Prix "InnoJump" : Touti Terre, champ de l'innovation

 |   |  533  mots
(Crédits : DR)
Améliorer les conditions de vie des agriculteurs, telle est la mission que s'est donnée l'entreprise haute-savoyarde Touti Terre, avec son outil innovant : le Toutilo. Fondée en 2014, la jeune société compte partir à la conquête de l'Europe dès 2018. Touti Terre est nominée dans la catégorie "InnoJump" du prix de l'Innovation "Innowards", organisé par Acteurs de l'économie-La Tribune. Les internautes ont jusqu'au 13 octobre pour désigner leur lauréat.

Inscrivez-vous : InnoWards | Prix de l'Innovation Edition Savoie Mont Blanc

Planter, désherber, récolter et surtout, sans cesse se baisser. Le quotidien des maraîchers, arboriculteurs, horticulteurs ou producteurs de plantes aromatiques est physiquement éprouvant. Pour remédier à leur pénibilité, les aider dans ces tâches répétitives, mais aussi améliorer leur rentabilité, Flore Lacrouts-Cazenave, sa sœur Laurence et leur père Yvan imaginent en 2014 un outil d'un nouveau genre : le Toutilo.

Équipé d'un moteur électrique, ce véhicule sur quatre roues avance seul et permet à l'agriculteur de réaliser l'ensemble de ces tâches dans une position semi-allongée sur le ventre grâce à un siège ergonomique.

"L'idée est venue de Laurence. Maraîchère bio, elle manquait de matériel pour l'aider dans ses tâches. Comme je suis designer industriel, nous avons commencé à imaginer un outil idéal qui pourrait lui convenir", se souvient  Flore Lacrouts-Cazenave, présidente de Touti Terre. Elles présentent ensuite le cahier des charges à leur père, alors au service électronique chez Renault. Leur premier prototype est performant. Si bien que le trio imagine transformer son initiative familiale en une véritable entreprise. Pendant deux ans, accompagnés de la SATT Linksium ou de Thésame, ils étudient le marché, les financements. La société Touti Terre voit officiellement le jour en 2014.

Toutiterre

Le Toutilo en action.

Depuis le Toutilo a bien évolué. "Les principaux changements sur le plan technique sont liés à l'autonomie des batteries, au logiciel, à la connectivité. Mais le siège ergonomique a lui aussi été revu. Nous avons fait de nombreux tests pour qu'il soit le plus confortable possible", souligne Flore Lacrouts-Cazenave. Le siège de la société est d'ailleurs pour l'instant basé sur l'exploitation bio de Laurence, afin de pouvoir tester l'outil directement dans le champ.

Marché européen

Pour ce qui est de l'assemblage, l'entreprise haute-savoyarde a décidé d'ouvrir une antenne industrielle et commerciale près de Nantes. Le choix de s'implanter à l'Ouest de la France est directement lié au marché puisque les deux tiers de leurs clients sont situés dans cette zone. L'autre tiers étant en Rhône-Alpes. "Nous avons du potentiel dans cette zone avec la vallée du Rhône, où l'on trouve beaucoup de pépiniéristes. Le secteur des plantes aromatiques a également un fort potentiel." Dès 2018, Touti Terre entend mettre le cap sur l'Europe et exporter son savoir-faire dans des pays aux besoins similaires. Avec une base technique forte, grâce à son logiciel, la société haute-savoyarde pense également se développer vers d'autres produits, pas forcément dans le champ de l'agriculture.

Avec un chiffre d'affaires de 187 000 euros pour sa seconde année d'exercice - "les objectifs ont été surpassés" - l'enjeu pour ce troisième exercice "est fort". "Nous devons montrer que l'on décolle, accélérer et passer à l'industrialisation." Pour accompagner son développement, Touti Terre cherche des financements et espère structurer une équipe de 20 personnes, contre cinq aujourd'hui.

 Lire le portrait des deux autres candidats :

Votez maintenant pour le Prix "InnoJump"

btn-Votez-IW17.png

Avec le soutien de nos partenaires

Innowards17-BANNER-PARTENAIRES-612x306_V3b.png

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :