Incubateurs de startups, vers la naissance d'une nouvelle élite ?

 |   |  546  mots
(Crédits : David VENIER – Université Jean Moulin Lyon 3)
Les structures d'accompagnement des jeunes entrepreneurs se sont multipliées ces dernières années. Mais cette effervescence peut créer une concurrence entre elles, et les pousser à sélectionner en priorité les projets à haut potentiel. Au risque de laisser sur le côté de la route les idées qui auraient le plus besoin d'encadrement. Par Alain Asquin, Vice-président de l'université Jean-Moulin Lyon 3, directeur de l'innovation et du développement.

En parallèle de la forte progression de l'intention comme de la création d'entreprises, ce qui impressionne c'est l'explosion du nombre des structures d'accueil et d'accompagnement pour ces jeunes entreprises. Ces accompagnements plus nombreux sont la promesse de nouvelles aides pour faire réussir les entrepreneurs, mais ces réussites sont aussi un enjeu majeur pour ceux qui les accompagnent dans un contexte qui devient concurrentiel. Ceci n'est pas nouveau.

Concurrence entre les structures

Ce qui l'est, c'est que l'on voit poindre une concurrence pour accueillir les meilleurs projets, déjà détectés dans un cadre d'accompagnement souvent public et qui ont acquis un début de notoriété. La concurrence pour faire venir ces projets à potentiel est probablement due à "l'imperfection du marché" de l'accompagnement en entrepreneuriat. Il est en effet très difficile pour le plus grand nombre des entrepreneurs de différencier les structures, d'apprécier la valeur créée par ces offres et d'évaluer si le prix demandé est justifié. Pour répondre à cette imperfection de marché, les opérateurs choisissent d'accréditer leur offre en communiquant sur le succès des entreprises qui ont suivi leur programme, et pour cela ils veulent sélectionner les meilleurs projets. Mais pourquoi ?

L'explication est à retrouver en partie dans les résultats de l'étude du programme Growing America Through Entrepreneurship, qui a accompagné plus de 4 000 projets sur sept sites et dans trois États au milieu des années 2000 aux États-Unis. Comparés à une population de contrôle qui n'a pas eu d'aide, les entrepreneurs ayant bénéficié du programme ont vu leur performance être significativement supérieure dans les 18 premiers mois, mais cette différence de performance n'est plus significative passée cette période et dans la durée. En somme, les qualités intrinsèques des projets et des entrepreneurs priment sur l'accompagnement pour expliquer la croissance de l'entreprise à terme.

Un modèle à deux vitesses

En quoi est-ce un problème ? À vouloir attester de la pertinence d'un accompagnement, on en vient à choisir de manière prioritaire les projets qui en ont le moins besoin. Il n'est pas rare aujourd'hui de voir des projets à potentiel passer d'un dispositif à l'autre pendant deux ou trois ans. C'est indéniablement utile pour ces projets qui accumulent les accélérations, mais on concentre alors les ressources, mais aussi la communication sur un nombre finalement restreint de bénéficiaires.

Inversement, les projets qui ne seront pas suffisamment démonstratifs en termes de performance pour les programmes d'accompagnement peuvent peiner à être pris en charge s'ils ne sont pas rapidement solvables, alors que ce sont eux qui en ont le plus besoin.

On risque de voir émerger un modèle à deux vitesses, avec d'une part des programmes détectés plutôt par des structures capables de travailler sur une large diversité de projets et sur de grands volumes, et d'autre part un accompagnement élitiste qui vient puiser dans cette base avec un dispositif très sélectif.

On reconnait un modèle hexagonal dont on pourrait craindre qu'il s'installe dans l'entrepreneuriat qui était pourtant jusque-là un espace où les cartes pouvaient être rebattues. Attention à ce que le développement si enthousiasmant de l'entrepreneuriat ne se contracte pas sur une nouvelle élite, aussi stimulante soit-elle.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :