Emplois aidés : les maires de Grenoble et Saint-Etienne montent au créneau

 |   |  285  mots
Eric Piolle en visite auprès des Restos du Coeur de Grenoble.
Eric Piolle en visite auprès des Restos du Coeur de Grenoble. (Crédits : DR)
Eric Piolle, maire de Grenoble s’alarme de la perte potentielle de 160 emplois, conséquence de la suppression des emplois aidés par le gouvernement. De son côté, Gaël Perdriau, maire de Saint-Etienne, a également fait savoir qu'il "déplorait la décision prise unilatéralement par le gouvernement".

Les maires de Grenoble et de Saint-Etienne sont successivement montés au créneau contre la fin annoncée des emplois aidés. Dans un communiqué du lundi 4 septembre, le maire de Grenoble Eric Piolle...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2017 à 12:00 :
Les Verts (Grenoble) ou les gauchisants (St Etienne) schootés aux emplois pas chers payés par l'ensemble des contribuables sauf leurs administrés vu le peu de contribuables payant l'I.R. acceptent mal que ce soient chez eux l'addition.
a écrit le 06/09/2017 à 9:22 :
Ces mêmes élus, que n'ont-ils éructé contre ces emplois aidés : cache-sexe du chômage; emplois précaires...Et voici, qu'aujourd'hui, ils défendent bec et ongles la précarité et le financement public des emploi! La honte!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :