Caisse d'épargne Rhône-Alpes : quels changements pour 2016 ?

 |   |  300  mots
Stéphanie Paix, présidente du directoire de la Caisse d'épargne Rhône-Alpes, a présenté les projets de la banque pour 2016.
Stéphanie Paix, présidente du directoire de la Caisse d'épargne Rhône-Alpes, a présenté les projets de la banque pour 2016. (Crédits : Karen Latour / ADE)
La Caisse d'épargne Rhône-Alpes a annoncé les différents projets qu'elle souhaite mener pour l'année 2016. Parmi eux, le lancement d'une agence santé, sur le même modèle que l'agence innovation de Grenoble.

Six ascenseurs sont disposés face à face au milieu d'un long couloir rouge. Ils montent direction le 27e étage de la tour Incity, nouveau siège de la Caisse d'épargne Rhône-Alpes. "Il le sera officiellement à partir du 1er mars", précise Jérôme Ballet, membre du directoire de la banque. A partir du 9 février, les quelques 700 collaborateurs commenceront à emménager dans les nouveaux locaux, répartis du 22e au 35e étage du plus haut gratte-ciel de Lyon.

Située dans le second quartier d'affaire de la ville, la tour sera en partie louée à la SNCF pour un contrat de 12 ans, ce qui "nous permet d'assurer la rentabilité" du site, indique Yves Toublanc, président du Comité d'observation stratégique.

Lire aussi : Stéphanie Paix (Caisse d'Epargne Rhône-Alpes) : "Paris n'a pas le monopole de la fintech"

Création d'une agence santé

Si l'emménagement dans la tour Incity reste un des principaux changements de la CERA pour l'année 2016, il n'est pas le seul. En 2015, une agence dédiée à l'innovation a été lancée à Grenoble. Or, celle-ci fait partie "d'un tryptique", rappelle Stéphanie Paix. Ainsi, outre le lancement de l'incubateur à l'été 2016, dont Cédric Nieutin - ancien directeur de Créalys- sera le responsable,  "nous mettrons à disposition de nos clients et partenaires des outils de crowdfunding, indique la présidente du directoire. Par la suite, ce travail se fera en partenariat avec des plateformes reconnues."

Une agence santé doit également voir le jour cette année. Pour Didier Bruno, membre du directoire de la Caisse d'épargne Rhône-Alpes, "nous devons nous ordonner sur forme de filière" face aux évolutions de ce secteur. Il intègre "les problématiques immobilières, avec par exemple le Médipôle, ou les assurances."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :