Le musée des Tissus, un lieu ouvert aux innovations les plus contemporaines

 |   |  631  mots
(Crédits : DR)
Pour Martine Villelongue, maître de conférences à l'université Lumière Lyon 2, et directrice de l’Université de la Mode de 2009 à 2016, le musée des Tissus n'abrite pas seulement de riches collections. Il est aussi un lieu de recherche et d'échange des savoirs, indispensable pour le rayonnement culturel et scientifique lyonnais.

Le musée des Tissus et le musée des Arts décoratifs disposent d'une force dans leurs équipements et d'un potentiel dans leurs équipes qui justifient que les regards des institutions culturelles du monde entier soient actuellement rivés sur eux, en attente d'une décision !

Comment laisser échapper ce pôle d'activités, muni de dispositifs performants aux mains d'un personnel motivé aux compétences rares ? Beaucoup a été dit sur la richesse des collections, l'histoire des textiles et des objets conservés mais il est important de souligner que le MTMAD est aussi un lieu interactif de recherches et d'échange des savoirs.

Lire aussi : Musée des Tissus, ce joyau méconnu de la recherche

Le MTMAD remplit - et comment ! - les missions d'animation et d'éducation de tout musée tourné vers l'avenir et ouvert aux innovations les plus contemporaines. Fonds et réserves sont la base de nombreux travaux : inventaire systématique, mise en activité d'un site des collections en ligne, à la disposition de tous, historiens ou visiteurs, recherches effectuées par des experts internationaux, comme le prouvent les liens étroits avec les universités françaises et étrangères qui publient les fruits des derniers travaux de spécialistes.

Collaborations

La création, en 1990, à Lyon, de l'Université de la Mode, filière spécialisée de l'université Lumière Lyon 2, s'est réalisée dans une proximité étroite et entretenue jusqu'à ce jour avec le musée des Tissus, la CCI de Lyon et les industriels du secteur.

Les collaborations du MTMAD avec les établissements d'enseignement supérieur sont multiples - École du Louvre, EHESS, Institut national du patrimoine, Esmod, Fachhochschule de Cologne - sur le plan pédagogique et sur le plan de la recherche ; le MTMAD accueille par ailleurs 60 stagiaires par an, toutes nationalités confondues ; il est en réseau avec l'ensemble des chercheurs travaillant sur le textile dans le monde et avec de très nombreux musées -Victoria & Albert museum, le musée de l'Ermitage, le musée du costume de Shanghai, pour ne citer que trois exemples.

Aujourd'hui, le MTMAD prend en compte les dernières innovations technologiques et les textiles les plus attendus dans l'industrie et dans la mode.

Lieu de transmission

À une époque où le renouveau des artisanats, la connaissance des techniques et la qualité des matières préoccupent un public de plus en plus averti et exigeant, le MTMAD permet l'exploration, de manière scientifique et rigoureuse, de ces secteurs. Dans les domaines de la connaissance, de l'activité scolaire la plus simple à l'enquête universitaire la plus pointue, le MTMAD est d'abord un lieu de transmission, de débats et de recherches.

L'atelier de restauration, aux compétences spécifiques au service de la conservation des textiles selon la rigoureuse déontologie en vigueur, a la mission de surveiller l'état des pièces, de présenter textiles et costumes en vue des expositions permanentes ou temporaires et des prêts. Il s'est ouvert depuis 1998 à la clientèle extérieure. Il conseille musées et collectionneurs. Il a aujourd'hui la visibilité internationale qu'il mérite et encadre des étudiants-restaurateurs spécialisés de haut niveau.

Les équipes du MTMAD, qu'elles soient aux services inventaire des collections, au centre de documentation, service des publics ou atelier de restauration, ont conscience de la chance de travailler pour une institution d'exception. Leurs compétences spécifiques, quotidiennement mises à l'épreuve, et leurs motivations assurent la qualité de ce centre d'activités. Tous contribuent à faire du MTMAD, en plus d'un lieu de découverte et de sensibilité, un espace d'échanges des savoirs, dynamique et ouvert au monde. Comment Lyon pourrait-elle se priver de cet outil de rayonnement touristique et de développement culturel et scientifique ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :