Casino déçoit les investisseurs malgré des résultats 2016 en redressement

 |   |  550  mots
(Crédits : © Eric Gaillard / Reuters)
Fruit d'une politiquement de désengagement et de cession à l'international, le groupe Casino annonce un bénéfice de 2,67 milliards d'euros, pour un bénéfice "normalisé" de 341 millions d'euros, en retrait de 4,48 %, pour un chiffre d'affaires de 36 milliards d'euros. A l'ouverture de la Bourse de Paris, ce matin, les investisseurs sanctionnaient les performances de l'entreprise installée à Saint-Etienne. A l'approche de la fermeture de séance, le titre était toujours en recul de 5,35 %.

Le distributeur français Casino a annoncé mardi un bénéfice net 2016 de 2,67 milliards d'euros après une perte de 43 millions en 2015, dopé par les plus-values de cessions en Asie. Ces cessions lui ont permis de réduire fortement son endettement et le groupe affiche sa confiance pour 2017.

Le groupe publie aussi un bénéfice net "normalisé", qui ressort à 341 millions d'euros, en baisse de 4,48% (bénéfice retraité des plus-values de cessions ainsi que du classement en activité "non-poursuivies" de ses ventes dans le non-alimentaire au Brésil, en cours de cession).

Lire aussi : Casino, un désengagement à l'international

Le résultat opérationnel courant (ROC) s'affiche en hausse de 3,3%, à 1,03 milliard, contre 997 millions l'an dernier, dont 508 millions pour la France, permettant au groupe d'atteindre l'objectif de 500 millions d'euros qu'il s'était fixé.

Sur les activités alimentaires en Amérique latine, le ROC se replie de 22%, à 538 millions d'euros, pénalisé par le Brésil. Sur ce seul pays, le ROC chute de 27%, à 314 millions d'euros.

La marge opérationnelle au Brésil, plombée par la récession qui affecte les ventes et les plans d'actions promotionnelles mis en place par le groupe, recule de 150 points de base à 2,8%.

En France en revanche, la marge se redresse, passant de 1,8% à 2,7%.

Un chiffre d'affaires de 36 milliards d'euros

Le chiffre d'affaires de l'exercice, déjà publié, est de 36 milliards d'euros, en chute de 21,9% en publié, mais en progression de 2% une fois retraité des cessions.

Sur 2016, Casino a généré un free cash flow de 273 millions d'euros en France, supérieur à l'objectif affiché par le groupe qui était situé entre 150 et 200 millions d'euros.

Les capitaux propres du groupe ressortent en forte hausse, grâce aux cessions notamment, à 14,44 milliards d'euros à fin décembre 2016 contre 12,41 milliards d'euros un an plus tôt.

L'endettement, qui avait été fustigé par le cabinet d'investissement américain controversé Muddy Waters l'an dernier, et qui avait conduit à la dégradation de la dette du groupe par Standard and Poor's en mars 2016, se réduit également de manière notable, aussi bien au niveau du groupe, à 3,36 milliards d'euros contre 6 milliards à fin 2015, que de la maison-mère, à 3,2 milliards d'euros contre 6 milliards.

"En 2016, Casino a simplifié son organisation et s'est fortement désendetté. Le groupe a atteint ses objectifs en France avec un redressement confirmé de sa rentabilité, une forte génération de cash-flow libre et une réduction de sa dette nette. Il se fixe comme objectif de continuer à faire progresser son activité et ses résultats en 2017", a déclaré le PDG du groupe, Jean-Charles Naouri, cité dans le communiqué.

Lire aussi : Jean-Charles Naouri, patron de Casino discret et distant

Pour l'exercice en cours, Casino affiche sa confiance, se donnant pour objectif "une croissance de l'ordre de 15% du résultat opérationnel courant" en France et "d'au moins 10%" pour le groupe "aux conditions de change actuelles", tout en réduisant encore son ratio d'endettement.

Cependant, l'action Casino s'enfonçait de près de 5 % mardi matin à la Bourse de Paris, lestée par les perspectives 2017 publiées par le distributeur, inférieures aux attentes. A 09H44 (08H44 GMT), le titre perdait 4,84 % à 49,69 euros dans un marché en léger recul de 0,20%. A 16H59, le titre perdait 5,35 %, à 49,42 euros.

Les perspectives pour 2017 sont "à moitié satisfaisantes", ont noté les analystes de Bryan Garnier.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :