Il faut interdire le tabac aux générations nées à partir de 2001

 |   |  626  mots
(Crédits : DR)
Alors que le tabac est la première cause de mortalité évitable en France, il est temps de protéger les générations futures. Ainsi, je suggère que les jeunes nés à partir du 1er janvier 2001 soient définitivement écartés de cette drogue, en ne leur en vendant plus même lorsqu'ils seront majeurs. Par Jean-Louis Touraine, député du Rhône.

Notre pays ne peut pas rester indifférent face à l'hécatombe provoquée chaque année par le tabagisme chez nos concitoyens. Les dernières analyses scientifiques montrent que 90 000 Français meurent chaque année, de façon très prématurée, du tabac. Cela représente, et de loin, la première cause de mortalité évitable, la plus grande priorité de santé publique, largement devant les accidents de la route, l'alcoolisme, les autres drogues, le Sida, les suicides, etc. Deux fumeurs chroniques sur trois vont mourir des conséquences de leur addiction au tabac.

36 % des femmes enceintes fument, record européen

Comment agir pour éviter tous ces drames ? Pour éviter que les nombreuses femmes enceintes qui fument en France (36%, triste record des femmes françaises parmi toutes les Européennes) ne provoquent des pathologies sur les enfants à naître ? Pour limiter efficacement l'attrait mortifère que représente aujourd'hui le tabac pour les adolescents ? Pour faire chuter le tabagisme tueur sans que les mesures ne soient perçues comme une prohibition insupportable ou une atteinte forte aux libertés fondamentales ?

L'Organisation mondiale de la Santé préconise, auprès des 168 États signataires de la Convention-Cadre pour la lutte anti-tabac, de faire évoluer les législations pour organiser la disparition à terme de la consommation du tabac. En effet, si le tabac était découvert aujourd'hui, avec la connaissance de ses méfaits, il ne serait certainement pas autorisé à la vente. Mais comment atteindre un tel objectif, sachant qu'il existe des millions de Français ayant une dépendance importante au tabac et chez lesquels une partie seulement envisage ou parvient à un sevrage complet ?

Interdire la vente pour les enfants nés à partir de 2001

La solution réside dans la prise de mesures de protection pour ceux qui ont la chance de ne pas avoir commencé. Les mineurs, à qui la vente de tabac est interdite dans notre pays, pourront ainsi maintenir leur « bonne fortune » s'ils persévèrent dans cette absence d'addiction.

Comme cela est discuté dans plusieurs pays, comme la Tanzanie ou la Grande-Bretagne, je propose, dans le cadre du projet de loi de santé, que l'on maintienne l'interdiction de vente en vigueur chez les mineurs d'aujourd'hui lorsque ceux-ci auront atteint leur majorité. Pour que le temps soit laissé à la société, et aux buralistes, de s'organiser, je suggère que les jeunes nés à partir du 1er janvier 2001 soient définitivement protégés du tabac en ne leur en vendant plus (carte d'identité faisant foi), même lorsqu'ils seront majeurs.

Ces jeunes ne seront pas privés d'une habitude qu'ils n'ont pas connue. Aucune pénalité ne sera appliquée aux fumeurs mais seulement à ceux qui leur vendent des cigarettes. La liberté des fumeurs d'aujourd'hui ne sera pas atteinte par une telle mesure et, pour les personnes de la génération suivante, seule la liberté de commencer une addiction sera restreinte.

La réflexion, moins folle que la résignation à la mortalité

Certains jugent utopique ce projet. Il s'agit des mêmes personnes qui trouvaient utopique ma proposition de loi sur le « paquet neutre » il y a quatre ans. Maintenant, ce paquet neutre est adopté par l'Australie, l'Irlande, la Grande-Bretagne et demain la France. L'évolution progressive vers un monde sans tabac est, à la réflexion, moins folle que la résignation à la mortalité et la morbidité générées par cette drogue.

Les générations des siècles prochains comprendront difficilement que notre temps ait pu subir un tel fléau sans chercher à y survivre. Soyons parmi les pays pionniers, conjointement avec certains pays anglo-saxons, pour œuvrer à la maîtrise de cette redoutable épidémie, même si cela contrevient aux intérêts financiers de l'industrie du tabac !

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2015 à 10:50 :
J'ai vu autour de moi beaucoup de gens partir à cause du tabac. Ce raisonnement est très pertinent, merci monsieur le député

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :