Bruno Rousset (April) : un montage immobilier à 52 millions d'euros

 |   |  324  mots
(Crédits : DR)
Selon des révélations de Médiacités Lyon et Médiapart, le président-fondateur d'April, Bruno Rousset loue des bureaux à son propre groupe, via sa holding personnelle Evolem. Un montage financier qui lui aurait permis d'engranger plus de 50 millions d'euros de loyer.

Le montage rappelle celui de l'affaire Richard Ferrand. L'ancien ministre et actuel président du groupe La République en Marche à l'Assemblée Nationale est visé par une enquête pour avoir fait louer aux Mutuelles de Bretagne, qu'il dirigeait, un local acheté par sa femme quelques mois auparavant.

Ici, les protagonistes sont différents. Entre 2008 et 2016, April, l'assureur lyonnais côté en bourse, a versé 52 millions d'euros à la holding personnelle de Bruno Rousset, Evolem, pour la location de plusieurs immeubles, dont le siège social d'April (Aprilium 1 et 2). Sauf que Bruno Rousset est également président-fondateur d'April. Un montage "élaboré en violation de la législation sur les conflits d'intérêt" et qui "pourrait s'apparenter à de l'abus de bien sociaux", selon Médiacités Lyon et Médiapart, qui révèlent l'affaire.

Code du commerce

En mai 2007, un bail commercial a été conclu entre Evolem, propriétaire des murs, et April Santé-Prévoyance, une des sociétés du groupe, pour la location d'Aprilium 1. Ce bail, d'une durée de neuf ans, prévoit un loyer annuel de 3,8 millions d'euros pour 15 000 m² "un tarif situé dans le haut de la fourchette des prix du marché observés à la Zac de la Buire", précise le média en ligne. Outre le conflit d'intérêt, le problème est que le contrat n'est pas mentionné dans le rapport annuel 2007 du groupe, contrairement à ce qu'exige le code du commerce. Il n'est officiellement signalé aux actionnaires que huit ans plus tard. Il en est de même avec la bâtiment Aprilium 2, livré en 2013.

Lire aussi : Bruno Rousset, l'énigme

Déjà en juillet, Médiacités révélait que l'assureur lyonnais (861,2 millions d'euros de chiffre d'affaires en 2016, côté en Bourse) avait monté un judicieux système d'optimisation fiscale passant par plusieurs filiales installées à Malte, un pays de l'Union européenne considéré par certains comme un paradis fiscal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/09/2017 à 21:17 :
Je pensais que vous connaissiez un peu la vie des affaires.....
Vous pouvez faire comme lui, il suffit de créer une entreprise d'un milliard d'euros de CA et de rester actionnaire majoritaire..... Mais ce n'est pas donné à tout le monde....
Ce n'a rien à voir avec Richard Ferrand qui n'était pas propriétaire de la compagnie d'assurance mutuelle et qui n'a fait qu'une proposition de location d'un local dont il n'était pas propriétaire direct.
Vous voyez des scandales partout pour faire des titres accrocheurs!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :