Serge Ferrari annonce un léger recul de ses bénéfices

 |   |  308  mots
L'entreprise est spécialisée dans les matériaux composites, par exemple utilisés dans la toiture des stades de football.
L'entreprise est spécialisée dans les matériaux composites, par exemple utilisés dans la toiture des stades de football. (Crédits : Reuters)
Après la communication de bénéfices en retrait de 10,6 % pour l'exercice 2016, en dépit d'une hausse du chiffre d'affaires de 7,6 %, Serge Ferrari veut "capitaliser sur ses atouts pour accélérer sa croissance au cours des prochaines années".

Serge Ferrari a annoncé mercredi dans un communiqué des résultats par l'année 2016 marqués par un fléchissement de sa rentabilité. Au cours de l'année écoulée, le groupe de Saint-Jean-de-Soudain (Isère), spécialisé dans les matériaux composites, a dégagé un bénéfice net (part du groupe) de 4,3 millions d'euros, en recul de 10,6 %. L'exercice 2015 s'était conclu sur un bénéfice de 4,8 millions euros.

Le chiffre d'affaires, dopé par l'acquisition du distributeur italien Giofex, et déjà en hausse au 1er semestre de l'exercice (+7,6 %), a gagné sur l'année 6,8% pour atteindre 158,5 millions d'euros.

Le résultat net suit la même évolution que le résultat opérationnel courant qui a reculé de 11,8%, à 7,1 millions d'euros, en raison d'une hausse des provisions, notamment sur les stocks.

Politique d'investissement

Le chiffre d'affaires, dopé par l'acquisition du distributeur italien Giofex, a gagné 6,8% pour atteindre 158,5 millions d'euros. Ces résultats permettront le versement d'un dividende d'un montant inchangé de 0,12 euro par action.

SergeFerrari explique dans son texte avoir investi l'an dernier pour nourrir sa croissance future, notamment en recrutant des commerciaux et des managers "dotés d'une expérience internationale".

A l'aube d'un "nouveau cycle", le groupe entend donc désormais "capitaliser sur ses atouts pour accélérer sa croissance au cours des prochaines années".

Dès le deuxième semestre, sa croissance organique (+5,4 % l'an dernier) devrait être "plus vigoureuse", estime-t-il.

Serge Ferrari envisage également de "compléter" cette stratégie par des opérations de croissance externe, fort d'une trésorerie nette positive de 23,1 millions d'euros. L'entreprise dispose ainsi, assure-t-elle, de "tous les moyens de financer sa croissance".

Le chiffre d'affaires, dopé par l'acquisition du distributeur italien Giofex, a gagné 6,8% pour atteindre 158,5 millions d'euros. Ces résultats permettront le versement d'un dividende d'un montant inchangé de 0,12 euro par action.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :