Pourquoi il faut faire la #HRevolution

 |   |  473  mots
Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France.
Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France. (Crédits : DR)
La révolution numérique est une révolution humaine : transformation des entreprises, des métiers et de notre conception même du travail. Face à ces bouleversements, les Ressources Humaines ont plus que jamais un rôle vital à jouer : être à l’avant-garde des innovations et accompagner les entreprises et les hommes dans ce monde nouveau. Plus qu’une révolution digitale, Alain Roumilhac, président de ManpowerGroup France estime que nous vivons une véritable révolution RH.

Le défi de la transformation digitale pour les entreprises n'impose pas une simple adaptation, mais bien un changement de dimension.

Ce n'est plus une question, ce n'est plus un doute : c'est désormais le sujet de tous les dirigeants. Mais il ne s'agit pas de technique, il s'agit de culture. Cette transformation, que je crois managériale et humaine avant tout, est une transition vers un autre modèle d'entreprise, de management, de raisonnement, d'interaction, de fonctionnement. En bref, nous sommes engagés dans une révolution.

Lire aussi : Manpower accompagne la #HRevolution

Toutes les compétences de l'entreprise sont à réviser, voire à faire évoluer pour y inclure cette transition digitale.

Un changement de paradigme qui fait émerger un autre type de relation, un autre type de conversation, un autre type d'évaluation, un autre type de collaboration. Accompagner toutes ces transitions au sein des grandes entreprises, c'est la mission de notre groupe.

Nous pensons que ce qui est en jeu c'est une transformation en profondeur de la façon d'agir, de penser, de se projeter, de travailler ensemble et de collaborer pour un intérêt commun. Et que la clé de voute de cette transformation réside dans une nouvelle culture qu'il convient d'établir collectivement.

L'obsolescence nous guette

Bien sûr, ces nouveaux comportements ne se décrètent pas et ne s'improvisent pas. Ils imposent, au contraire, que soit pris le temps de la préparation et de la réflexion. Dans cette dimension exigeante, j'inclus tout particulièrement l'open-innovation, parce qu'elle devient indispensable face à l'accélération du rythme du monde. L'obsolescence nous guette si nous gardons tout à la maison. Pour le dire simplement : les entreprises ne peuvent plus innover seules !

Leur nouvelle réalité est d'ouvrir leurs portes et de tendre la main au monde de l'innovation, en particulier aux startups, pour continuer à créer de la valeur et offrir la meilleure expérience à leurs clients et leurs collaborateurs. Cette analyse est bien sûr largement partagée mais sa mise en action est plus délicate et se heurte aux frayeurs du changement.

Alors, que faire ?

Dépasser les mots... et agir. Maintenant ! A cet égard, la position et la décision du dirigeant est critique. Il ne s'agit pas uniquement de la vision, mais bien de l'implication concrète, physique et pour tout dire, émotionnelle, dans cette nécessaire transformation.

Le monde de l'entreprise n'est plus un monde fermé, la concurrence n'est pas celle que l'on croit et les certitudes d'hier sont des tombeaux. L'ouverture, le lâcher-prise, la transparence, la remise en question, l'acceptation de l'échec, l'empathie client et l'open-innovation en sont les nouvelles fondations.

Rendez-vous le 18 juillet sur le site d'Acteurs de l'économie - La Tribune pour retrouver un compte-rendu de l'évènement privé "En route vers la #HRevolution ?"

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :