Entreprise libérée : vrai progrès ou phénomène de mode ?

 |   |  516  mots
Michel Tavernier, directeur Aravis-Aract Auvergne Rhône-Alpes.
Michel Tavernier, directeur Aravis-Aract Auvergne Rhône-Alpes. (Crédits : DR)
A la fois décriée et encensée, l'entreprise libérée est plus qu'une mode. Elle suscite l'intérêt car elle permet de répondre aux aspirations tant des salariés que des chefs d'entreprises. Toutefois, Michel Tavernier, directeur Aravis-Aract Auvergne Rhône-Alpes, s'interroge. Cette volonté de libérer l'entreprise n'engendre-t-elle pas aussi des inconvénients ? Par ailleurs, faut-il faire disparaître les managers ?

Leader libérateur, strates hiérarchiques supprimées, salariés fonctionnant en cellules autonomes, fonctions supports réduites : l'entreprise libérée est l'objet d'un véritable engouement médiatique. Tantôt encensée, elle permet, selon ses chantres, de développer les capacités d'initiative individuelle et collective, d'améliorer l'engagement des salariés, leur bien-être et leur efficacité, mais aussi de supprimer le reporting et la bureaucratie.

Tantôt décriée, elle est accusée d'entretenir l'illusion qu'une entreprise peut vivre sans manager, de contourner le dialogue social ou encore de se penser autour de la seule vision du leader.

Risque du surengagement

Peu d'entreprises ont fait l'expérience de « libérer l'entreprise ». Au-delà du phénomène de mode, si ce concept suscite de l'intérêt, c'est qu'il répond à des aspirations croissantes : mieux partager le projet d'entreprise pour mobiliser les salariés, redonner du pouvoir au terrain pour gagner en agilité et réactivité, obtenir des marges de manœuvre au quotidien pour plus de qualité de vie au travail, etc.

Lire aussi : Le bonheur est dans Lofoten

L'entreprise libérée présente, dans ce cadre, l'intérêt de remettre au goût du jour la question de l'autonomie, tout en cherchant à en finir avec les excès du fonctionnement hiérarchique « top down ». Deux inconvénients majeurs sont, cependant, à souligner : d'abord, l'entreprise libérée propose de dissocier la dimension stratégique (portée par le dirigeant et lui seul) et l'opérationnel (tenu par les salariés), sans lien entre les deux. Elle prône, par ailleurs, l'engagement individuel et l'autocontrôle, sans rien dire des ajustements que cela implique, avec le risque d'un surengagement et d'une autre forme d'« emprisonnement » des salariés.

Reposer la question du management

L'autorégulation a ses limites. Permettre aux acteurs de terrain de dialoguer de leur côté est nécessaire mais pas suffisant, car ils n'ont pas nécessairement accès aux différentes logiques à l'œuvre dans une prise de décision (environnement, marché, offre, etc.).

Le dirigeant, lui, doit rester connecté au terrain s'il veut ajuster au mieux la stratégie de l'entreprise. Les deux points de vue ont besoin d'échanger, de se confronter, de s'articuler pour permettre au système de prendre de bonnes décisions. Quant à l'engagement et à l'autocontrôle, ils nécessitent des garde-fous et régulations.

Une solution universelle ?

Ces deux critiques reposent donc la question du management que l'entreprise libérée veut évacuer. Alors faut-il faire disparaître les managers comme cela est proposé ? Ou leur redonner des marges de manœuvre afin qu'ils puissent favoriser le dialogue et la régulation, deux dimensions cruellement nécessaires dans les entreprises actuelles ?

Voir dans l'entreprise libérée une solution universelle serait une erreur. Profiter de l'engouement qu'elle suscite pour remettre sur la table la question de l'autonomie, de l'articulation entre stratégie et terrain et le rôle du management peut constituer une réelle opportunité de progresser sur le chemin de l'innovation sociale et de la performance.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/06/2016 à 11:25 :
Le poids des ego des hiérarques pèse beaucoup plus sur l'économie française que les coûts sociaux. Une révolution culturelle d'une telle ampleur est elle possible ? Quand le sommet de l'état vire à une monarchie caricaturale ?
a écrit le 01/06/2016 à 21:48 :
Vos questions sont pertinentes, mais elles sous-entendent une conception très monolithique de l'entreprise libérée. La notion recouvre une réalité très diverse, souvent construite par le pragmatisme de dirigeants en dialogue avec la réalité et avec leurs équipes, plutôt que sur un modèle dogmatique unique. Dans de nombreuses entreprises libérées, le management intermédiaire continue d'exister, mais on lui demande de soutenir et d'animer plutôt que commander et contrôler. L'ouvrage d'Isaac Getz, "Liberté et Cie", un peu épais mais très complet et facile à lire, éclaire bien les enjeux de circulation de l'information et d'exemplarité qui, loin d'évacuer la question du management, lui redonnent toute sa raison d'être.
a écrit le 01/06/2016 à 9:06 :
Dans beaucoup d'entreprises libérés, la vision est élaboré collectivement par les équipes.
Un chef d'entreprise avant de déterminer une vision doit obtenir l'adhésion de ses équipes dessus, sinon ça ne marche pas.

Dans toutes les entreprises que j'ai analysé il y a des fois des managers qui quittent l'entreprise car ils perdent du pouvoir, très souvent ces mêmes managers restent dans l'entreprise, mais sont alors considérés comme fonction support et non pas comme le boss, ce qui change tout en matière de confiance et de responsabilité et surtout de motivation.

Le titre surengagement est d'un ridicule journalistique absolu ! On a 8% de salariés motivé en France, avoir par exemple 40% de gens qui sont motivés et content chaque jour et qui contribuent à développer leur entreprise, vous appelez ça surengagement ?!?

Faites du fond avant de faire des articles sans substances pour écrire un papier sur une tendance de fond que vous ne comprenez pas... je vous conseille mon ouvrage ça vous permettrait de mieux comprendre ce sur quoi vous écrivez...
Réponse de le 02/06/2016 à 10:38 :
La critique de l'article dans le dernier paragraphe est sans doute la plus pertinente. L'horizontalité contre le top/down, c'est ça : il va falloir accepter la critique sans se retrancher derrière le statut. Cet article est flou. Les médias commencent à répondre à un engouement qu'ils n'ont absolument pas portés. Rappelons que ces expériences de "management libéré" sont anciennes, que le réveil médiatique a été porté par Arte avec son documentaire sur le bonheur au travail et que le reste de la propagation doit davantage à internet qu'à la presse !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :