Refuser la banalisation du malheur

 |   |  495  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Le fondateur d'Habitat et humanisme s'interroge sur la question de l'engagement et sur celle de la prise de position estimant qu'il y a de "ces situations qui ne peuvent nous laisser indifférents, sauf à devenir étrangers non seulement au malheur de l'autre, mais aussi à sa propre humanité", écrit Bernard Devert.

L'éthique ne condamne pas, elle réveille pour comprendre que l'homme ne l'est vraiment que s'il s'insurge contre les causes de déshumanisation. Il est de ces situations qui ne peuvent nous laisser...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
5.00TTC
J'achète
Vous n'êtes pas abonné ? Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :