Les entrepreneurs vivent une aventure épique

 |   |  589  mots
(Crédits : DR)
Jean-François Noubel, Expert APM, chercheur et formateur en intelligence collective globale

Les mythes nous racontent notre propre histoire à travers l'aventure de personnages qui ont existé ou qui sont imaginaires. Les histoires d'Ulysse, de Thésée, celles de patrons d'entreprises célèbres, nous racontent une histoire de nous-mêmes. Le séquencement de cette histoire est souvent identique, malgré la diversité des situations. En effet, le héros part pour une aventure incroyable, il fait son initiation à travers des épreuves et des dangers qu'il surmonte.

Ensuite, il revient dans le monde différent, il a vécu une transmutation alors qu'autour de lui, les choses n'ont pas fondamentalement changé. Mais c'est à partir de cette expérience qu'il peut, à son tour,  inspirer d'autres personnes et transformer le monde par sa propre exemplarité.

Par exemple, l'entreprise Bohin, menée par cinq générations successives, est le dernier fabricant en France d'aiguilles et d'épingles. Reprise et relancée par Didier Vrac en 1997, après sa liquidation judiciaire, elle est devenue à la fois un symbole de modernité et de savoir-faire traditionnel. Une transformation portée par la vision de Didier Vrac, salarié depuis 1990, qui s'appuie sur l'histoire et le mythe fondateur de l'entreprise. La marque est ancienne, forte, mais vieillissante et la concurrence se fait sentir. Didier Vrac pressent que le tournant arrive. En deux décennies, Bohin a non seulement maintenu sa clientèle française mais elle a aussi réussi à en conquérir une nouvelle à l'export, notamment aux États-Unis. Cerise sur le gâteau, on vient désormais du monde entier visiter son tout nouveau musée et regarder aussi les ouvriers de l'usine fabriquer les aiguilles en direct. Didier Vrac a réussi son pari en faisant découvrir un savoir-faire traditionnel tout en projetant son entreprise dans la modernité.

Mythe

Didier Vrac, un visionnaire ? Il explique s'être surtout imprégné du mythe fondateur de l'entreprise et de son personnage emblématique. La légende raconte en effet que Benjamin Bohin, âgé de onze ans au début du 19e siècle, aurait souhaité prendre le pouvoir dans l'entreprise de son père. Après plusieurs fugues pour partir aux États-Unis, il affirme qu'il ne reviendra que si c'est lui qui la dirige. Il fait céder son père et se révèle un industriel astucieux, inventif, ouvert au monde qui propulse l'entreprise dans la modernité de l'époque.

Lors de l'Exposition universelle de 1889, l'entreprise reçoit une médaille d'or pour la qualité de ses produits. En 1900, elle devient la plus grande fabrique d'épingles en France. Les premières machines automatiques voient le jour. Deux siècles plus tard, elles fonctionnent toujours, intactes sous nos yeux. Cette connaissance a porté la vision de Didier Vrac au moment où il a décidé d'ouvrir l'entreprise au public.

Pour l'accueillir et l'intéresser, les équipes se sont plongées dans l'histoire et se sont appuyées sur le personnage fondateur, un homme complet, à la fois très créatif, curieux, voyageur.

Les entreprises qui ont le feu sacré sont celles dont les dirigeants, au départ, portent ce mythe. Ce sont celles dont les dirigeants proposent une aventure épique et disent :
"Ensemble nous avons décidé d'aller sur la lune, ensemble nous allons aller sur Mars, ensemble nous allons transformer la société". Toutes les personnes à l'intérieur de l'entreprise (comptable, standardiste, manager...) peuvent alors se relier à ce mythe. Mais c'est aussi tout l'écosystème humain à l'extérieur de l'entreprise qui se retrouve dans cette force-là. Cette force traverse, transcende et donc, unifie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :