Ain : la négociation des emprunts toxiques bouclée

 |   |  463  mots
(Crédits : Département de l'Ain)
Jeudi, le président du Conseil départemental de l'Ain a présenté trois rapports permettant de sortir définitivement le département des emprunts à risque, selon la collectivité. La dette toxique, qui représente 30 % de la créance totale, était estimée à 134 millions d'euros. Suite aux négociations, la collectivité devrait verser une indemnité de remboursement anticipé d'environ 40 millions d'euros.

Selon le Conseil général de l'Ain, l'épisode des emprunts toxiques est terminé. Le montant de ces prêts était estimé à 134 millions d'euros, soit 30 % de l'encours de la dette départementale, qui s'élève à environ 400 millions d'euros.

Un premier accord en date de fin juin

Le 15 juin dernier, le Conseil départemental, présidé par Damien Abad, avait convoqué une session extraordinaire afin de faire valider à l'Assemblée le plan de restructuration de la dette à risque de la collectivité. Fort de cet accord, le Président a pu poursuivre les discussions avec les créanciers.

A relire : > Le département de l'Ain renégocie ses emprunts toxiques

Ainsi, un accord a pu être scellé entre les différentes parties. Fin juin, l'emprunt le plus problématique du Département, l'emprunt à effet cumulatif (qui aurait pu atteindre un taux de 32,65 % au 22 juin 2015), d'un montant d'environ 22 millions d'euros, a été renégocié avec le Crédit Agricole.

Environ 110 millions d'euros de prêts renégociés

Puis, la commission permanente du 16 juillet a donc présenté trois rapports concernant les huit autres prêts jugés à risque. Sept étaient détenus par SFIL pour un encours de 91 millions d'euros, et un détenu par la Société Générale pour 19,6 millions d'euros, soit un total proche de 110 millions d'euros, soit 26 % de l'encours de la dette départementale.

Dans le détail fourni par le Département, les résultats de cette négociation globale sont les suivants :

  • Une sécurisation totale et définitive de tous les emprunts indexés sur des taux de change (EUR/CHF, EUR/USD, USD/YEN, parité croisée EUR/CHF-EUR/USD).
  • Une charge financière contenue pour le Département, puisque l'ensemble de ces prêts sont désormais à taux fixe à 3,35%.
  • Une aide du Fonds de soutien globale sur l'ensemble des 8 prêts de l'ordre de 25 M€.
  • La fin du contentieux avec la SFIL car un accord a été trouvé sur le prêt assis sur l'EUR/CHF qui faisait actuellement l'objet d'un contentieux.
  • Les besoins de financement du Département 2017 et 2018 sont pourvus par des flux nouveaux à un taux fixe de 3,35%.

40 millions d'euros d'indemnités de remboursement anticipé

Lors des élections départementales de 2015, Damien Abad avait appelé à une renégociation sereine de ces emprunts toxiques. Quatre mois après sa victoire électorale, il semble avoir réussi son pari, même si des indemnités de remboursement anticipé (IRA) ont été appliquées.

Selon les chiffres communiqués par le Département, le montant de celles-ci s'élève à environ 40 millions d'euros. La collectivité justifie ce montant en estimant que 'l'actuelle remontée des taux, accélérée par la crise grecque, renforce le choix d'avoir conduit ces négociations rapidement."

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/09/2015 à 18:47 :
Hallucinant! __ Tout cela parce qu'au départ il y a des élus locaux et des hauts fonctionnaires qui ne font pas la différence entre des prêts à taux fixes, des prêts à taux indéxés non capés !!! Des élus et des Hauts fonctionnaires qui ne lisent pas les "petites lignes" sur les contrats qui leurs sont soumis. !!! __ A-t-on "virer" au département de l'Ain les Hauts fonctionnaires qui ont préparé des dossiers aussi mal ficelés. ___ C'est vrai qu'avec l'argent des autres ils peuvent tout se permettre!!!
a écrit le 16/07/2015 à 19:00 :
Incroyable ces banques: le peuple Européen a repris les conneries des banques en Grèce et pour les actes "semi-criminelles" des banques nous devons payer des indemnités aux banques. C'est le moment d'une nouvelle révolution contre la dictature des banques:

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :