Noalys se porte au secours de la clinique du Mont Blanc

 |   |  240  mots
(Crédits : Capture Google Streeview)
Noalys groupe hospitalier privé lyonnais a repris l'exploitation de la clinique du Mont-Blanc pour un euro symbolique. La mairie de Cluses met les locaux gratuitement à disposition du repreneur.

Noalys, groupe hospitalier privé lyonnais, a acheté les actifs de la clinique chirurgicale du Mont-Blanc, à Cluses en Haute-Savoie, pour un euro symbolique. « Depuis dix ans, cet établissement ne faisait que péricliter. C'était le drame de cette vallée de l'Arve qui a un besoin médical fort », raconte Jean-Luc Durousset, Président de Noalys. « La ville de Cluses nous accompagne en mettant à notre disposition gratuitement les locaux qui lui appartiennent et dont elle assurera l'entretien ».  Noalys reprend cette clinique en démarrant petit : « 16 personnes, parmi lesquelles 5 chirurgiens. Rapidement nous allons en faire entrer, 2 ou 3 de plus », poursuit le président. Il vise 2 millions d'euros de recettes la première année. Créée dans les années 70, cette clinique a compté jusqu'à 80 lits et places et réalisait 14 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Un groupe en forme

Le groupe lyonnais, fondé en 2001, suite à l'acquisition de la clinique Montplaisir (aujourd'hui Natecia), emploie 450 salariés répartis sur cinq structures (Lyon, Saint-Priest, Hauts d'Avignon, Bourgoin-Jallieu et Cluses). Son président vise un chiffre d'affaires consolidé prévisionnel 2014 compris « entre 40 et 45 millions d'euros. L'ensemble de nos établissement a atteint voire dépassé l'équilibre de ses comptes ». Le groupe a traversé une période difficile en 2009 et 2010, imputée à de lourds investissements. Actionnaire minoritaire entré en 2006 aux côtés des fondateurs et dirigeants, Naxicap a prolongé ce contrat de partenariat "sur les cinq prochaines années », précise Jean-Loup Durousset.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :