Présidentielle : la lecture des programmes passée au crible

 |   |  248  mots
(Crédits : DR)
Le 21 avril à minuit sonne la fin de la campagne officielle et le début de l’interdiction de publication de sondages. A cette occasion, Tilkee publie la première analyse de lecture des programmes électoraux sur la toile.

Le temps moyen de lecture d'un programme est de 3'43 minutes, 36 % des Français s'arrêtent avant la fin du sommaire et 28 % des lectures sont effectuées depuis un mobile. Telles sont les conclusions qui ressortent de l'étude menée par Tilkee. L'éditeur lyonnais de logiciels spécialisés dans l'analyse de lecture des documents numériques a publié une étude des programmes des onze candidats à l'élection présidentielle, réalisée à l'aide du  site www.programmes-2017.com.

"Elle évalue l'intérêt des Français par rapport à la lecture de chacun des programmes détaillés (temps passé, comportement de lecture, pourcentage de lecture, pages lues le plus longtemps, etc.), aussi bien de façon nominative (un programme unique par candidat) que sur la base des composants spécifiques de chaque programme (économie, santé, social, etc.)."

À 5 jours du premier tour de l'élection présidentielle, ce classement est original car il analyse objectivement l'intérêt réel des Français pour les propositions détaillées de chaque candidat ", explique Sylvain Tillon, co-fondateur et co-dirigeant de Tilkee.

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et François Fillon sont les candidats dont le programme est le plus consulté, avec respectivement 19,5 %, 16,5 % et 11,9 % du nombre total de lectures. Toutefois, 30 % des lecteurs lisent moins de 10 % des pages et 30 % des lecteurs prennent connaissance de plus de 90 % des pages.

___________________________

Cette brève vous est offerte. Pour consulter nos informations à forte valeur ajoutée, abonnez-vous, et soutenez ainsi notre projet entrepreneurial.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :