La poésie est le pendant de l'action

 |   |  367  mots
(Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Pour Bernard Devert, l'action et la poésie sont des éléments intimement liés. Les poètes "contrairement à ce que l'on pense, n'est pas un être perdu dans des pensées vagues et éloignées du réel, il est d'abord celui qui fait exister, et exister autrement", assure le fondateur d'Habitat et humanisme.

Que faire, telle est la question que nous nous posons devant des situations absurdes, chaotiques ou celles encore mettant à mal l'éthique. Que faire : se mettre à rêver ! Vous n'y pensez pas, me direz-vous, l'heure n'est pas de rêvasser mais d'agir.

Or justement, "faire" en grec se dit poliein qui a donné en français le mot poésie. Un poète, contrairement à ce que l'on pense, n'est pas un être perdu dans des pensées vagues et éloignées du réel, il est d'abord celui qui fait exister, et exister autrement. Lorsque le rêve, la poésie désertent nos espaces, le pessimisme destructeur s'installe avec pour conséquence ces "à quoi bon" défaitistes et permissifs, fracturant la société.

Le poète, de par sa part de rêve, élève l'âme permettant d'accéder au meilleur de soi-même. L'élitisme est alors compris comme une invitation à servir plutôt qu'à se servir. S'efforcer de faire ce que nous avons à faire, c'est transférer la trace du rêve dans le monde que nous avons à bâtir. Quand nos rêves ne se réalisent pas, ne les accusons pas, mais demandons-nous plutôt si nous les avons suffisamment rêvés.

Le rêve n'est pas une évasion, mais un trésor pour être l'expression d'un autrement possible. Il est à la fois une voie qui donne à entendre des voix se révélant une chorale dont Michel Serres dit qu'elle est le modèle réduit d'une Société idéale. Dans la disharmonie d'un monde, n'avons-nous pas besoin d'entendre de nouveaux accords que la poésie et le rêve font naître.

Alors, mettons-nous à la tâche, elle n'est pas sans noblesse. La Genèse ne nous rappelle-t-elle pas que Dieu fit le ciel et la terre ; Il est ainsi le plus grand des poètes nous appelant à le devenir pour poursuivre l'œuvre de création. Vous conviendrez qu'un peu de rêve et de poésie seraient bienvenus dans le programme de nos candidats à l'élection suprême ; ne point l'espérer, c'est se défaire de la seule exigence qui vaille, humaniser notre terre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :