'esprit.
Monsieur LATOUCHE, que pensez vous des dispositions MACRON imposant la retraite à 70 ans? Ca devrait vous donner des idées.
a écrit le 07/03/2015 à 20:18 :
Hallucinant !
a écrit le 05/03/2015 à 8:41 :
Des bandits ces socialistes et le plus grand Mitterand ! Et on continue à les mettre au pouvoir !!! On est vraiment des idiots
a écrit le 04/03/2015 à 22:10 :
Fiducial 1984
Réponse de le 06/03/2015 à 20:52 :
Bonsoir, vos chiffres sont erronés. FIDUCIAL Informatique, pour le service des Notaires est née 16 ans plus tard, en 2000 après l’acquisition de la société IDP DAXEL.
a écrit le 04/03/2015 à 19:59 :
2 acteurs principaux dans le monde Notarial Fiducial et Genapi l'un comme l'autre doivent se frotter les mains, à un degrés moindre Fichorga, dans les années fastes les devis étaient signés sans aucun regard, aujourd'hui crise oblige, le réveil est douloureux, la profession Notariale à participé indirectement à l'évolution de ces entreprises.....
Réponse de le 04/03/2015 à 21:36 :
Mais que vient faire l'informatique la-dedans ? Ce n'est en rien l'objet des craintes actuelles. L'informatique, quelque soit la société, ce sont des centaines de femmes et d'hommes qui se démènent tous les jours pour que les outils du notariat soient à la pointe ... des demandes du notariat,pour que les utilisateurs profitent des dernières nouveautés. Pour les plus anciens, rappelez vous la situation d'il y a 30 ans ou même 20 ans. N'a t on pas profité de ces évolutions ? Et quand à l'arrivée de FIDUCIAL dans l'informatique pour le Notariat, c'est beaucoup plus récent que cela.
Réponse de le 05/03/2015 à 2:00 :
En quoi cela profite à GenApi et Fichorga? En dehors d'avoir dévoilé dans cette article les influences de leur concurrent qui pourrait faire fuir les clients Fiducial Notaires... pour passer chez eux
Réponse de le 05/03/2015 à 10:53 :
En réalité, c'est GenApi et Fichorga qui se sont alliés pour faire croire aux notaires clients de Fiducial que Christian Latouche voulait attaquer le notariat pour piquer les clients de Fiducial.
Comment s'y sont-il pris?
Ils ont dans un premier temps fait engager une avocate diplômée notaire au sein de Sofiral, à une époque où nul ne savait qu'une réforme du notariat se préparait.
Puis, ils ont acculé une entreprise de gardiennage à la faillite pour établir un lien entre Christian Latouche et Arnaud Montebourg.
Ensuite, ils ont suggéré à Arnaud Montebourg de réformer le notariat.
Après quoi, ils ont liquidé Arnaud Montebourg pour le remplacer par Emmanuel Macron.
Il suffisait alors de créer un faux collectif de notaires, le faire représenter par l'avocate placée préalablement chez Sofiral, la faire entendre par Cécile Untermaier (qui était obligée de le faire, ayant succédé à Arnaud Montebourg).
Enfin, Denis Lafay dénonce ici même la manoeuvre de Fiducial, ce qui permet à GenApi et Fichorga de rafler la mise.
Diabolique.
Réponse de le 05/03/2015 à 11:44 :
Pas du tout.
C'est un article du Gorafi "faux (jusqu'à preuve du contraire)".
Réponse de le 07/03/2015 à 12:07 :
Difficile dans tout ça de démasquer les Martiens. Restons prudents.
a écrit le 04/03/2015 à 19:33 :
Est ce vraiment étonnant que Fiducial veuille investir au sein des profession réglementées ?
moi je suis surpris que l'on en soit surpris......
la neige en hiver, mla chaleur en été, Fiducial chez les Notaires...tout nous surprend
a écrit le 04/03/2015 à 19:33 :
Bientôt, on va pouvoir acheter sur la plage des chouchous, des hotdog et des merguez de la marque FIDUCIAL...
On marchera au pas au son de la fanfare FICUDIAL, qui gérera nos économies avec sa banque FIDUCIAL, ses services fiscaux FIDUCIAL, nous serons télé-surveillés FIDUCIAL et nous voterons (si ça existe encore) pour un parti unique vachement démocratique...le FIDUCIAL NATIONAL...
Peut-être que FIDUCIAL MITIK organisera aussi des mariages entre professionnels, ou entre les catégories sociaux-professionnelles ou pourquoi pas entre race...pour le bien de l'humanité...Il fera bientôt aussi de la téléréalité, FIDUCIAL ANGELS, dans un cabinet d'avocat ou de notaire pour divertir et occuper ses employés modèles....
Pour un conglomérat et des êtres illustres qui parlent de libéralisme, d'avenir et d'évolution économique, j'ai l'impression de revenir en 1984.....BIG BROTHER, enlève ton masque...
FIDUCIAL (avec le FN) et ses dirigeants pourrissent l'Europe qui leurs ont permis et favoriser leur expansion ...en est-il de même avec leurs clients ?
Merci d'ouvrir les yeux et de ne pas réagir comme des moutons intéressés seulement par leurs petit-pré carré : soyons des vrais libéraux et n'oublions jamais l'histoire économique et politique de notre monde. Ne soyons pas ébloui et surtout pas jaloux par tout ce qui brille...
un petit-fils d'un combattant du commando KIEFFER...
Mon grand-père doit se retourner dans sa tombe...
a écrit le 04/03/2015 à 19:00 :
Tout à fait d'accord avec Nicolas, il y a deux étapes supplémentaires dans l'opération : 1°)Fiducial/Ipsos sort un sondage selon lequel 6 français sur 10 approuvent la loi Macron alors que :
a) La loi Macron est tellement vaste qu'aucun sondé ne pouvait connaitre totalement son contenu,
b) qu'un des co-sondeurs avait tout intérêt à ce que le sondage soit en faveur de la loi.
2°) L'exécutif peut justifier le recours au 49-3 en arguant du fait que les français plébiscitent la loi Macron.
La boucle est bouclée
a écrit le 04/03/2015 à 17:40 :
Enfin un article de journaliste impartial à la hauteur des enjeux
quand on parle du lobby des notaires...que dire des petits arrangements entre amis au plus haut niveau de l'Etat et des Financiers
a écrit le 04/03/2015 à 17:26 :
Les sondages financés par FIDUCIAL prennent sens, selon cette société 6 français sur 10 approuvent la loi macron, tout tourne donc en boucle pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles de notre ministre de l'économie...
a écrit le 04/03/2015 à 12:26 :
La loi Macron n'est que le prolongement des directives européennes. 
Les différents gouvernements, aussi bien de droite ou de gauche, n'ont pas "d'autres choix" que d'appliquer la politique de Bruxelles, celle qui va vers toujours plus de libéralisme économique.

Fiducial accusé de lobbying ? Oui pourquoi pas.
Mr Latouche n'a rien inventé sur ce coup, il utilise uniquement les mêmes "armes" que les "puissants" de ce monde ...

Fiducial profitera de ce nouveau marché, mais d'autres entreprises internationales tenteront de se faire une place également. Faut-il alors diaboliser plus Fiducial que les autres ?
Réponse de le 05/03/2015 à 7:00 :
Loi macron = transposer les directives Européennes
FAUX, ARCHI FAUX
Le droits français, allemand, espagnols, italien, portugais, pays bas, etc... sont fondés sur la même base le code civil napoléonien.
Il s'oppose au droit anglo saxon fondé la création d'un contrat (loi des parties) et sur les jurisprudences antérieures.
Il y a donc deux régimes complètements différents qui coexistent en Europe à ce jour.
Certes les lobbys anglos saxons posent pour que l'europe evolue dans leur sens mais si l'europe avait voulu ce changement il s'appliquerait à tous les pays que j'ai cité plus haut basé sur un droit codifié.
Savez vous ce qu'est un acte authentique ?
Existe t il en droit anglo saxon ?
Là sont les vrais questions.
Cela fait des mois que tout le monde se demande qui est dernière MACRON.
Le marché de Fiducial est un marché qui est limité car la règlementation le permet pas la création de nouveaux acteurs (clients) avec la loi macron :
1- le marché s'accroit pour Fiducial
2 - pourquoi Fiducial ne prendrait elle pas des intérêts dans les sociétés qui sont ces clients (la loi est voulu pour cela)
Réponse de le 05/03/2015 à 10:56 :
La directive européenne en question est la "Directive Service" , me semble t -il

Je vous laisse la lecture d'un article sur le sujet sur le site lepetitjuriste .fr , l'article nommée "la déréglementation de la profession notariale".
Impossible de nier l'implication de l'europe dans l'orientation de la loi Macron.

Je vous invite également à vous intéressez aux autres réformes de la loi Macron et à la "Directive Service" de l'europe

Bonne lecture
a écrit le 04/03/2015 à 11:38 :
suggestion: solliciter lise LUCET fr2 pour démasquer publiquement les manoeuvres dans une émission de cash investigation....
Réponse de le 05/03/2015 à 12:12 :
Elle se ridiculiserait
Réponse de le 05/03/2015 à 15:06 :
pourquoi? qui serait ridicule?
elle ne propose pas de solutions
elle réveille les torpeurs et les ridiculise!!!!
Réponse de le 06/03/2015 à 21:05 :
Bonsoir, ne craignez vous pas quelle détaille réellement les plus grosses inquiétudes, que l'on ne trouve d'ailleurs pas dans ces échanges qui sont à la vue de tous ? Quelle fasse s'exprimer certains collaborateurs et notaires ? Je ne suis pas persuadée que cela correspondrait aux attentes de la ménagère ...
a écrit le 03/03/2015 à 23:55 :
Macron vend l'aéroport de Toulouse aux Chinois....
Et le notariat au Belge Latouche qui est proche de Le Pen.

Le petit Nicolas parle de FNPS .....on peut aussi dire Latouchemacron !
a écrit le 03/03/2015 à 22:53 :
Il est temps de résilier nos contrats informatiques!!
Réponse de le 04/03/2015 à 19:17 :
Pour partir chez qui ?? Genapi du pareil au même ...
Fichorga un peu de sérieux
Si tous simplement vous étiez aussi unis, dans les années d'opulences, que dans les années de crise, vous en seriez peut être pas là.....
Réponse de le 04/03/2015 à 20:31 :
Moi c'est fait !!!!
Réponse de le 05/03/2015 à 10:44 :
@Remi,
Il est temps de résilier mon contrat
@Gazulle
Moi c'est fait
Vos témoignages, dont on regrettera le caractère anonyme, confirme qu'une entreprise qui réalise un CA de 30 millions d'euros avec une profession n'a aucun intérêt à l'attaquer…
L'article part d'un postulat non démontré (c'est un premier problème) et absurde (c'est presque du journalisme d'investigation).
a écrit le 03/03/2015 à 22:04 :
Et après on parle du lobby des notaires, des pseudos menaces de mort contre M. Macron... Et personne ne parle de cette entreprise morbide !
Hé France ? Quand vas tu te réveiller
a écrit le 03/03/2015 à 21:51 :
Le statut des notaires ne date pas du 19eme, non c'est une profession très moderne (Acte électronique) toujours tournée vers le conseil, qui reste un "centre de profit" qui intéresse particulièrement les financiers... Leur réforme est en cours, ils sont passé de 8000 à 9600 en quelques années, mais ce développement a été fortement ralenti par la baisse de leur activité liée à la crise. Tous les jeunes compétent trouvent à s'associer ou à reprendre une étude, toujours à un prix raisonnable, car le prix de cession est contrôlé pour permettre d'assurer aux candidat la certitude d'un niveau de revenu suffisant pour vivre, payer ses impôts et ses crédit. le prix d'un quelconque fonds de commerce est beaucoup plus cher que celui d'une étude, en proportion de son rendement! Les coups bas des politiques et autres financiers contre le notariat n'est pas nouveau, ils sont le seul rempart contre le droit Anglo-saxon, qui génère beaucoup plus de chiffre d'affaire, donc de revenus fiscaux et capitalistique.. au frais de qui ?... Des clients bien sûr.
Réponse de le 03/03/2015 à 23:41 :
J'ai vérifié 1816. Heureusement que vous êtes passés à " l'acte électronique " car vous vous devez être notaire, je pense. Si le droit anglo-saxon génère beaucoup plus de chiffre d'affaires donc de revenus pour tous y compris les notaires anglo-saxons qui auraient donc un revenu annuel supérieur à celui des notaires français qui est d'environ 200 000 euros ? Au frais de qui ?
Réponse de le 04/03/2015 à 12:04 :
Le Code Civil lui même a été promulgué en 1804, nombre de ses dispositions demeurent encore applicables aujourd'hui, ou n'ont tout du moins pas été abrogées. Il y a certes des racines du notariat qui remontent à l'an 1816, mais le statut du notariat, son organisation, son fonctionnement, et le cadre législatif qui l'entoure n'est pas vieux de deux siècles. Le notariat est une profession moderne, qui s'adapte à chaque changement législatif, et à qui le gouvernement demande toujours plus (notamment récupérer l'impôt de plus-value), sans aucune contrepartie. Il est facile de critiquer quand la connaissance que l'on a du sujet se limite à ce que les journaux disent. Contrairement à ce que beaucoup de gens pensent il est possible d'être dans la profession et d'être objectif. Je suis moi même notaire stagiaire (ce qui veut dire que j'ai fini mon master 2 et que je fais encore deux années d'étude, le diplôme supérieur du notariat, en alternance à 80%) et je considère pour ma part que la loi Macron a hypothéqué mon avenir. Monsieur MACRON annonce que les jeunes notaires appellent cette réforme de leurs voeux, alors que seule une minorité de gens frustrés de ne pas avoir l'avancement qu'ils méritent la souhaitent vraiment.

Monsieur MACRON veut aider les jeunes, mais il permet désormais à un notaire associé d'avoir 4 notaires salariés, contre 2 auparavant, permettant encore plus l'exploitation des jeunes notaires. Je ne m'attarderais pas sur le volet économique de cette loi, qui est tout bonnement scandaleux, qu'un ministre de l'économie et des hauts fonctionnaires de bercy (payés eux, 16.000e par mois, grâce à vos impôts, et bénéficiant de la sécurité de l'emploi, à vie) ne comprennent pas que le nivellement par le bas n'est pas une bonne technique, m'étonne. Que Mr MACRON vienne parler de "chantage au chômage" m'insurge, oui si cette loi passe je perdrai mon emploi, comme tous mes camardes de classe, et les jeunes n'auront plus accès à la profession car les notaires n'auront plus les moyens d'embaucher. Le notariat ne fait pas de chantage au chômage, le chômage sera juste une conséquence induite par la réforme, qui intervient alors qu'elle n'a pas lieu d'être, et que pour satisfaire les français qui ne supportent pas que d'autres gagnent plus qu'eux, une simple révision du tarif aurait suffit. De plus, le secteur immobilier est déjà entrain de baisser, donc le coût chez le notaire lui aussi, alors à quoi bon une réforme ? Personne n'est dupe, le but est d'enterrer le notariat, faire une révision du tarif tous les 5 ans ? Cette révision sera toujours faite à la baisse, personne n'est dupe, la profession est entrain d'être sinistrée.

Le notariat est un des rares secteurs qui arrive encore à tourner dans notre économie, et au lieu de le mettre en valeur on tente de le détruire (de lui faire gagner moins, tout en lui imposant tout de même de plus en plus d'obligations, car les gens oublient aussi que les notaires ont un double statut, ils doivent lutter pour vivre et gagner des clients, mais ils doivent aussi se soumettre à l'état, qui dicte leur tarif et les fait baisser, sans quant à lui faire baisser ses taxes, et en les augmentant même, ce qui est passé inaperçu dans les médias, notamment le vote du caractère permanent de l'augmentation de la TPF). Le problème de la France est que chacun se regarde le nombril et ne tolère pas qu'un autre puisse gagner plus que lui, vous ne regardez pas le service rendu à la société, vous regardez juste le niveau de salaire. La rémunération moyenne d'un notaire n'est absolument pas de 200K par an, peut être uniquement à Paris. De plus les revenus du notaire varient fortement, certains mois le notaire ne se verse pas de rémunération et peine à simplement payer ses salariés, et avec ce qu'il gagne il doit payer ses locaux professionnels, ses impôts, ses emprunts pour son logement ainsi que l'acquisition des parts de sa société etc....

Dans ce que les gens versent au notaire, une grande majorité vont à l'état car ce sont des taxes, mais les gens ne le voient pas et pensent que le notaire met tout "dans sa poche". L'état est responsable, par l'inflation législative, de l'augmentation du coup des actes. Par exemple la loi ALUR, à laquelle personne n'a trouvé d'intérêt bénéfique pour le moment, qui impose la fourniture à l'acquéreur du règlement de copropriété et de ses modificatifs, ainsi que d'un pré état daté et d'un état daté, tous ces documents sont facturés aux clients par le syndic, les services de la publicité foncière, et il n'est pas rare que leur coût dépasse plus de 500e (pour par exemple une vente de garage à 10.000e, je vous laisse calculer la proportion). Vous vous posez la question de savoir aux frais de qui ? Aux frais du contribuable, comme toujours, mais le responsable n'est en aucun cas le notaire, c'est l'état. Vous tentez de suivre, commencez par vous documenter convenablement sur la profession, en écoutant les professionnels plutôt qu'en les prenant pour des menteurs et préférant vous référez à des articles écrits par des journalistes qui ne sont pas érudits sur le sujet.
Réponse de le 04/03/2015 à 12:51 :
Vous avez bien recopié sans fautes. J'ai bien ri surtout au 2ème paragraphe : "permettant encore plus l'exploitation des jeunes notaires", tout est dit.
a écrit le 03/03/2015 à 21:43 :
Je résilie tout mes contrats avec FIDUCIAL et me précipite à la concurrence.
Réponse de le 04/03/2015 à 11:47 :
Va voir Fichorga car Génapi ce n'est pas mieux que FIDUCIAL sur le plan éthique.
Réponse de le 04/03/2015 à 13:30 :
Fichorga...ah...ah...ah!

Soyons sérieux, les notaires ont besoin d'un outil de travail fonctionnel.
Réponse de le 04/03/2015 à 19:01 :
La concurrence quelle concurrence ???
Deux acteurs principaux sur le secteur du Notarial Fiducial et Génapi, bonnet blanc et blanc bonnet, Fichorga n'est pas sérieux pour des offices notariales de moyens ou grande structure.
Plutôt que de donner chacun votre opinion, faites une association, un regroupement pour imposé vos choix (matériel), pour négocié vos prix (réal), pour devenir de vrai client et pas des vaches à lait, Mnémosyne pour ceux qui ont de la mémoire était une bonne idée...
Réponse de le 04/03/2015 à 21:04 :
j'ai l'impression que vous mélangez tout.Vous vous servez d'une gueguerre de journalistes Lyonnais pour vous défouler. Etes vous réellement des chefs d'entreprises ?
Réponse de le 05/03/2015 à 1:53 :
A chacun son métier... Quand les notaires veulent faire l'informaticien.. Cela leur coûte plus cher que de le faire faire par des spécialistes du sujet.
Réponse de le 05/03/2015 à 11:05 :
L'intérêt pour Fiducial de perdre 30 millions de CA?
Réponse de le 05/03/2015 à 15:34 :
@rififi
peut être n'avez vous pas les compétences pour manipuler ce logiciel...
20% des études sont équipés, c'est que cet outil ne doit pas être si mauvais
Réponse de le 06/03/2015 à 2:05 :
@re: c'est pas le nombre de client installé (je doute qu'ils en ont 20%) mais le nombre de clients perdus ces derniers temps qui révèlent la qualité ressentie par les utilisateurs.
a écrit le 03/03/2015 à 21:30 :
Penser un seul instant que les socialistes défendent le peuple est aussi stupide que le stupidité!!!!!
a écrit le 03/03/2015 à 20:26 :
Depuis plus de 15 ans, les rapports (gauche ou droite) se succèdent et on demande aux notaires de se réformer (leur statut date du début du 19è !). Crise économique presque mondiale, l'Europe dont la France fait partie et trop tard pour être contre, doit se réformer. Croire que cette réforme aurait vu le jour parce qu'un groupe d'informatique et de gestion est aux commandes, qu'une personne ayant raté le concours veut détruire le notariat et qu'une avocate a représenté des diplômés qui veulent s'installer, ne serait-ce pas un peu délirant ?
Réponse de le 03/03/2015 à 23:27 :
Quand on ne comprend un texte, on le relit pour tenter d'y arriver....ce qui parait toutefois difficile pour vous!
Réponse de le 04/03/2015 à 8:18 :
OK Vous m'expliquerez tout ça au café du coin. Je ne demandais qu'à comprendre un tel acharnement.
Réponse de le 04/03/2015 à 21:19 :
Le statut des notaires ne date pas du 19ème, non. C'est une profession très moderne (Acte électronique) toujours tournée vers le conseil et le service au client mais qui reste un "centre de profit" qui intéresse particulièrement les financiers... Leur réforme est en cours, ils sont passé de 8000 à 9600 en quelques années, mais ce développement a été fortement ralenti par la baisse de leur activité liée à la crise. Tous les jeunes trouvent à s'associer ou à reprendre une étude, toujours à un prix raisonnable, car le prix de cession est contrôlé pour permettre d'assurer aux candidat la certitude d'un niveau de revenu suffisant pour vivre, payer ses impôts et ses crédit. le prix d'un quelconque fonds de commerce est beaucoup plus cher que celui d'une étude, en proportion de son rendement! Les coups bas des politiques et autres financiers contre le notariat n'est pas nouveau car ils sont le seul rempart contre le droit Anglo-saxon, qui génère beaucoup plus de chiffre d'affaire, donc de revenus fiscaux et capitalistique.. au frais de qui ?... Des clients bien sûr.
a écrit le 03/03/2015 à 20:12 :
MACRON ECONOMIE Extraordinaire montage pour une manne financière gigantesque au profit d' associations de malfaisants qui nous gouvernent; et il sont" socialistes" pour défendre "les faibles"et redonner du pouvoir d'achat au bon peuple. On peut peut-être le rappeler les 22 et 29 mars à notre "brillantissime" ministre de l'économie. Concentrons nous sur notre bulletin de vote
a écrit le 03/03/2015 à 19:55 :
Et voilà comment le ver est dans le fruit, ils ont nos comptes, nos systèmes informatiques, nos clients ......
Ils peuvent prendre notre place à moins que nous devenions leurs salariés !!!!!
enfoirés
a écrit le 03/03/2015 à 19:16 :
Anne-Sophie Poiroux collabore avec Vincent Le Coq qui est notoirement connu pour vouloir la destruction de la profession de notaire suite à un échec à un concours à la création d'office...
Hallucinant! Le gouvernement était forcément au courant....
a écrit le 03/03/2015 à 18:29 :
Les masques tombent ...
a écrit le 03/03/2015 à 17:50 :
Monsieur LATOUCHE a du préparer la déclaration isf de Monsieur MACRON qui a du oublier de la poster....
Enfin bon, on vous dit qu'il ne doit pas payer son ISF, alors circulez !!! y'a rien à voir !
a écrit le 03/03/2015 à 17:14 :
Elle est toute bronzée la fausse notaire.


On aurait du sentir l'arnaque !

Les notaires bossent en fin d'année !
a écrit le 03/03/2015 à 16:59 :
Scandaleux!

C'est l'énarchie !

Spoliateurs !
a écrit le 03/03/2015 à 16:51 :
Mais voyons, le ps et l'ump sont garants de la démocratie dans notre pays, tout ceci n'est que fantasmes, la collusion, la prise d'intérêts et l'entregent ne sont pas possibles dans notre beau pays de cocagne !
Réponse de le 03/03/2015 à 18:20 :
Pas possible non plus avec le FN, bien sûr, bon copain de M. Latouche et de Fiducial... "mains propres et tête haute", c'est vraiment un affichage des plus bidons, on le voit tous les jours. A part distiller les sarcasmes lourdauds et répétitifs de ses trolls sur tous les commentaires d'articles, ont-ils quelque chose de sérieux à proposer dans ce domaine ?
Merci en tout cas à M. Lafay pour cette analyse poussée et édifiante.
Réponse de le 05/03/2015 à 10:30 :
Une analyse poussée et édifiante?
Denis Lafay affirme qu'une entreprise qui réalise 30 millions de CA avec les notaires veut les attaquer. C'est suffisamment contre-intuitif pour mériter quelques précisions.
Les précisions les voici : Christian Latouche, qui dirige Fiducial aurait fait appel à une avocate de Sofiral sur le départ pour le représenter. Plutôt curieux.
Christian Latouche aurait pour ce faire monté de toute pièce un faux collectif de diplômés notaires. Comment s'y est-il pris? En effet, une analyse poussée aurait été ici des plus utiles.
a écrit le 03/03/2015 à 16:18 :
Macron Peillon Hamon Valls les "nouveaux commerçants " tous au registre du commerce totalement interdit par l article 23 de la constitution de 58 ! Xavier Kemlin attend toujours une réponse du Conseil Constitutionnel et de la Haute Autorite pour la Transparence de la Vie Public ! ça va faire un mois qu il a reçu les accuses de réception ! mais la plainte avec constitution de partie civil contre Roland Dumas pour faux en écriture public et haute trahison n a toujours pas été acceptée par le parquet de paris ! mme taubira serait elle encore aux manettes ? Ha c est pour ça qu il l ont gardé ? je comprends ?
a écrit le 03/03/2015 à 16:12 :
droite des affaires ! gauche caviar ! 40 ans de gabegies !
a écrit le 03/03/2015 à 15:59 :
Je viens de voir que l'avocate en question est associé à un certain Vincent Le Coq anti notaire notoire, porte parole du collectif non/taire.... Ils savent se renseigner auprès des bonnes personnes pour connaître le notariat les politiques..... Comment ont-ils pu se faire avoir? Ils étaient forcément au courant.....
a écrit le 03/03/2015 à 15:58 :
Ce nouvel avatar vient confirmer la consanguinité entre les politicards de droite et de gauche avec les voyous de la finance, UMP PS UDI VERTS FN Bleu marine... Ce sont tous les mêmes, c'est la même nasse nauséabonde.
a écrit le 03/03/2015 à 15:47 :
Ayant connu des professionnels ayant travaillés pour lui, déjà ils me disaient que c'était un super calculateur et tous les moyens sont bon pour arriver à ses fins. Il ne respecte aucune réglementation professionnelle. Pas étonnant qu'il s'entende avec Montebourg et Le Pen.
Réponse de le 05/03/2015 à 0:39 :
oui, sauf qu'il s'est fait jeter aux épreuves d'admission aux fonctions de notaire, il connait tellement bien la profession!
Réponse de le 05/03/2015 à 8:06 :
Totalement FAUX !!!
Bien au contraire , Fiducial a mis en place des outils de travail et des procédures qui impliquent une rigueur bien supérieure à celle des autres cabinets.
La règlementation professionnelle au quotidien est parfaitement respectée par les collaborateurs.
Réponse de le 05/03/2015 à 10:34 :
@antoine,
Christian Latouche s'est fait jeter aux épreuves d'admission aux fonctions de notaire?
Et peut-on savoir quand Christian Latouche, expert-comptable, commissaire aux comptes, à la tête d'un groupe mondial de plus de 17 000 personnes, âgé de 74 ans et 60ème fortune de France a postulé à l'immense honneur de devenir un obscur notaire ?
a écrit le 03/03/2015 à 15:26 :
Cet avis de coup de vent frais sur le monde poussiéreux des robins me semble tres salutaire des lors qu'il sera garant d'homogénéité et de complémentarité des compétences des professionnels du droit et de réduction des délais et du coût des procédures.
a écrit le 03/03/2015 à 14:14 :
Prêter uniquement à M. LATOUCHE le contenu et l'orientation de la loi Macron c'est peut-être lui prêter une influence plus importante qu'il n'a surtout que l'ouverture des capitaux des sociétés d'exercice libéral à des actionnaires extérieurs est une volonté ancienne de la technocratie française et c'est une mesure malsaine qui va faire perdre leur indépendance à beaucoup de libéraux au détriment de leur impartialité.
a écrit le 03/03/2015 à 13:57 :
Monsieur Macron qui ne paie pas son isf est il en lien avec Monsieur Latouche qui a de localisé le siège de Fiducial en Belgique ?
a écrit le 03/03/2015 à 13:54 :
et alors...
a écrit le 03/03/2015 à 13:54 :
Monsieur Macron qui ne paie pas son isf est il en lien avec Monsieur Latouche qui a de localisé le siège de Fiducial en Belgique ?
a écrit le 03/03/2015 à 13:49 :
écœurant; j'espère que la mission parlementaire va prendre ces nouveaux éléments en considération.
a écrit le 03/03/2015 à 13:27 :
Jamais assez
a écrit le 03/03/2015 à 13:20 :
L'UMP UDI avait bigmalion, le PS les Verts ont Fidumalion
Réponse de le 05/03/2015 à 10:37 :
@Fidumalion
Et Christian Latouche étant "proche du FN", le FN est incontestablement mouillé.
Mais c'est curieux, car le FN a pris officiellement parti pour le statut actuel des notaires. Ainsi le FN prend officiellement parti pour le statut actuel des notaires, mais fait tout, en sous main, pour le détruire…
Machiavel fait soudain pâle figure.
a écrit le 03/03/2015 à 13:18 :
Le peuple finira par se révolter contre ses représentants qui ont rompu le contrat social. Le vote pour le FN constitue la première étape.
Réponse de le 03/03/2015 à 18:22 :
Vous avez bien lu l'article ? vous parlez bien du FN copain de M. Latouche de Fiducial ???
Réponse de le 05/03/2015 à 10:20 :
Donc Monsieur Latouche, "proche du FN" a fait appel à une avocate membre d'Anticor, qui combat le FN, pour le représenter. J'ai vérifié, Anne-Sophie Poiroux a représenté Anticor contre Sauvan.
Denis Lafay ne pouvait pas l'ignorer. Pourquoi a-t-il caché ce fait? Parce qu'à lui-seul il ruine la thèse de l'auteur de cet "article".
Il est regrettable que le conspirationisme soit à la base de cet article.
Réponse de le 05/03/2015 à 12:40 :
Qu'est-ce que le FN a à voir là-dedans? J'ai l'impression que tout le monde devient fou lorsqu'on parle du FN. C'est une obsession. Denis Lafay nous pond un article dans lequel il établit des faits, c'est ça le vrai boulot de journaliste! Après, ça se vérifie ou non. Et puis, tout d'un coup, il prétend que ce Latouche est un "proche" du FN simplement parce que ce monsieur s'est présenté au bureau politique de ce parti pour y défendre SON projet économique ? Est-ce que le CSN est un proche du parti socialiste quand il fait du lobbying auprès de la majorité pour détruire le projet MACRON? N'importe qui peut se dire proche de qui il veut! Tous ceux qui ont de gros intérêts à défendre tentent de flairer d'où vient le vent et de copiner avec le cheval qui leur semble pouvoir gagner la prochaine course (2004, c'est deux ans après la présence de JM LP au second tour de la présidentielle). Marc a raison de faire savoir que cette dame Poiroux a combattu le FN, ce qui démontre, non pas que Denis Lafay raconte des salades dans son article, mais que ni Latouche ni elle ne se soucient d'idéologie politique! Tout ce qui les intéressent, c'est leur intérêt personnel. La vraie question serait de savoir si Marine le Pen ou Florian Philippot ont eu des tendresses pour Latouche! Je sais qu'en matière de tendresse, Marine Le Pen a fait parvenir aux notaires une lettre de soutien sans équivoque sur tous les points qu'ils défendent, alors que personne ne lui a rien demandé. Elle a été la seule à le faire. Voilà un fait, et qui compte!
Réponse de le 05/03/2015 à 20:40 :
@Acrostyche,
Ce qui me gène dans ce papier, ce n'est pas le FN. C'est le manque cruel de justification.
Admettons que Christian Latouche ait voulu peser sur la loi Macron.
Admettons encore que dans cette perspective, il ait fait appel à Madame Poiroux pour "inflitrer" la commission et que celle-ci ait accepté.
L'article ne dit rien de ce qui ce serait passé entre leur accord et l'audition de Madame Poiroux devant la commission.
Il va de soit que c'est la présidente de la commission, Madame Cécile Untermaier et elle seule, qui a choisi ses interlocuteurs/interlocutrices.
Comment Christian Latouche s'y est-il pris pour que Cécile Untermaier décide d'auditionner Anne-Sophie Poiroux?
Comment a-t-il pu créer un collectif de diplômés notaires de toutes pièces?
Comment-a-il pu faire pour que Cécile Untermaier choisisse précisément CE collectif et pas un autre?
Pourquoi, si Christian Latouche a d'excellentes relations avec Arnaud Montebourg en particulier et des politiques de premier plan, retenir un montage aussi complexe qu'aléatoire?
Ou bien Denis Lafay a des preuves (lettres, fax, e-mail ou que sais-je?) ou bien il s'agit d'une simple construction de sa part, qui ne repose sur rien de sérieux.
Enfin, mais ce devrait être le point de départ, comme l'écrit Maître ON, à qui profite le crime? Si Fiducial fait un chiffre d'affaires de 30 millions avec les notaires, pourquoi diable les attaquer frontalement?
Je trouve cet article dénué de substance et absolument pas convaincant.
Réponse de le 06/03/2015 à 2:11 :
@marc: 30M de CA fait chez les clients est une paille quand on peut "rafler" l'intégralité des revenus de ces mêmes études.
Réponse de le 06/03/2015 à 13:01 :
@Ag,
La proie pour l'ombre?
Curieux positionnement stratégique pour une entreprise : je perds 30 millions de CA sûr pour avoir une chance de rafler, de rafler combien au fait?
Vous écrivez "l'intégralité des revenus". La seule certitude est que "l'intégralité" c'est impossible.
Réponse de le 07/03/2015 à 0:33 :
@marc:
"l'intégralité" des bénéfices est atteignable lorsque l'on devient le propriétaire de la structure productrice de ces revenus. Cela reste toujours plus que d'encaisser une simple facture de maintenance annuel, même si la maintenance est plus chère que les concurrents (j'ai comparé les devis et cela est parlant).
a écrit le 03/03/2015 à 13:16 :
Mais finalement qu'est-il reproché à ce monsieur et à son organisation ? Je ne comprends pas bien ? De réussir ? D'avoir du flair ? De créer de l'emploi ??? Il est écrit, au début de l'article :

"Au sein des instances de la profession de l'expertise-comptable - tout en constatant le comportement « irréprochable » des professionnels de Fiducial Expertise en matière de qualité de prestation et de déontologie -, même aveu et même impuissance face à ce qui s'est « imposé dans le temps au mépris de règles majeures »".

Qu'est-ce que signifie ce charabia ? Quelles sont ces règles "majeures" ???
Réponse de le 03/03/2015 à 15:40 :
Il lui est peut être reproché d'orienté une loi dans son sens au détriment des français car le notariat par fiducial ne sera plus une égalité devant la justice, et pour ce faire il emploie des méthodes répréhensible à savoir une usurpation d'identité de la part d'une de ses employés. Le plus affligeant étant peut-être l'incompétence des politiques qui se sont fais avoir..... Prendre pour parole d'évangile une représentante d'une association qui n'existe pas pour connaître le métier que l'on doit réformer.... Ce n'est plus de l'incompétence, c'est de l'escroquerie.
Réponse de le 04/03/2015 à 15:22 :
A No comprendo
C'est ce que je vois ...
Réponse de le 04/03/2015 à 21:01 :
Justice des riches vous vous répandez sur tous les sites. Seriez-vous en mission commandée? Cet article n'est pas sérieux vous le savez et pourtant vous tentez de faire croire le contraire mais peut être la fin justifie les moyens…….
Réponse de le 05/03/2015 à 15:50 :
Sur tous les sites vous dites? j'ai juste écrit aussi sur le site de contrepoint cher à Monsieur Le Coq qui connais bien Me Poiroux et qui est porte-parole du collectif NON-Taire. Je n'ai fait que lire cet article, tapez le nom de Me POIROUX sur internet, vu qu'elle avait écrit un livre avec M. Le Coq et je suis allez sur contrepoint mettre mon point de vue qui n'est pas infaillible. Je me pose des questions, ça me semble bien naturel. Au niveau de "la fin justifie les moyens..; faudra m'expliquer !
a écrit le 03/03/2015 à 12:50 :
Rien de bien choquant nous sommes en politique c'est à dire dans un truc dans lequel personne ne comprend rien aux propositions de loi seul les lobbies gouvernent alors Macron, Montebourg, Woerth, Pécresse dans tous les partis y compris le FN la gouvernance est faite copains souvent coquins pour l'avenir de notre pays. Alors encore une affaire bof la France en compte des milliers avec le pompon du nombre d'élus passé par la case de la justice la France une démocratie non une république bannière qui sent "bon" les égouts autant à droite qu'à gauche.
a écrit le 03/03/2015 à 12:44 :
Bien? Du papier toilette de bureau à l'expertise comptable en passant par le gardiennage et la banque? Et demain primeur boucher notaire? J'ai des doutes!
a écrit le 03/03/2015 à 12:18 :
La boucle est bouclée. Une fois Fiducial à la tête du notariat français, il n'y aura plus aucun choix du professionnel, du montant des honoraires, du placement. Bef, le rêve de M MACRON deviendra réalité au détriment des français. Comment penser que Mme UNTERMAIER n'ait pas su qui était son interlocuteur ? J'espère que c'est une plaisanterie.
Réponse de le 03/03/2015 à 13:30 :
Aux débuts de la Commission, lorsqu'un groupe de notaires diplômés avaient demandé à être reçus, Mme UNTERMAIER avait insisté pour savoir à quel titre, syndical ou associatif. L'anonymat forcé des diplômés notaires explique le fait qu'il leur est impossible de se mobiliser et peu importe que ce soit une avocate qui ait parlé en leur nom, ils étaient nombreux à vouloir transmettre leur souhait de pouvoir s'installer librement comme le font les autres professions libérales. Quel média osera titrer " Qui sont les notaires diplômés ? "
a écrit le 03/03/2015 à 12:13 :
Edifiant et consternant !
Réponse de le 04/03/2015 à 9:34 :
Depuis le début de cette vaste mascarade, on pose la question "A qui profite le crime?" On s'en doutait bien sûr!
Mais attention à ne pas se faire attaquer en diffamation par FIDUCIAL , ce serait le comble d'avoir à verser des dommages interêts!
Réponse de le 04/03/2015 à 15:43 :
La mesure urgente à prendre en France est de supprimer l'ENA qui depuis des années a prouvé sa capacité à former des gens qui seraient incapables, si elles étaient dans le privé de gérer des entreprises et dont l'incompétence se vérifie chaque jour.
Il est tellement pLus facile d'être fonctionnaire et de jouer avec l'argent des autres.
N'est ce pas là une forme de RENTE que l'emploi à vie;

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :